Règlement du divorce : Divorce avec enfant et maison – les conseils de notre expert

Convention de divorce – Lors d’une séparation ou d’un divorce, il est judicieux de régler à l’avance les points importants entre eux afin d’éviter les litiges et de simplifier le divorce. L’accord de règlement du divorce peut aider à résoudre ce problème. Qu’est-ce qui doit y être réglementé, qu’est-ce qui est requis par la loi et quel est le coût d’un tel accord ?

Séparation et divorce – la bonne procédure avec les conséquences du divorce

Astuce ! Lisez un bon guide pour votre séparation ici : Vendre votre maison et votre appartement en cas de divorce. La question du partage équitable du mobilier, des biens immobiliers ou de la garde des enfants se pose inévitablement lors d’un divorce. Si les conjoints sont d’accord, un accord de divorce peut contribuer à rendre le divorce aussi agréable que possible pour toutes les parties. Découvrez dès maintenant tous les faits importants et les meilleurs conseils sur les accords de règlement du divorce. Les faits les plus importants en un coup d’œil :

Les conséquences du divorce

Les conséquences du divorce sont toutes les choses qui résultent du fait du divorce ou de la séparation. Il s’agit notamment du partage des biens du ménage, de la garde des enfants, mais aussi d’autres procédures avec des responsabilités communes.

Sujets de la réglementation

En principe, les sujets de la réglementation sont les mêmes pour les deux accords. Les accords sur les conséquences du divorce règlent en outre la pension alimentaire post-maritale et l’égalisation des pensions, tandis que les accords de séparation couvrent également la pension alimentaire.

Accords de divorce

Les accords de divorce ne requièrent aucune forme particulière. Cependant, certaines conséquences du divorce sont considérées par la loi comme devant être formalisées afin d’assurer la protection des époux par une personne neutre qui conseille les deux parties – le notaire.

FIV | Magazine

New Issue! #26 with San Diego Pooth - Newcomer now in Tampa / USA FIV Magazine: All Covers

En général, il y a des frais pour le notaire et l’avocat. Les honoraires de l’avocat varient en fonction des revenus et des biens du couple.

Conséquences du divorce – effets sur le ménage, enfants et responsabilités

L’expression « conséquences du divorce » ou « questions relatives aux conséquences du divorce » désigne toutes les choses qui découlent du fait de la séparation ou du divorce. Il s’agit notamment du partage du mobilier, du domicile conjugal ou des biens immobiliers, des dettes envers les banques, mais aussi de la garde et de l’entretien des enfants communs après la séparation, car tous ces points doivent être réglés lors d’un divorce. Dans le cas des divorces par consentement mutuel, les conjoints décident des conséquences du divorce sous la forme d’une convention de divorce ou d’un accord de séparation. Ceux-ci peuvent également être conclus verbalement entre les deux parties, mais il est conseillé de consigner les détails discutés dans un contrat dans l’intérêt des deux parties et pour être complet au tribunal. S’ils ne parviennent pas à un accord, l’un des conjoints peut déposer une requête auprès du tribunal de la famille, qui réglera l’affaire.

  • Les conséquences du divorce sont tout ce qui découle du fait du divorce ou de la séparation.
  • Il s’agit, entre autres, du partage des biens du ménage, de la garde des enfants, mais aussi de la suite de la procédure avec les responsabilités communes.

Accord de séparation ou accord de divorce : différence

Tant l’accord de séparation que la convention sur les conséquences du divorce évitent qu’un tribunal de la famille ait à régler une question relative aux conséquences du divorce pendant le divorce. L’accord de séparation est conclu après la séparation, lorsqu’il n’est pas encore clair que le divorce sera effectivement exécuté ou pour la période de l’année de séparation. Contrairement à la convention sur les conséquences du divorce, cette convention règle également la question de savoir si l’un des conjoints recevra une pension alimentaire de séparation. La convention de divorce est conclue peu avant le divorce et a pour but de contribuer à un divorce rapide et simple. Elle détermine la pension alimentaire post-maritale pour l’un des conjoints au lieu de la pension de séparation et de la péréquation des pensions. Les sujets de la réglementation sont identiques pour les deux accords, à l’exception de la maintenance.

  • Les accords de séparation sont conclus dans la période entre la séparation et le divorce.
  • Les sujets de la réglementation sont en principe les mêmes pour les deux traités
  • Les accords de divorce règlent en outre les pensions alimentaires post-conjugales et l’égalisation des droits à pension.
  • Les accords de séparation réglementent en outre le maintien de la séparation

Le bon formulaire – verbal, écrit ou chez un notaire ?

