Dennis Koenig en interview : Sa vie en tant que créateur de contenu, sa fascination pour l’horreur et son côté privé

Interview de Dennis König – Après avoir été actif sur TikTok et avoir acquis une bonne portée, le créateur de contenu a commencé sa carrière sur YouTube avec son contenu d’horreur dans la pandémie de Corona. N’hésitant pas à entrer en contact avec sa communauté, celle-ci est devenue l’une de ses sources d’inspiration. Tous les fans d’horreur, qu’il s’agisse de films ou de jeux vidéo, sont entre de bonnes mains avec lui.

L’horreur au travail, la gaieté dans le privé

Dans l’interview qu’il a accordée à notre magazine, il parle de ses « crimes » d’enfance, de la manière dont il en est venu à cette fascination particulière pour l’horreur, de son inspiration et de sa motivation avec le grand aspect de la communauté, ainsi que de ses intérêts qui vont au-delà de l’horreur et de sa présence sur les médias sociaux. Derrière l’amateur d’horreur se cache un explorateur du monde.

  • Dennis Instagram : instagram.com/denniskoenigg/
  • Dennis TikTok : tiktok.com/@denniskoenigg

Des temps marquants : La fascination de l’horreur

FIV : Tout d’abord, nous aimerions te remercier encore une fois d’avoir pris le temps de nous accorder cette interview. Ceux qui connaissent ton contenu savent que tu aimes l’horreur et que tu t’en occupes tous les jours.

Dennis : En fait, ma fascination pour le thème de l’horreur a commencé vers l’âge de 13 ans. Un de mes amis avait énormément de films d’horreur qu’il me prêtait en cachette. Nous en parlions à la récréation et nous nous retrouvions parfois l’après-midi pour regarder des films d’horreur en cachette.

FIV : Ça a l’air passionnant, tu étais donc un petit rebelle avant. Te rappelles-tu quel film d’horreur tu as vu pour la première fois de ta vie ?

Fragrance Tip!

FragranceTip.com by FIV

Dennis : C’est une bonne question, parce que je m’en souviens comme si c’était hier. Le premier film d’horreur, et donc le premier lien avec l’horreur, je l’ai eu à l’école primaire, j’étais en quatrième année et une de mes camarades de classe m’a demandé si je voulais venir chez elle l’après-midi pour regarder un film. Ses parents n’étaient pas là et nous avons regardé le film « The Ring », que son père gardait dans l’étagère à films. Petit fait amusant, je n’ai pas pu dormir pendant des jours et j’avais peur à chaque fois que le téléphone sonnait, car dans le film, une fille fantôme t’appelle toujours pour te dire qu’il ne te reste plus que 7 jours à vivre.

Le top 3 des films d’horreur

FIV : Je peux comprendre que tu aies été un peu effrayé après, mais c’est normal pour un bon film d’horreur. Alors voici la question suivante pour toi : quels sont les films d’horreur qui font partie de ton top 3 ?

Dennis : Halloween, Massacre à la tronçonneuse du Texas et Les Étrangers.

Distraction et autres intérêts

FIV : Étant donné que tu es si souvent en contact avec des thèmes liés à l’horreur, t’occupes-tu aussi de thèmes liés à l’horreur pendant ton temps libre ou fais-tu une pause et t’occupes-tu d’autres choses et thèmes ?

Dennis : Bien sûr, je regarde beaucoup de films d’horreur dans ma vie privée et j’aime aborder des thèmes horrifiques, mais j’aime sortir, prendre des photos, voyager et voir plus de choses dans le monde, c’est pourquoi j’ai créé ma chaîne Instagram, dans laquelle je documente mes voyages. C’est un contraste amusant, je sais. J’aime aussi faire de la randonnée et du sport (bloc, boxe et fitness).

FIV : L’horreur est très fortement intégrée dans ton quotidien, as-tu parfois besoin d’en descendre et si oui, qu’est-ce qui te fait descendre ?

Dennis : Les jeux vidéo, sortir dans la nature et voyager.

Contenu sur les canaux de médias sociaux

FIV : Tu as une grande communauté sur TikTok et YouTube et tu alimentes régulièrement ta communauté en contenu d’horreur. Qu’est-ce qui inspire ton contenu ?

Dennis : C’est difficile à dire, mais le thème de l’horreur est un hobby ou un domaine thématique qui m’a toujours beaucoup intéressé dans ma vie privée, d’où mon inspiration. Mais je dirais aussi que ma communauté est une grande source d’inspiration pour moi.

