Devenez un orateur : Gagner de l’argent grâce aux connaissances, à la liste de contrôle et aux conseils de l’expert – Interview

Devenir un orateur – Que fait un orateur ? Combien gagne un conférencier ? Comment devient-on orateur, faut-il une formation ? Après notre entretien avec l’agence de conférenciers, nous avons reçu des commentaires sur le thème « être un conférencier et devenir un conférencier ». Aujourd’hui, nous avons rencontré le propriétaire de l’agence de conférenciers Keynote Speaker One pour discuter de la question qui intéresse un grand nombre de nos lecteurs : Comment devenir conférencier ? Combien gagne-t-on en tant qu’orateur ? Tout le monde peut-il devenir orateur ? Nous avons également voulu commencer par découvrir comment les conférences virtuelles changent le monde de la parole – ou le font-elles ? Nous allons le découvrir maintenant, dans la deuxième interview.

Merci à l’orateur principal 1 : Agence de conférenciers (externe).

FIV Feature X CM Models

Combien gagnez-vous en tant que conférencier ?

FIV : Merci d’avoir pris le temps, encore une fois ! Aujourd’hui, nous voulons savoir quels conseils vous avez à donner à ceux qui veulent devenir orateurs. Non seulement comme une transition à mes questions sur le fait de devenir conférencier, mais je dois vous demander ! Je suis sûr que de nombreuses personnes s’intéressent à une chose en particulier : combien gagnez-vous en tant que conférencier ?

La connaissance qui crée de l’argent apporte de l’argent. En d’autres termes, plus vos connaissances sont efficaces pour atteindre des objectifs – il ne s’agit pas toujours d’argent, mais aussi de la création de réseaux, par exemple avec des représentants d’entreprises, plus communément appelés lobbyistes – plus le transfert de connaissances est calculé et facturé. En bref, si vous parvenez à générer plus d’argent pour le client, vous pouvez devenir consultant ou conférencier.

Mais d’abord, c’est important pour moi, les orateurs ne travaillent pas seulement pour l’argent !

Prix pour les conférences, les ateliers et le coaching

Il y a beaucoup de gens qui ont, disons, réussi, pour qui l’argent n’a plus la même importance que pour ceux qui débutent. Ils veulent transmettre leurs connaissances et leur expérience à la prochaine génération. Par exemple, si des millionnaires s’expriment lors d’une petite conférence sur les startups. Pour eux, il ne s’agit surtout pas d’argent, mais d’aider les autres, de les motiver.

Pour en venir à votre question sur les revenus, celui qui débute en tant que conférencier, sans agence, est déjà bon avec des honoraires à trois chiffres. En règle générale, il ne s’agit que d’une heure de travail sur place. Bien sûr, il y a la préparation, le voyage, l’apport final des participants, mais il est souvent limité à 60 minutes lorsqu’il s’agit de parler. Ce sont les premiers jours. Les événements comptant plus de 200 participants ont généralement des intervenants qui gagnent dans les quatre ou cinq chiffres.

Ensuite, il y a des ateliers entiers ou des séances de coaching, pour ainsi dire, avec un mentorat simultané. Une telle journée peut ressembler à ceci, par exemple, qu’un cours magistral est donné pendant 30 à 60 minutes, suivi d’une unité de travail pendant 30 à 120 minutes. Ce changement a lieu parce que, 4 fois. L’effort de préparation est bien sûr beaucoup plus important. Par conséquent, les frais sont également plus élevés ici.

Lorsqu’il s’agit d’orateurs de renom ou de PDG de grandes entreprises, les montants pour un rendez-vous sont généralement de l’ordre de quatre à six chiffres.

Cette information devra faire l’affaire pour le moment !

Les sujets qui vous feront gagner beaucoup d’argent en tant que conférencier

FIV : Dans quels domaines, ou en d’autres termes, avec quels contenus et conférences, pouvez-vous gagner beaucoup d’argent en tant qu’orateur ?

Je répondrais à la question de la façon suivante : ne vous intéressez pas aux sujets, mais aux clients ou aux secteurs. Un bon conseil également pour tous ceux qui veulent devenir orateur. Quelle industrie, économie ou secteur commercial réalise un chiffre d’affaires élevé et compte en même temps de nombreuses entreprises, c’est-à-dire des clients potentiels ?

