Économisez des impôts : Par où commencer ? Revenu, société, accumulation d’actifs – exemples

Économiser des impôts : Classification, revenu, chiffre d’affaires, coaching – Les avantages et bénéfices fiscaux ainsi que les trucs et astuces sur le thème « économiser des impôts » sont essentiels pour les entrepreneurs, les indépendants, les retraités & Co. afin de ne pas perdre le fil des nombreuses lois et directives en matière de droit fiscal. Bien que le mot « impôt » soit familier à tout le monde, seules quelques personnes savent réellement ce que sont les impôts. Quelles sont les taxes ? Pour quoi payons-nous des impôts et combien ? A qui payons-nous des impôts ? Quels sont les trucs et astuces pour économiser l’impôt ? Et surtout, comment fonctionne réellement l’épargne fiscale et quels outils d’épargne fiscale dois-je utiliser ? Vous pouvez vous renseigner sur ce point et sur bien d’autres encore ci-dessous, rapidement et facilement.

Overview hide

Impôts et taxes en Allemagne : revenu, société, patrimoine

Les impôts expliqués en bref : En général, un impôt est défini comme un certain prélèvement financier au profit de l’État, qui doit être payé sur les salaires, les revenus ou la fortune. Le mot « impôt » vient du moyen ou du vieux haut allemand et peut être couramment traduit par « soutien » ou « appui ». Cela s’explique dans la mesure où les impôts constituent la principale source de revenus de l’État et revêtent donc une importance essentielle pour celui-ci. Ils constituent la partie principale du budget de l’État, qui à son tour finance et effectue des dépenses dans l’intérêt du bien commun.

FIV Feature X CM Models

Environ trois quarts des recettes fiscales en Allemagne sont perçues à partir de six types d’impôts seulement :

  • Taxe sur la valeur ajoutée
  • Impôts sur le revenu
  • Taxe sur les salaires
  • Taxe professionnelle
  • Impôt sur les sociétés
  • Taxe de vente à l’importation

Live : Coaching fiscal – Expérience et conseil

Vous voulez devenir vous-même un investisseur immobilier ? Si vous écrivez sur l’immobilier, vous devez également vous instruire. Plus précisément, quand il ne s’agit plus seulement d’usage personnel, mais aussi de location. Parce que le plus gros poste de dépenses est constitué par les impôts. Plus vous gagnez, plus vous devez payer d’impôts – le problème est clairement défini, que faire ? Apprenez de l’expérience, de ceux qui ont réussi. Beaucoup disent que le coaching fiscal de Next Level est le meilleur d’Allemagne. Une raison suffisante pour y participer vous-même.

Pour en savoir plus sur le coaching fiscal, cliquez ici :

Classification fiscale – capital de l’entreprise, actifs, acquisition de terrains, etc.

Quelles sont les taxes ? Outre les impôts déjà mentionnés, il existe de nombreux autres types d’impôts, de A pour les impôts généraux à V pour les droits d’accises. Dans un souci de clarté, les impôts en Allemagne sont divisés en catégories selon certains critères, en fonction de la perspective dans laquelle ils sont considérés. Les quatre classifications fiscales suivantes sont courantes :

  • Classification statistique financière
  • Classification des entreprises
  • Classification financière
  • Classification à des fins fiscales

Examinons de plus près la classification fiscale : Sur quoi les impôts sont-ils prélevés ? D’une part, il existe des impôts prélevés sur les revenus. Il s’agit, par exemple, de l’impôt sur le revenu commercial et de l’impôt sur le capital commercial, de l’impôt foncier, de l’impôt sur la fortune et de l’impôt sur les sociétés. Avec les autres impôts, ils peuvent être divisés en impôts sur le revenu et autres impôts.

Exemples d’impôts sur le revenu

  • Impôt sur le revenu commercial
  • Taxe sur les licences
  • Impôt foncier
  • Taxe sur le capital des entreprises

Exemples d’autres impôts après le revenu

  • Impôt sur la fortune
  • Impôt sur le revenu, y compris l’impôt sur le revenu des églises
  • Impôt sur les sociétés
  • Impôts sur les successions et les donations

D’autre part, il existe des impôts sur l’utilisation du revenu, c’est-à-dire des types d’impôts qui sont prélevés sur les achats de biens ou de services ou sur l’épargne. Outre les taxes générales, il s’agit des taxes à la consommation et des accises, des taxes sur les transactions réelles et des taxes spéciales sur les transactions légales. Les types d’impôts les plus connus sont la taxe sur le chiffre d’affaires et la taxe sur les véhicules à moteur.

