Le blogueur à succès et propriétaire de la boutique Lenaterlutter

Wous avons rencontré les créateurs de tendances à Cologne pour une interview : Lena Terlutter. Lena combine trois emplois sous un même chapeau : elle possède quatre magasins de mode, est mère de famille et aussi blogueuse lenaterlutter avec 198 000 abonnés. Nous lui avons parlé du monde de la mode, de sa propre collection et de bien d’autres choses encore.

FIV Feature X CM Models

Lenaterlutter : propriétaire d’une boutique, mère de famille et blogueuse de mode.

FIV : Lena, qu’est-ce qui te plaît le plus dans ton travail de blogueuse ?

Je pense que ce qu’il y a de mieux dans le blogging, c’est d’être libre. Je peux décider moi-même de ce sur quoi je veux écrire et de ce sur quoi je ne veux pas écrire. C’est une nouvelle façon merveilleuse de se constituer un réseau, l’occasion de travailler avec tant de grandes entreprises, de se constituer un réseau et de voyager – il n’y a fondamentalement que des aspects positifs à ce travail si vous êtes prêt à travailler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

FIV : La mode/beauté était-elle déjà présente dans votre enfance ? De quelle manière ?

Oui, d’aussi loin que je me souvienne, j’ai toujours voulu travailler dans la mode et j’ai souvent rendu mes parents fous avec ma manie de la mode.

Je savais ce que je voulais porter dès mon plus jeune âge et j’ai bien sûr participé à tous les mouvements de mauvaise mode, dans les années 90 par exemple. Quand je vois les photos aujourd’hui, je peux comprendre pourquoi mes parents n’étaient pas ravis. Mais ce qu’ils ont aimé en fin de compte, c’est ma forte volonté et l’affirmation de soi qui en découle. Comme mes parents ne voulaient pas m’acheter certains vêtements, j’ai commencé très tôt à donner des cours particuliers et à faire du baby-sitting juste pour pouvoir faire du shopping.

FIV : Comment conciliez-vous le fait d’être une blogueuse, une propriétaire de magasin et une mère ?

Comme je suis indépendant, je peux, grâce à Dieu, décider librement et planifier quand je fais quoi. Tout est question de gestion du temps. Il y a des jours où le blog et les collaborations, le stylisme et le shopping qui y sont associés ont toute mon attention. Les autres jours, je dois m’occuper des achats, de la décoration et du marketing de mes magasins.

Je le planifie rarement à l’avance, décidant souvent le jour même de ce qui va suivre. Mon mari et partenaire commercial Leonard s’occupe de la comptabilité, des impôts, du personnel et des finances. C’est un très grand avantage que je sois libre de faire mon travail créatif. Notre fille va à l’école maternelle normalement et si nous devons travailler tard, nous avons nos parents qui nous soutiennent beaucoup. Cela semble souvent un cliché, mais tout fonctionne parfaitement. Bien sûr, je sais que nous avons beaucoup de chance : je pense que lorsque vous êtes employé, il est plus difficile de concilier enfant et carrière comme cela.

Lena Terlutter : « J’aime mon travail ».

FIV : Quelle est votre recette contre l’apathie ? Qu’est-ce qui vous motive ?

Je ne connais pas d’apathie. Je ne connais pas l’ennui ou autre chose de ce genre pour une raison très simple : j’aime mon travail. Elle me comble, me confirme et m’enrichit.

Je trouve toujours étonnant que tout le web social soit rempli de citations « Enfin vendredi » les vendredis ou que les slogans « Lundi tu es une salope » débordent sur Instagram les lundis. Pour moi, peu importe que ce soit le week-end ou non, je travaille toujours autant et j’aime ça – la motivation est automatiquement là quand on fait ce qu’on aime.

FIV : Personnellement, de quoi ne pourriez-vous jamais vous passer dans votre vie quotidienne ?

Passer du temps avec mes amies. Après ma famille, c’est la chose la plus importante pour moi !