Un domaine simple et classique que tout le monde connaît est celui des banques et des institutions financières. Ils gèrent les actifs de personnes fortunées et sont donc toujours à la recherche de nouveaux apports dans tous les domaines. Qu’il s’agisse de marketing pour la portée, de ventes pour les fermetures, ou de numérisation dans les entreprises, pour des processus de travail internes plus efficaces. Ces clients fortunés sont naturellement disposés à payer davantage pour un contenu de qualité.

Exemple : Formation aux expressions faciales pour les gestionnaires de patrimoine

FIV : Pouvez-vous me donner un exemple d’un domaine aussi particulier et en même temps rentable ?

Un exemple pratique, l’un de nos intervenants est particulièrement concerné par les expressions faciales. Cela signifie qu’il lit les visages, plus précisément, l’émotion dans le visage de l’autre personne. Il peut donc voir si quelqu’un est d’accord ou non avec une opinion, tout simplement. Ainsi, si un gestionnaire de patrimoine est assis en face d’une personne fortunée lors d’une réunion et lui propose différentes options d’investissement, il peut savoir, grâce aux expressions du visage, si le client est plus susceptible d’être d’accord ou non, quoi qu’il dise explicitement.

Il se peut qu’un client rejette un certain type d’investissement, simplement par principe ou parce qu’il a abordé la conversation avec d’autres projets. Mais l’expression du visage montre que l’intérêt est grand. Le conseiller en investissement ne doit donc pas changer de sujet maintenant, mais peut-être approfondir un peu plus, mentionner à nouveau les avantages, etc. C’est un exemple simple, mais cette action simple génère au final peut-être un chiffre d’affaires supplémentaire de 10 millions. Tout cela en apprenant d’un jour.

Ces connaissances, ces compétences valent de l’or lorsqu’il s’agit de conseils en matière d’investissement.

Devenir un orateur : Conseils d’experts

FIV : Merci pour cet éclairage. Avec cet exemple, vous pouvez voir directement à quel point les sujets peuvent être approfondis dans vos discours ou avec les clients. J’aimerais aussi pouvoir lire les expressions faciales dans l’interview ! Où je ramasse, où je ne ramasse pas, très excitant. Cela nous amène directement aux questions pour nos lecteurs qui veulent devenir orateurs ! Comment devient-on conférencier et de quoi a-t-on besoin ?

Liste de contrôle : Devenir un orateur

C’est là que je vous donnerais des points très succincts, comme un orateur. Laisse-moi réfléchir une seconde. En très, très bref, voici ce qu’il faut faire pour devenir un orateur :

  1. Qui êtes-vous ? Généraliste, spécialiste ou personne connue
  2. Vous devez avoir des antécédents ou des compétences spécifiques qui vous ont permis de réussir.
  3. Vous avez besoin d’un sujet, ou mieux encore d’une présentation préparée sur des diapositives.
  4. Vous devez avoir de l’expérience et une réputation grâce aux projets et aux clients
  5. Vous avez besoin d’un réseau, de contacts, de commandes, d’affaires répétées et de références.

Votre apparence : personnalité et thème

FIV : Que doivent savoir les lecteurs qui veulent devenir conférenciers dans chacun des domaines que vous venez de mentionner ?

Ok, récapitulons dans un ordre très, très court. Vous devez décider comment vous voulez apparaître. Il y a les généralistes, comme les PDG, les managers, les millionnaires autodidactes, qui ne se spécialisent pas dans un certain domaine, mais qui peuvent avoir une vue d’ensemble, comprendre et aussi expliquer des contextes plus complexes. Ils connaissent les étapes, mais souvent pas le travail lui-même. En d’autres termes, quelqu’un a eu l’idée d’un logiciel, mais ne sait pas comment le programmer. Les programmeurs font le travail, elle ou il s’occupe de la gestion et du développement de l’entreprise, entre la programmation, les ventes, la comptabilité, la gestion des ressources humaines, la gestion des emplacements, etc. Il en va de même dans les affaires et la politique. Ici, il est important d’avoir une réputation en tant qu’orateur, ce qui signifie que les gens savent ce que vous défendez.

Êtes-vous un généraliste ? Ou êtes-vous un spécialiste, c’est-à-dire le programmeur qui sait mettre en œuvre des idées et construire une application à partir de celles-ci ?

Ce sont des spécialistes, ils traitent d’un sujet précis. Le programmeur peut-être avec l’industrie 4.0 dans la numérisation, plus explicitement avec « Automatismes dans les lignes de production l’industrie automobile ». Un généraliste préférerait donner une conférence sur « l’industrie 4.0 dans l’industrie automobile ».

Important pour ces deux groupes d’intervenants, ils ont besoin d’histoires à succès ! Car seuls ceux qui ont des réussites à faire valoir seront perçus par les autres comme des mentors.