Exemples d’impôts sur l’utilisation des revenus

  • Impôts généraux : Taxe sur la valeur ajoutée
  • Consommation et taxes à la consommation : Taxe sur les huiles minérales, Autres taxes
  • Taxes réelles sur les transports : Taxe sur les véhicules à moteur
  • Taxes légales spéciales sur les ventes : taxe sur les mutations foncières, taxe sur les assurances.

Les taxes d’accise et de consommation déclarées comme « autres taxes » comprennent les taxes sur le sel et le sucre, sur le café et le thé, et sur les boissons (plus les taxes spécifiques sur la bière et le vin mousseux). Les produits du tabac et les produits d’éclairage font également partie des marchandises soumises à des droits d’accise. En outre, ils comprennent la taxe sur les divertissements ainsi que la taxe sur les chiens et la chasse. Les taxes payées sur les chevaux et les bateaux à moteur de luxe relèvent également de ce terme collectif, tout comme la taxe sur les résidences secondaires. Les taxes douanières et les taxes sur les casinos sont des types particuliers de taxes et ne sont donc pas incluses dans le schéma ci-dessus.

On s’en aperçoit donc rapidement : toute personne qui ne veut pas renoncer à sa consommation ou éviter des dépenses par une épargne excessive doit apprendre le bon fonctionnement de l’épargne fiscale :

Impôts directs et indirects – Charge, dette et obligation de payer

Outre la classification générale des impôts, il existe également une distinction entre les impôts directs et les impôts indirects. Les critères utilisés pour la classification ou l’affectation sont basés, d’une part, sur la technique d’évaluation et de recouvrement et, d’autre part, sur le caractère passable des taxes. En outre, la capacité fiscale est examinée.

La question de savoir quels impôts sont considérés comme directs ou indirects est examinée sur la base de trois critères :

  • Technique d’évaluation et d’enquête
  • L’accablement
  • Capacité fiscale

En substance, cependant, une seule question simple se pose : qui est le porteur de l’impôt et qui est le débiteur de l’impôt ? Car les impôts directs et indirects concernent la relation entre la personne qui supporte la charge fiscale et celle qui a l’obligation de payer aux autorités.

Les impôts directs expliqués simplement – revenu, voiture, société et terrain

Les impôts directs sont évalués et ne peuvent généralement pas être répercutés. Ils sont évalués de manière personnelle ou objective, en fonction de la capacité de paiement. Si une personne est à la fois contribuable et débiteur, elle est considérée comme un contribuable et est directement responsable du paiement de tous les impôts dus au bureau des impôts.

En voici quelques exemples :

  • Impôts sur le revenu
  • Taxe sur les véhicules
  • Impôt sur les sociétés
  • Impôt foncier

Les impôts sur les salaires et les gains en capital sont considérés comme des retenues à la source et sont classés comme des impôts directs, bien qu’ils ne suivent pas le principe d’immédiateté.

Les impôts indirects expliqués simplement – huile minérale, électricité, tabac et chiffre d’affaires

Les impôts indirects sont fixés sur la base des tarifs et sont généralement répercutés en partie ou en totalité sur l’acheteur final. Leur performance est indirecte sur l’utilisation des revenus et des transactions immobilières. Si un contribuable n’est pas également débiteur d’impôts, il ne paie les impôts dus qu’indirectement, à savoir au débiteur d’impôts. Le débiteur fiscal transmet ensuite ces impôts indirects en tant que contribuable à l’autorité correspondante.

