Créatrice de bijoux Pegah de privatesuite.eu

La créatrice de bijoux Pegah Ghaemi a créé sa propre boutique en ligne. SUITE PRIVÉE par passion et intérêt pour les bijoux. Elle travaille et vit avec sa famille à Munich. J’ai parlé à cette créatrice de bijoux à succès de ses inspirations et de la ville de la mode qu’est Munich.

FIV Feature X CM Models

Pegah, créatrice de bijoux, s’intéresse à la ville de la mode qu’est Munich.

FIV : Pegah, vous êtes créatrice de bijoux à Munich, comment est la scène de la mode à Munich ? Qu’est-ce qui fait de Munich une ville de la mode pour vous ?

Munich est une ville élégante et passionnante – j’irais même jusqu’à dire que c’est la plus belle ville d’Allemagne, avec Hambourg. Sa mode est donc également diverse et colorée.

Si vous deviez la comparer à une métropole américaine, je dirais qu’elle a le style de LA. Je peux aussi l’expliquer. Par exemple : Je viens de Mayence, mais même les personnes les mieux habillées de Mayence ont toujours ce chic villageois. À Munich, les gens portent du chic, du sportif (allemand), du cool, ou du freeky, etc. Tout est permis et la plupart des gens peuvent le faire. Bien sûr, Munich a aussi un flair particulier pour la mode grâce à toutes les maisons d’édition (de magazines de mode) qui y sont implantées.

FIV : Y a-t-il une forte concurrence dans la région ? Y a-t-il beaucoup de compétition entre les designers ou de nouvelles amitiés se développent-elles dans certains cas ?

Je n’ai aucune concurrence avec qui que ce soit, car je fais quelque chose de complètement différent de tous les autres collègues. Nous sommes des amis plutôt que des ennemis. Il n’y a pas non plus de raison d’avoir une concurrence « désagréable », car il y a beaucoup de place pour tout le monde sur le marché.

De nos jours, seul celui qui a le pouvoir de rester survit de toute façon. Malheureusement, l’industrie de la mode a beaucoup changé. Les foires sont de plus en plus vides et le budget pour l’individualité est de plus en plus réduit. Je peux aussi l’expliquer. Regardez les magasins ; nous sommes en plein été, et depuis deux mois, les produits d’hiver sont déjà suspendus dans les magasins. Les saisons ont changé, mais les chaînes et les gros acheteurs ne réagissent pas. Les fabricants et les acheteurs sont donc tous deux dans une situation difficile. Lorsqu’il y a déjà une vente de 30 % en mai et qu’il fait 12 degrés Celsius, comment cela est-il censé fonctionner ? Et en été comme maintenant, vous cherchez désespérément des biens. Les caves des magasins ne sont même pas vides à 50%, et les nouvelles marchandises arrivent déjà dans les magasins.

L’internet joue également un rôle très important. Aujourd’hui, vous pouvez commander presque tout en ligne à moindre coût et sans frais de port et, si nécessaire, le retourner gratuitement.

Pegah : Son mari la soutient.

FIV : Comment conciliez-vous votre vie privée et votre activité de designer ?

C’était vraiment difficile au début, mais mon mari m’a toujours prise au sérieux et était l’une des rares personnes à croire en moi ! Quand les choses ont été difficiles, il m’a soutenu, même si c’est lui qui ramène l’argent à la maison. En fait, je dois dire que je dois à mon mari et à ma mère de pouvoir travailler aussi librement.

FIV : Quand et comment avez-vous décidé de devenir créatrice de bijoux ?

C’est une très longue histoire. Il y a six ans, mon mari était très occupé aux Philippines et je prenais toujours l’avion avec lui. À l’époque, j’avais racheté les marchandises de Sarayo à la masse d’insolvabilité et j’avais un joli petit magasin dans la Gabelsberger Strasse. J’avais l’habitude d’aller dans ces grands marchés là-bas et, à un moment donné, j’ai acheté un très beau cerceau pour ma belle-fille, qui avait 13 ans à l’époque, mais il était décoré de pierres en plastique. Je l’ai trouvée tellement géniale que j’ai demandé à la dame si elle pouvait m’en faire une paire pour ma boutique, mais avec des pierres semi-précieuses. C’étaient les premiers cerceaux, mais ils ont totalement changé au fil des ans.

Lorsque je suis tombée enceinte, j’ai dû abandonner ma boutique et, après ma deuxième fille, j’ai pensé ouvrir une boutique en ligne afin de ne pas avoir à entendre mon mari me dire, avec un sourire malicieux, « J’ai acheté ce cadeau de Noël moi-même… », car il s’agissait bien sûr de l’argent que j’avais économisé. À l’époque, je vendais peut-être 20 pièces en 3 mois et maintenant environ 1500 pièces chaque mois !

FIV : A quoi ressemblent vos collections et où les personnes intéressées peuvent-elles acheter vos collections ?

Tout ce que je conçois est fait à 100% à la main, est coloré et ne se conforme pas à la norme. Nous avons plus de 400 clients dans le monde qui vendent nos produits et bien sûr dans notre boutique en ligne.

Pegah à propos de son travail de designer à Munich

FIV : Avez-vous fait un apprentissage classique ou comment êtes-vous entré dans la profession ?

Je n’ai pas suivi de formation classique, mais, curieusement, le talent est en quelque sorte inscrit dans le sang des designers qui réussissent. Je gagne également entre 1000€ et parfois 5000€ par jour en tant que consultant en stylisme. Les gens font confiance à ma parole et j’essaie aussi d’expliquer aux gens pourquoi ils devraient acheter quelque chose avant de le leur vendre. La plupart du temps, ils reçoivent tellement de compliments qu’ils m’appellent et me donnent d’autres clients. Après tout, j’ai commencé sans publicité. Il a pris son propre élan, comme les bijoux. De la salle de séjour à un bureau dans le complexe de bureaux de mon mari et de là à la Residenzstraße. A propos de Chloé.

Aujourd’hui, il est extrêmement difficile de s’en sortir, car il faut avoir le souffle, l’argent et la force de survivre assez longtemps sur le marché pour réussir ou se faire une place au paradis de la mode.

FIV : Pensez-vous qu’il est difficile de s’établir en tant que designer à Munich de nos jours ?

Il est très difficile de s’établir en tant que designer à Munich. Vous avez besoin de quelque chose de spécial sans réinventer la roue. Vous devez avoir votre propre signature qui se distingue clairement de toutes les autres sans étiquette ni marque. Pour cela, il faut avoir un bon contact avec la presse, de l’argent et beaucoup d’endurance !

FIV : Selon vous, quelle est la qualité la plus importante pour devenir un designer à succès ?

Seuls ceux qui semblent authentiques aux yeux du monde extérieur réussissent. Celui qui paraît fort et qui inspire confiance. En parlant de nouveaux designers. Les gens veulent qu’on s’occupe d’eux, qu’on s’adresse à eux par leur nom et qu’ils ne soient pas seulement un numéro. Je fais mes courses là où je suis décemment servi et soigné. En tant que client, je veux me sentir comme quelqu’un de spécial ! Ce n’est que lorsque je suis traitée de la sorte que je porte ces vêtements ou ces bijoux avec un peu plus de confiance et d’enthousiasme, car je me sens spéciale.

FIV : Chère Pegah, merci beaucoup pour cette interview !

Plus d’informations sur Pegah & Privatesuite :

Plus d’articles dans le blog : Le luxe.