Lena à propos de son travail : « Apprendre à dire non ».

FIV : Apprenez-vous toujours quelque chose de nouveau dans votre travail ? Si oui, quel exemple ?

Bien sûr ! Presque tous les jours, je me retrouve dans des situations où il faut sortir de sa « zone de confort », où il faut s’adapter à des personnes différentes, avec des caractères différents.

Tu dois apprendre à dire non. Vous devez apprendre à ne pas vouloir faire plaisir à tout le monde. Vous devez apprendre à prendre des décisions, à gérer la pression, à motiver votre personnel et à ne pas perdre pied dans tout ce cirque, mais à vous concentrer et à rester avec vous-même.

FIV : De votre point de vue, le secteur du mannequinat et de la mode a-t-il changé ces dernières années ? Trouvez-vous ce changement positif/négatif ? Pourquoi ?

Bien sûr, elle a changé, elle changera toujours, et c’est une bonne chose. L’immobilisme serait fatal pour notre industrie. Pour être créatif, il faut toujours de nouvelles impulsions et de nouveaux stimuli.

Je n’aurais jamais la prétention de critiquer ou d’essayer d’améliorer le secteur de la mode. Comme dans tout secteur, il y a des avantages et des inconvénients, des clichés et des vérités. La seule chose importante est pour chaque individu. Vous devez vous écouter pour savoir si vous êtes fait pour ce monde professionnel. Il est toujours agréable de vouloir faire « quelque chose avec la mode ». Mais en réalité, beaucoup ne sont pas à la hauteur de la pression et de la rapidité qu’implique ce métier. Je conseillerais donc à chacun de se plonger d’abord dans quelques emplois dans le secteur de la mode pour se faire une idée.

De l’extérieur, l’apparence est complètement différente, le « vrai » travail n’a pas grand-chose à voir avec les cocktails et les défilés de mode.

FIV : A votre avis, qu’est-ce qui est le plus important pour réussir une carrière : la chance ou la discipline ? Pourquoi ?

Bien sûr, les deux : sans discipline, vous n’atteindrez pas votre objectif, mais un peu de chance y est aussi pour quelque chose. Mais par-dessus tout, il y a la gratitude. Il faut toujours être reconnaissant – même pour les petites choses, qu’elles soient de nature professionnelle ou privée – et aussi profiter de sa chance et ne pas se laisser bousculer et pousser.

FIV : Quelle a été votre plus grande réussite jusqu’à présent ? De quoi êtes-vous le plus fier ?

Je suis particulièrement fière d’avoir créé ces entreprises avec mon mari. Lorsque nous nous sommes rencontrés, ce n’était pas nécessairement notre objectif et je pense que c’est aussi le secret de notre réussite. Nous n’avons pas tenté l’aventure « par la force des choses », mais nous avons commencé avec beaucoup de plaisir et de facilité parce que nous avions un rêve commun. Le succès que nous avons aujourd’hui nous conforte, bien sûr. Mais ce qui compte vraiment, c’est que nous puissions partager la joie. Nous décidons de tout ensemble et sommes des partenaires incroyablement bons et justes – sur le plan privé et professionnel. J’en suis très fier.

La collection personnelle de Lena

FIV : Quels sont vos projets/objectifs pour votre avenir professionnel ? Y a-t-il quelque chose de spécial à venir dans un avenir proche ?

La prochaine étape est ma première collection personnelle en coopération avec le label Edited. La collection capsule « Edited x Lena Terlutter  » sera disponible dans mes magasins et en ligne sur edited.de à partir du 19.1.2016. J’ai vraiment hâte d’y être.

 

FIV : Merci Lena, pour cette interview !

 

Plus d’informations sur Lena et ses boutiques de mode :

Site web de Lena : www.lenaterlutter.com

Salon Sahnstück : www.salon-sahnestueck.de

Super Store : www.super-store.com
BB Loves et Boutique Belgique : www.boutique-belgique.de