Des exemples courants sont :

  • Huile minérale
  • Taxe sur l’électricité
  • Taxe sur le tabac
  • Taxe sur la valeur ajoutée

Pour les contribuables, il est facile de garder trace des impôts payés :

Conseils pour économiser l’impôt : Mariage, loyer, allocations et dons

Il y a donc beaucoup de taxes et nous en payons beaucoup sans en être vraiment conscients. Cela peut rapidement devenir coûteux, surtout pour les personnes à hauts revenus qui aiment investir beaucoup. Économiser des impôts en investissant est une bonne option dans ce contexte. Il est donc d’autant plus important de savoir quelles sont les réductions d’impôts disponibles, quels sont les avantages fiscaux dont vous pouvez bénéficier et dans quels domaines vous pouvez économiser des impôts de manière simple et efficace ou les éviter complètement.

Allégement fiscal pour enfant, handicap grave, fondation & Co.

Les allégements fiscaux sont des mesures de soutien de l’État et sont accordés en cas de capacité de paiement réduite, par exemple en raison de l’éducation des enfants, en cas d’augmentation des coûts due à un handicap, entre autres, ainsi que pour certaines actions. Ce dernier point comprend, par exemple, les dons à une organisation ou à une fondation caritative.

Les avantages fiscaux sont prévus par les règlements suivants :

  • Frais de publicité
  • Éditions spéciales
  • Des charges extraordinaires
  • Allocations

Avantage fiscal pour le mariage, la location, les allocations familiales & Co.

Les avantages fiscaux découlent de certains événements, en premier lieu le mariage ou l’enregistrement d’un partenariat civil, car c’est alors que s’applique ce que l’on appelle le splitting entre époux. Le choix de la bonne combinaison de classes fiscales peut également avoir un effet financier et surtout fiscal dans le cadre d’un mariage et, enfin et surtout, un partenariat peut se traduire par une double somme forfaitaire pour les épargnants ainsi que par des montants de dons exonérés d’impôts nettement plus élevés.

D’autres facteurs d’avantages fiscaux sont les enfants au sens d’allocations familiales ou de prestations pour enfants. Classiquement, l’immobilier apporte également des avantages fiscaux : Un appartement occupé par son propriétaire, par exemple, peut apporter des avantages fiscaux dans la mesure où des travaux d’artisans sont effectués dans un appartement occupé par son propriétaire ou que des dépenses sont engagées lors de la location de l’appartement occupé par son propriétaire.

Avantages fiscaux pour le mariage, le partenariat civil :

  • Séparation conjugale
  • Combinaison de classes d’impôts
  • Doublement de l’allocation d’épargne
  • Montant des dons non imposables

Avantages fiscaux avec un ou plusieurs enfants :

  • Allocations familiales
  • Allocations pour enfants

Avantages fiscaux pour les biens immobiliers :

  • Travaux artisanaux pour un logement occupé par le propriétaire
  • Dépenses liées à la location d’un bien immobilier

Coaching fiscal : économisez vos impôts comme les grands

En raison de la multitude d’impôts et des nombreuses possibilités de recevoir des subventions ou d’obtenir des avantages fiscaux, il n’est pas du tout facile de faire une déclaration générale sur les économies d’impôts. De plus, il y a une grande différence selon que les économies s’appliquent à une entreprise ou à un particulier ou à un travailleur indépendant : Une GmbH (société à responsabilité limitée) est créée différemment d’une GbR (société de droit civil), un retraité a des options différentes de celles d’un entrepreneur individuel ou d’un étudiant. En particulier dans le cas d’investissements en capital importants et de grande valeur, la prudence est de mise afin de ne pas mettre le pied dans la bouche fiscale.

Outils d’économie d’impôt : actualisés, de qualité et sérieux

Quelle est la meilleure façon d’économiser des impôts ? Ce n’est pas si facile à découvrir, car il existe une aide disponible par le biais de divers médias éducatifs. Certains d’entre eux sont payants, d’autres sont gratuits. Les critères les plus importants pour choisir le bon outil de réduction des impôts sont l’actualité, la qualité et le sérieux.