Ensuite, il y a les personnes connues, elles sont réservées pour votre nom, pour des raisons de réputation interne et/ou externe.

Avant toute chose, il faut donc trouver la personnalité que vous souhaitez montrer au monde extérieur, ainsi que votre ou vos thèmes.

Expérience et réputation (bonne réputation pour la recommandation)

FIV : Qu’entendez-vous par expérience et réputation ?

L’expérience se compose de nombreux éléments, dont le plus important est votre parcours. Vous faites votre travail depuis 20 ans et vous l’avez fait avec succès. Ou bien, vous avez programmé une application qui n’a jamais été faite auparavant. Vous êtes au top en gestion des ressources humaines et vous transmettez maintenant votre expérience de chasseur de têtes. Vous avez construit une entreprise prospère. Ce sont toutes des histoires à succès.

Mais en même temps, l’échec est également acceptable, c’est-à-dire les erreurs commises. Le mélange de succès et d’échecs crée alors l’histoire du héros. En fonction du degré d’émotion que vous souhaitez construire votre propre discours, un outil très puissant pour émouvoir le public.

Les principaux sujets de conférence pour ouvrir la porte aux orateurs

Cela nous ramène au sujet. Il vous faut un sujet que vous comprenez et que vous pouvez expliquer. Surtout si vous êtes au début et que vous n’avez pas encore un grand nom, vous avez besoin d’un sujet précis qui vous fasse sortir du lot. En marketing, on appelle cela la « longue traîne ».

FIV : Pouvez-vous nous en dire un peu plus ?

Avant cela, nous étions sur l’industrie 4.0, un sujet très général. Une longue queue serait alors le sujet « Industrie 4.0 : automatisation des lignes de production dans l’industrie automobile ». Il est beaucoup plus facile de s’établir lorsque la concurrence est faible. Le principe typique de l’offre et de la demande. Par conséquent, les jeunes en particulier qui veulent devenir orateurs devraient se concentrer sur le fait qu’ils se placent dans de nouveaux sujets, ici ils peuvent s’adresser en particulier aux personnes âgées et en faire leurs clients. Ceux-ci ne disposent pas des nouvelles connaissances, mais ils ont en même temps déjà des actifs pour vous payer, tout simplement. Une situation gagnant-gagnant pour les deux parties.

Maintenant vient la grande question : comment trouver des clients ? Le réseau et la portée sont la réponse. Elle diffère selon qu’il s’agit de réseaux qualitatifs ou quantitatifs. Si, par exemple, vous vous occupez de l' »automatisation dans la construction automobile », mentionnée plus haut, vous n’avez pas besoin de grandes listes de distribution, mais plutôt de quelques contacts ciblés dans les grandes entreprises et sociétés. Cependant, toute personne qui traite du thème « devenir indépendant et gagner de l’argent », par exemple, doit s’adresser à un grand nombre de personnes (particuliers) pour pouvoir en vivre.

En général, je dirais que, comme toujours lorsque vous voulez devenir entrepreneur, vous avez besoin d’un certain sujet, vous devez ensuite y travailler suffisamment et vous devez trouver des personnes qui apprécient votre travail.

La formation d’orateur est-elle judicieuse ?

FIV : Y a-t-il vraiment une formation d’orateur ?

La plupart des orateurs sont autodidactes. Ils sont bons dans quelque chose et peuvent l’expliquer. Je ne pense pas qu’une formation soit utile, du moins pas une qui soit plus longue qu’un petit coaching, de la part d’un autre expert renommé. Il est également pratique de voir quels critères vous recherchez vous-même lorsque vous cherchez un coach. Mais le danger est que l’un vous dise ceci, l’autre cela. Ce que vous perdez alors en tant qu’orateur, c’est votre manière authentique, qu’elle soit calme ou excitée, en tant qu’animateur. Je dirais donc qu’il est logique d’entraîner les gens à mieux emballer le contenu, à mieux le livrer, dans sa présentation et sa structure. Tout ce qui change la personnalité doit être bien pensé.

En direct ou virtuel : avantages et inconvénients

FIV : Compte tenu de la situation actuelle et de toute la numérisation, qu’est-ce qui est le mieux en tant qu’expert, selon vous : le direct ou le virtuel ? Pourquoi : En particulier depuis la création de Covid, nous avons fait beaucoup de choses en ligne qui, auparavant, étaient presque toujours hors ligne. Par exemple, des réunions, des ateliers et, bien sûr, des formations et du coaching. Avez-vous eu des conférences numériques ?