Jouer avec la communauté

FIV : Tu as tout de même une bonne relation avec ta communauté, on voit que tu joues aussi avec elle à des jeux d’horreur, c’est donc vraiment agréable d’entendre, surtout pour ta communauté, qu’elle fait partie de tes inspirations. Si nous revenons au jeu, quel est exactement ton jeu préféré et pourquoi est-il si captivant ?

Dennis : Définitivement le jeu d’horreur « Visage », qui t’envoie dans une maison d’horreur abandonnée où tu dois découvrir ce qui est arrivé aux propriétaires de la maison. Je crois que je n’ai jamais eu autant de panique et de peur à cause d’un jeu, et cela se voyait très clairement dans les vidéos. Le jeu donnait l’impression d’en faire vraiment partie, comme si j’étais moi-même dans cette maison de l’horreur. L’histoire et l’ambiance étaient meilleures que dans n’importe quel film d’horreur.

Après TikTok, voici YouTube

FIV : Cela semble incroyablement excitant. Mais cela demande beaucoup de temps et peut-être aussi de la motivation. Avec TikTok, tu as commencé à produire du contenu d’horreur, qu’est-ce qui t’a inspiré et surtout motivé à faire aussi des vidéos sur YouTube ?

Dennis : La pandémie venait de commencer, c’est pourquoi je ne pouvais plus aller à mon travail de photographe de produits à l’époque. J’avais donc le temps et surtout l’envie d’essayer quelque chose de nouveau. Les vidéos ont été extrêmement bien accueillies sur TikTok. Le seul problème, c’est qu’à l’époque, on ne pouvait télécharger que des vidéos d’une durée maximale d’une minute. Beaucoup de gens écrivaient alors dans les commentaires des choses comme : Ce serait super cool que tu commences à utiliser YouTube et que tu mettes en ligne des vidéos plus longues. Au début, je n’étais pas sûr de moi, mais un après-midi, quelque chose m’a dit d’installer ma caméra et d’enregistrer ma première vidéo. La motivation et l’inspiration sont venues en grande partie de la communauté TikTok. Je voulais simplement offrir une meilleure qualité et surtout des vidéos plus longues, alors j’ai commencé à utiliser YouTube en même temps que TikTok.

Page privée de Dennis

FIV : On voit une fois de plus ce que la pandémie peut faire ressortir des gens. Je pense que beaucoup de gens ont découvert de nouvelles facettes d’eux-mêmes et de nouvelles possibilités de s’épanouir, même si la période a été difficile. Je suis très heureux pour toi que cette période ait eu des effets positifs sur toi. Mais pour finir, j’aimerais encore savoir quel genre de personne tu es en privé. Comment tes amis te décriraient-ils ?

Dennis : Je pense que mes amis me décriraient comme un gars bizarre, volontaire, plein d’humour, drôle et bavard. J’ai toujours quelque chose à raconter et toujours deux épaules pour pleurer si quelqu’un ne va pas bien.

FIV : Tu es une personne très sympathique. Je te remercie encore une fois pour le temps que tu m’as consacré et pour cette super interview. J’espère que tu as eu autant de plaisir que moi. Je te souhaite encore beaucoup de succès.

Plus d’interviews de créateurs de contenu

L’interview de Dennis t’a plu ? Alors lis ici d’autres interviews de créateurs de contenu.

Entretien avec Marie Luise : La force sur gazon, la pression et les rêves

Marie fournit chaque jour à ses 360.000 followers sur TikTok, Instagram et Youtube des entraînements, des recettes, du coaching et de la motivation. Sur Youtube, elle vous emmène dans des vlogs sur son quotidien, vous montre comment elle se prépare pour ses vacances et bien plus encore. C’est une vraie fan de sport et elle adore les défis. Dans cette interview, Marie nous emmène dans son quotidien sportif. Elle nous a parlé de ses grands rêves, de sa vie sportive et de sa gestion de la pression. Elle nous fait également part de ses conseils en matière de motivation et de manque de motivation, afin de pouvoir donner le meilleur d’elle-même en faisant du sport avec toute son énergie. Marie est une personne sportive depuis son plus jeune âge. De l’acrobatie sportive au hiphop, de l’entraînement à la gym à la musculation sur gazon, elle a pratiqué presque tous les sports. Mais il lui arrive aussi de regarder de côté et d’encourager son petit ami lors des matchs de football. Elle nous révèle ici dans cette interview comment elle parvient à tout concilier.

  • Entretien avec Marie Luise

Photo: Marvin Schönfelder