Voici quelques exemples d’outils de réduction des impôts :

  • Mesures de formation continue et de perfectionnement
  • Coaching fiscal
  • Conseil fiscal
  • Livres et e-books
  • Logiciels et applications mobiles
  • Plateformes Internet (chats, forums, blogs)
  • Portails Internet
  • Médias sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, YouTube)

Coaching fiscal et conseils personnalisés : apprendre des professionnels

Les mesures d’éducation et de formation complémentaires sont généralement coûteuses et prennent du temps. En outre, ils sont souvent liés à certaines conditions préalables, telles qu’une formation professionnelle complète ou plusieurs années d’expérience professionnelle. Il y a souvent un manque de temps et de ressources financières pour cela, plus : le savoir-faire pour économiser des impôts ne peut être ici qu’un objectif à long terme et ne fournit pas d’aide immédiate.

Il est également possible de participer à un coaching fiscal, à un séminaire ou à un webinaire, mais là aussi, les facteurs temps et argent sont au premier plan. En raison du large éventail d’offres, il est également difficile de reconnaître les fournisseurs réputés en tant que tels. Un rendez-vous avec un conseiller fiscal semble donc judicieux, mais l’expertise est généralement facturée à un prix extrêmement élevé. C’est précisément en raison de leur compétence professionnelle étudiée qu’il peut également être difficile de communiquer de manière claire et techniquement correcte ou de garder une vue d’ensemble dans la confusion des termes techniques.

Supports de coaching fiscal : livre, CD et application mobile

Les livres sont bien sûr une excellente option pour tous ceux qui aiment lire et veulent acquérir des connaissances de manière bricolée. Cependant, les livres deviennent rapidement obsolètes et le sujet de la fiscalité en particulier est revisité chaque année. En outre, il n’est possible de reconnaître les livres qui ont une valeur qualitative que sur la base des évaluations des utilisateurs. Cependant, ils sont également disponibles à l’achat et de nombreux utilisateurs préfèrent commenter au lieu de donner des avis précis sur les produits. La fourchette de prix des guides de défiscalisation est de 10,00 euros en moyenne et le livre compte généralement entre 200 et 1 000 pages.

Les livres électroniques sont souvent un peu moins chers et peuvent être consultés partout. La condition préalable est, bien sûr, un dispositif technique approprié avec un espace de stockage suffisant. Les facteurs d’actualité, de qualité et d’évaluation correspondent à ceux des livres à couverture rigide et souple.

Les livres sur les économies d’impôts sont souvent lourds et fastidieux à lire.

Des logiciels sur le thème « économiser des impôts » sont disponibles sous forme de CD pour l’ordinateur et d’applications pour les propriétaires de tablettes et de smartphones. Là aussi, de nombreux produits sont disponibles et il est conseillé d’acheter la dernière version chaque année afin de rester à jour en termes de droit fiscal. En supposant que l’appareil final réponde aux exigences techniques, la fourchette de coûts pour des programmes réputés sur CD, par exemple, est d’environ 20,00 euros à 40,00 euros et plus.

La gamme d’applications permettant de réduire les impôts est si vaste et si confuse qu’un achat – en particulier d’un produit plus coûteux – ne devrait idéalement être effectué que sur la base d’une recommandation fiable. Dans les deux cas, la convivialité du logiciel ne peut généralement être déterminée qu’après l’achat et l’installation sur l’appareil final.

Gratuit : Blogs, portails, réseaux

Si vous ne voulez pas dépenser d’argent pour en savoir plus sur les économies d’impôts efficaces, l’internet est l’endroit idéal : pour économiser des impôts sans dépenser d’argent, il existe de nombreuses offres en ligne gratuites sous la forme de diverses plateformes internet, portails et réseaux de médias sociaux qui fournissent gratuitement un vaste répertoire de conseils, d’astuces et d’informations spécialisées. Dans ce cas, la compétence professionnelle est le principal critère de décision, car les conseils fiscaux ne doivent être acceptés que s’ils proviennent de sources réputées.

Plateformes Internet : Conseils pour économiser l’impôt dans les forums, les salons de discussion et les blogs

Les plateformes Internet : souvent douteuses et arbitraires – Sur les plateformes Internet, par exemple, il existe des forums et des salons de discussion grâce auxquels les utilisateurs peuvent échanger virtuellement leurs points de vue sur n’importe quel sujet ou sur un sujet donné. L’accent – et le risque – est mis ici sur les opinions personnelles, les connaissances subjectives et les pensées individuelles. Un blog, contrairement aux forums et aux chats, est un site web qui ressemble souvent à un journal intime et qui est accessible publiquement et sans restriction à tous les utilisateurs du web. Les informations sont totalement subjectives et de contenu arbitraire et sont régulièrement complétées par d’autres contenus. Les plates-formes Internet ne permettent pas de faire preuve d’un certain sérieux, car n’importe qui peut se cacher derrière un personnage virtuel, un nom d’utilisateur ou une photo de profil, ou se faire passer pour quelqu’un d’autre. Il y a souvent un manque d’aides à l’orientation et de clarté, de sorte que la recherche prend du temps et donne des résultats discutables.