J’ai également eu beaucoup de conférences numériques au cours de l’année et demie écoulée. Mais je n’en suis pas fan, du moins pas avec les solutions et les bandes passantes actuelles !

Par exemple, je viens de devoir diviser un groupe de 260 personnes en trois groupes, et j’ai donc dû engager deux orateurs supplémentaires. Tout ça parce qu’il n’est pas possible de réunir de manière fiable plus de 50 ou 60 personnes dans un même flux. Et ce, malgré le fait que nous avions déjà choisi l’une des grandes solutions logicielles pour ce rendez-vous.

Problème : bande passante pour les appels vidéo

FIV : Quel est exactement le problème ?

Le gros problème, c’est la bande passante et le traitement commun des données. Je suis le seul à pouvoir diffuser une vidéo. Plus on se connecte avec la vidéo, c’est pareil avec l’audio, plus la connexion est mauvaise. Donc, en gros, je parle sans voir un seul participant. Lors du premier événement, j’ai pensé : « OK, on peut travailler là-dessus ». Mais maintenant, un an plus tard, ce n’est pas différent. Comme je l’ai dit, je ne suis pas un fan de la formation numérique lorsque ce sont les conditions dans lesquelles elle est également en direct.

Dans cet exemple, il s’agissait de faire en sorte que personne ne puisse poser une question en retour sans devoir participer en plus, après tout, tout le monde doit désactiver ses microphones et ses webcams. Dans une situation en direct, je verrais une réponse immédiatement, numériquement, sans vidéo, à cause de la bande passante ou du logiciel, je ne sais pas, les gens doivent d’abord décider activement de s’enregistrer. C’est une barrière incroyablement importante. C’est pourquoi presque personne n’ose poser une question de suivi. Les participants ont toujours l’impression d’être interrompus, ils ont donc l’impression d’être « interrompus ». Il est également difficile de faire disparaître ce sentiment.

Après tout, vous ne voyez pas les réactions des autres invités et vous ne savez pas ce qu’ils pensent ou ressentent, s’ils ont des questions ou non ? Suis-je le seul à ne pas comprendre ?

Communication et réponse au public

FIV : Le fait d’être en direct ou virtuel fait donc une différence ?

Oui, en direct ou virtuel, cela fait une grande différence ! Bien sûr, il y a toujours des exceptions, les personnes très assidues, qui peuvent apprendre tout aussi efficacement par voie numérique. Mais en règle générale, les émotions en font partie, comme on vient de le dire, mais aussi les interrogations. En tant qu’orateur, il m’est également beaucoup plus facile de voir le nombre de visages interrogatifs, en fonction de la spécificité du sujet. Ensuite, je peux leur répondre, par exemple, élaborer un peu plus.

En même temps, les participants ont la possibilité de discuter entre eux, c’est-à-dire en direct, tranquillement pendant la conférence, mais aussi pendant les pauses, et bien sûr avant et après la prise de parole. L’esprit, de la scène au public, est également très différent. Et au final, il ne s’agit pas seulement de connaissances factuelles, d’informations, mais surtout de motivation, d’envie d’en faire plus ! Parfois, il faut d’abord éveiller la volonté, parfois il faut la concentrer et la canaliser.

Les conférences en direct présentent de nombreux avantages, pour les participants et donc aussi pour le client. Les résultats sont plus efficaces.

FIV : Merci pour les réponses excellentes et détaillées !

Keynote Speaker One (site web) : Agence de conférenciers.

Partie 1 : Agence de conférenciers et sujets tendances

Speaker Agency – L’apprentissage est une activité qui ne s’arrête jamais. Nous commençons avec nos parents, au jardin d’enfants, nous allons à l’école, nous suivons une formation ou des études, nous participons à des ateliers, à des formations et à des formations continues, nous apprenons des langues, des arts. Par passion personnelle ou pour gagner plus d’argent. De nombreuses entreprises investissent un peu plus et réservent de véritables experts pour leur entreprise et leurs employés. De nombreux noms ne sont connus que dans les milieux professionnels, d’autres sont éminents et connus de tous. Nous avons rencontré aujourd’hui le propriétaire d’une agence de conférenciers pour parler du secteur, des processus et des conférenciers. Quels sont les sujets importants pour les entreprises, quels sont les sujets tendances ? Nous lui avons également demandé : comment devient-on un orateur ? Peut-être possédez-vous des connaissances précieuses que vous pouvez partager avec d’autres. Mais commençons par le début !