Portails Internet : Conseils et astuces d’experts fiscaux

Les portails Internet : des outils de marketing semi-sérieux – Les portails Internet sont également des sites web accessibles au public et contiennent généralement de nombreuses informations sur un sujet concret et spécifique. Certains portails, en revanche, publient une quantité gérable d’informations sur une variété de sujets, de sorte que l’expertise ne peut être supposée que dans une mesure limitée. Les informations spécifiques doivent être filtrées et évaluées de manière indépendante. Cependant, de nombreux opérateurs utilisent les portails Internet de manière significative pour attirer les lecteurs sur leur site et les conquérir en tant qu’acheteurs potentiels de leurs produits payants. En ce sens, les articles web doivent être compris comme un outil de marketing. Les questions spécifiques ne sont pas possibles ou souhaitées, car de nombreux portails génèrent leurs articles par l’intermédiaire d’auteurs tiers et n’ont qu’une expertise limitée dans les différents domaines.

Optimisation fiscale : « payer » des impôts comme Trump, Springer & Co.

Si vous voulez comprendre comment les « grands » « paient » ou économisent des impôts, vous devez absolument jeter un coup d’œil à Lukinski. Actuellement agent immobilier pour des propriétés de luxe, il écrit souvent dans son blog sur les astuces permettant aux entrepreneurs et aux entreprises de réduire leurs impôts.

Voici deux autres exemples de modèles fiscaux tirés du blog :

Le président américain Trump ne paie que 750 euros d’impôt sur le revenu, selon le New York Times. Et ce n’est pas tout : selon le New York Times, M. Trump n’a pas payé d’impôt sur le revenu pendant 10 des 15 années écoulées depuis 2000. S’agit-il de stratégies douteuses de réduction des impôts ou simplement d’optimisation fiscale ? Comment fait-il ?

Ou ici : Des actions valant 1 milliard, presque exemptes d’impôts. « Un cadeau de plusieurs milliards pour le patron de Springer : des actions largement exonérées d’impôts » ? Je peux faire ça aussi ? L’ensemble des actions a un volume de 15%. Lors du transfert, on a exploité une loi qui est censée prévenir l’insolvabilité éventuelle des entreprises. En raison du volume élevé, Axel Springer SE pourrait…

Réseaux de médias sociaux : conseils aux influenceurs sur Instagram, YouTube & Co.

Les réseaux de médias sociaux : à considérer avec scepticisme – Ces dernières années, les produits des médias sociaux ont été de plus en plus mis en avant et leur utilisation est devenue une évidence pour beaucoup. Étant donné que les plateformes de médias sociaux telles que Facebook, Twitter et Instagram, par exemple, sont le plus souvent inondées de fausses informations et de faux utilisateurs en raison d’un manque de modération et de vérification, elles sont plutôt moins adaptées comme source d’information fiable pour des sujets spécifiques et complexes tels que l’épargne fiscale.

Les influenceurs utilisent souvent les vagues de tendances et les stratégies marketing pour améliorer leur propre profil et générer plus de portée. La véracité de leurs messages doit donc toujours être accueillie avec un sain scepticisme. En outre, la plupart des personnes bien informées ont tendance à ne pas publier leurs connaissances sur les plateformes de médias sociaux, mais plutôt sur leur propre site web ou pas du tout.

La seule exception est constituée par les chaînes vidéo vérifiées sur diverses plates-formes vidéo telles que YouTube, qui offrent généralement un aperçu gratuit de leurs domaines d’expertise. La haute qualité de leurs vidéos peut être facilement déduite des « likes » et des commentaires, ces derniers, contrairement aux évaluations de produits sur Amazon & Co. étant généralement formulés de manière plus critique et spécifique au sujet. Un échange personnel avec le propriétaire de la chaîne est souvent possible via les commentaires ou les messages privés. Un autre avantage résulte du format vidéo lui-même, car l’influenceur YouTube peut expliquer clairement des sujets complexes et les gestes, le langage et la formulation facilitent souvent la compréhension du spectateur/auditeur.

Recherche Google avec SEO, SEA et SEM

À l’ère des médias modernes, une recherche générale commence généralement par Google. Mais en fait, le moteur de recherche virtuel n’est pas si utile, car les algorithmes de recherche ne sont souvent pas intuitivement compréhensibles, les publicités sont placées en amont et évincent le contenu organique des premières pages. Ceux qui ne connaissent pas les bons opérateurs perdent souvent beaucoup de temps avec la recherche Google et, au final, ne trouvent peut-être même pas ce qu’ils recherchent. La publicité sur les moteurs de recherche (SEA) place des annonces payantes pour les entreprises et les entrepreneurs ; la recherche de mots clés ne fonctionne que dans une certaine mesure, car tous les contenus pertinents n’ont pas été conçus pour l’optimisation des moteurs de recherche (SEO) ;

Lorsque vous utilisez la recherche Google, soyez prudent car le marketing par moteur de recherche (SEM) ne vous montre pas nécessairement les résultats qui sont pertinents pour vous :

Recherche de mots-clés : économiser des impôts

Avec le mot clé « save taxes », les premiers résultats de recherche montrent un mélange coloré d’articles de journaux, de conseils aux entreprises et aux employés, de logiciels et d’applications fiscales, de portails Internet et d’une plateforme en ligne pour les bourses d’études. Bien entendu, la Stiftung Warentest propose également des conseils fiscaux pour la fin de l’année. Ensuite, il y a YouTube, Amazon et les publicités habituelles de Google lui-même. Ainsi, selon le marketing des moteurs de recherche (SEM), les sites qui obtiennent le plus de succès sont ceux qui proposent leurs propres produits d’économie d’impôt ou qui, au lieu d’une expertise spécialisée, fournissent une large masse d’informations à un groupe cible non spécifique.

Recherche de mots-clés : aide à l’épargne fiscale

Même avec l’ajout de « help », Google liste les mêmes suspects presque sans changement. En outre, il existe l’Aktuell Lohnsteuerhilfeverein e. V. et la Vereinigte Lohnsteuerhilfe e. V., qui ne mettent leur expertise en matière d’impôt sur le revenu à la disposition des membres de l’association que contre rémunération et qui s’intéressent principalement aux économies d’impôts en tant que salariés, retraités, fonctionnaires et étudiants.

Recherche de mots-clés : Sauver des impôts sérieusement

Un cabinet d’avocats et un rapport de terrain sur le coaching fiscal d’Alex Fischer ne peuvent être trouvés que sur le site « Tax Saving Seriously ». Vous trouverez ci-dessous une recommandation pour sa chaîne YouTube.

Mais qui est cet Alex Fischer ? Un bref coup d’œil à son curriculum vitae le montre : Alex « Düsseldorf » Fischer est, de son propre aveu, un entrepreneur, un investisseur immobilier et un stratège commercial. Il est l’auteur d’un livre et possède un site web avec plus de 600 vidéos. Depuis mai 2013, Alex Fischer s’est constitué un public de 102 000 abonnés sur sa chaîne YouTube et convainc avec près de 450 vidéos explicatives gratuites sur les thèmes de l’immobilier, du financement et des économies d’impôts. Ses vidéos ont jusqu’à présent (au 10/2020) généré plus de 12,5 millions de vues – un chiffre impressionnant pour cet éventail de sujets.

Après avoir regardé quelques vidéos plus courtes, c’est clair : Alex Fischer rencontre ses spectateurs personnellement et au niveau des yeux. Son apparence charismatique et ses explications faciles à comprendre, même sur des sujets complexes et arides tels que les relevés de pension et les flux de paiement, sont certainement l’une des raisons du fort écho rencontré sur YouTube. La vidéo la plus populaire sur le thème des « économies d’impôts » a été la contribution d’une heure intitulée « Économiser des impôts en comprenant vraiment le jeu fiscal ». Cependant, sa chaîne YouTube propose également de nombreuses vidéos courtes avec des conseils et astuces professionnels d’une durée d’environ cinq à dix minutes, qui sont parfaites pour une courte pause éducative afin d’apprendre comment économiser des impôts rapidement et facilement.

Expertise théorique et pratique grâce au coaching fiscal

En un mot : L’essentiel est qu’il existe de nombreux supports et outils d’économie d’impôt pour acquérir des connaissances. En particulier, les petites astuces pour la vie quotidienne avec les impôts peuvent souvent être trouvées sans grand effort. En fin de compte, toutefois, nous recommandons vivement le coaching fiscal aux investisseurs et aux personnes à hauts revenus.

Conseillers fiscaux – experts en déclaration d’impôts

Il ne suffit pas de trouver un expert fiscal qui a acquis les connaissances théoriques pendant plusieurs années d’études. Un conseiller fiscal, par exemple, possède sans aucun doute une expertise complète dans le domaine des « impôts », mais sa tâche consiste essentiellement à tenir des registres des flux de trésorerie de l’entreprise, à préparer les états financiers annuels et les déclarations fiscales et à examiner les évaluations fiscales. En outre, il y a la comptabilité des salaires et la représentation de ses propres clients dans les litiges. Par conséquent, un conseiller fiscal peut coûter cher.

Leur savoir-faire s’étend donc principalement à la déclaration fiscale et à l’application de la loi, ainsi qu’à la réponse aux questions de gestion d’entreprise. Les conseils individuels approfondis et continus en matière de droit fiscal et l’optimisation de la structuration fiscale sont rarement abordés et, s’ils le sont, vous risquez d’échouer en raison de votre propre manque de connaissances et de compréhension.

Vous cherchez un bon conseiller fiscal dans votre région ? Lisez ici nos recommandations pour toute l’Allemagne ! Trouver un conseiller fiscal

Coaching fiscal – nombreuses offres hors ligne et en ligne

Selon le principe de l’offre et de la demande sur le marché, il existe des masses de prestataires pour le coaching, la conception et l’optimisation fiscale ainsi que pour le conseil fiscal intensif. Comme nous l’avons déjà mentionné plus haut, les offres classiques d’auto-apprentissage et les médias éducatifs tels que les livres, les e-books, les CD et les applications mobiles ne sont souvent que suffisamment utiles lorsqu’il s’agit d’économiser des impôts.

Les plates-formes Internet regorgent également de prestataires ne disposant d’aucune expertise significative, et encore moins d’une expérience de terrain dans le monde de la fiscalité. En particulier sur les plateformes de médias sociaux, il y a beaucoup de jeunes influenceurs qui viennent d’obtenir leur diplôme ou de commencer leurs études et qui, malgré leur manque d’expertise, offrent beaucoup d’astuces et de conseils. Leur gravité peut et doit être remise en question dans tous les cas et examinée en détail dans chaque cas individuel.

Les impôts sont l’affaire du patron – l’expérience pratique compte

Il est donc essentiel de trouver un spécialiste qui a des connaissances pratiques et qui connaît les erreurs et les pièges du droit fiscal de par sa propre expérience. Une telle personne a déjà connu et surmonté les problèmes auxquels vous êtes peut-être confronté en ce moment et sait exactement ce que vous devez faire et ce qui fonctionne.

« Les impôts sont l’affaire du patron » est un principe qui s’applique pleinement ici. La planification fiscale peut difficilement être déléguée au conseiller fiscal en qui vous avez confiance, car il ne connaît pas du tout votre situation réelle et sait encore moins quel idéal vous visez. En fin de compte, la direction elle-même doit développer une compréhension professionnelle afin d’orienter les conseillers fiscaux et les unités de personnel de manière ciblée pour que leurs connaissances puissent être utilisées dans l’intérêt de l’entreprise afin de faire progresser et d’améliorer continuellement l’ensemble de l’entreprise.

Conseil : coaching fiscal professionnel en ligne

Avec les informations et les conseils d’économie d’impôt ci-dessus, vous êtes bien préparé pour économiser des impôts dans la vie quotidienne. Toutefois, si vous avez déjà constitué un certain patrimoine et que vous investissez beaucoup en capital et en actifs financiers, vous ne pourrez que sourire de ces conseils et astuces. Avec un revenu annuel de plus de 80 000 euros, le petit 1×1 d’économie d’impôt ne suffit plus, car alors cela devient vraiment compliqué et au lieu de montants en centimes, on parle de montants en euros à quatre et plusieurs chiffres. C’est pourquoi on dit souvent : « Les impôts sont l’affaire du patron ». Car seul un patron qui s’y connaît en matière de fiscalité peut faire passer son entreprise au niveau supérieur.

Investisseur immobilier et entrepreneur à succès, Alex Fischer a déjà prouvé son expertise et joue dans la cour des grands en matière de droit fiscal et d’entrepreneuriat depuis plusieurs années. Il partage gratuitement 80 % de son expérience avec le monde entier via sa chaîne YouTube. Toutefois, si vous voulez prendre votre vie en main et atteindre le niveau supérieur en tant que chef d’entreprise fiscalement avisé, vous devriez envisager un coaching fiscal complet et riche en contenu.

Postulez pour Next Level Tax Coaching

Après la procédure de candidature, l’espace d’accueil vous attend avec un accueil vidéo personnel d’Alex Fischer. Outre les notions de base et les erreurs et pièges typiques du droit fiscal, vous pouvez vous attendre à de nombreux chapitres sur le thème de la « structuration et de l’optimisation fiscales ». Vous apprendrez non seulement à économiser efficacement des impôts et à tirer parti des subventions, mais aussi à mieux structurer votre entreprise ou à mettre des biens immobiliers en chantier. Au total, vous recevrez pendant huit semaines un contenu fiscal professionnel de haut niveau d’information, vous pourrez échanger en personne avec des personnes partageant les mêmes idées et des spécialistes et même contribuer vous-même au succès du coaching fiscal. Les témoignages de ceux qui ont déjà pris part au coaching fiscal d’Alex Fischer parlent d’eux-mêmes.

Si vous souhaitez en savoir plus sur le programme Next Level Tax Coaching d’Alex Fischer :

Si vous souhaitez d’abord vous documenter un peu, je vous recommande le rapport d’expérience du FIV. Ici, vous pouvez tout apprendre sur les bases du coaching fiscal de Next Level et suivre nos expériences personnelles semaine après semaine :

Nouveau ! Enfin fait : coaching fiscal de l’AF

Toute personne qui écrit sur l’immobilier doit également se former. Plus précisément, lorsqu’il ne s’agit plus seulement de l’occupation par le propriétaire, mais aussi de la location. Parce que le plus gros poste de dépenses est constitué par les impôts. Plus vous gagnez, plus vous devez payer d’impôts – le problème est clairement défini, que faire ? Apprenez de l’expérience, de ceux qui ont réussi. Beaucoup disent que le coaching fiscal de Next Level est le meilleur d’Allemagne. Une raison suffisante pour y participer vous-même. Vous voulez devenir vous-même un investisseur immobilier ?

Pour en savoir plus sur le coaching fiscal, cliquez ici :

Conseil : Investissement en capital – portefeuille, faits, risques

Notre guide XXL des investissements vous dit tout ce que vous devez savoir sur les investissements. Des actions aux voitures en passant par les métaux précieux, la mode, les bijoux et la gestion d’actifs.

Investissement en capital XXL – immobilier, voitures et bien plus encore

Investissement en capital – 1 000 euros, 10 000 euros, 100 000 euros, 1 million d’euros à partir de quand vaut-il la peine d’investir dans l’immobilier, les actions, les fonds, l’argent d’appel, les voitures et l’art ? Les consommateurs peuvent utiliser différentes options pour investir leur capital. Il y a beaucoup d’erreurs. Les investisseurs doivent donc savoir à l’avance quels risques ils veulent réellement prendre. Pour la sélection finale de l’investissement en capital individuel, il est important de connaître le montant du capital que vous souhaitez investir. Vous le saviez déjà ? L’immobilier peut offrir des avantages fiscaux supplémentaires pour l’investissement en capital.