Bien que les conséquences du divorce puissent également être convenues oralement entre le couple, cette alternative entraîne toujours certains problèmes. Si, par la suite, l’un des conjoints ne reconnaît pas un tel accord oral devant le tribunal, il ne peut être appliqué. Il est donc toujours dans l’intérêt des deux parties et pour être complet devant le tribunal de consigner l’accord de divorce par écrit. La loi stipule également que certains accords sur les conséquences du divorce doivent être conclus par écrit. Il s’agit notamment des conséquences suivantes du divorce :

  • L’égalisation des gains
  • L’ajustement des droits à pension
  • Le transfert de biens immobiliers
  • Pension alimentaire post-conjugale
  • Accords sur le droit d’hériter et le droit à une part obligatoire

Si ces conséquences du divorce sont réglées à l’avance, la convention correspondante sur les conséquences du divorce doit être notariée. L’objectif de cette exigence formelle est que le partenaire le plus faible ne soit pas poussé à prendre des décisions hâtives ou irréfléchies et puisse être conseillé à l’avance par une personne neutre – le notaire.

  • Les conventions de divorce ne requièrent généralement pas de forme spécifique.
  • Cependant, certaines conséquences du divorce sont considérées par la loi comme nécessitant une forme
  • L’objectif est de protéger les conjoints par l’intermédiaire d’une personne neutre qui les conseille – le notaire.

Divorce à l’amiable ou contesté – le tribunal décide.

Même si le divorce est à l’amiable, un accord notarié de règlement du divorce est une bonne idée. En effet, même si le divorce n’est pas litigieux, il n’est pas impossible que l’un des conjoints ne soit pas d’accord avec les accords verbaux conclus par la suite.

Dans le cas des divorces contestés, le juge aux affaires familiales décide des conséquences du divorce. Bien que des questions telles que la garde ou la pension alimentaire puissent être demandées à l’avance, il n’y a aucune garantie qu’elles soient accordées. En outre, les coûts sont toujours plus élevés dans les divorces contestés que dans les divorces à l’amiable, et la procédure de divorce est généralement très désagréable et longue.

  • Les divorces par consentement mutuel peuvent être conclus facilement et rapidement grâce à une convention de divorce notariée.
  • Les divorces contentieux sont très longs, coûteux et éprouvants pour les nerfs.

Les coûts – frais de notaire et d’avocat

Les frais de notarisation d’un accord de séparation et/ou de divorce sont calculés sur la base de la loi sur les frais de justice et de notaire. Les frais comprennent non seulement l’authentification de l’accord mais aussi la discussion et la consultation avec le notaire.
Les honoraires d’un avocat-conseil, en revanche, sont calculés conformément à la loi sur les honoraires des avocats (Rechtsanwaltsvergütungsgesetz). S’il s’agit d’objets concrets, comme le transfert d’un bien immobilier, c’est la valeur de celui-ci qui est déterminante ; pour les autres objets, il existe des valeurs dites standard selon lesquelles les honoraires d’avocat sont déterminés. Selon l’avocat, il est également possible de calculer les honoraires sur une base horaire ou forfaitaire. Les revenus ou les biens du couple sont un bon indicateur, car ils font augmenter les frais de justice.

  • Il y a des frais pour le notaire et l’avocat.
  • Les frais juridiques varient en fonction des revenus et des biens du couple.

Les questions les plus importantes – tout sur le sujet des accords de règlement de divorce

De nombreuses questions peuvent être soulevées dans les accords de règlement de divorce. La forme correcte a-t-elle été respectée ? Tous les points pertinents ont-ils été clarifiés ? Et bien d’autres encore. Pour qu’aucune question ne reste sans réponse pour vous, nos experts immobiliers du SIV répondent à toutes les questions importantes sur le sujet des conventions de divorce.

Qu’est-ce qu’un accord de divorce ?

Une convention de divorce est conclue entre des époux désireux de divorcer afin de régler les conséquences du divorce. La convention sert à régler les conséquences du divorce entre les conjoints eux-mêmes avant que le tribunal de la famille ne prenne le relais.

Quel est le coût d’un règlement de divorce ?

Les coûts des conventions de divorce sont réglementés par la loi. Cependant, ils dépendent de la valeur procédurale du divorce, ce qui signifie qu’ils doivent être déterminés individuellement pour chaque cas.

Combien coûte un divorce à l’amiable ?

Les divorces par consentement mutuel sont moins coûteux que les divorces par voie judiciaire, car ils permettent de gagner beaucoup de temps et la plupart des dispositions sont prises à l’avance entre les conjoints. Toutefois, les coûts exacts dépendent de la valeur de la procédure et doivent donc être déterminés individuellement.

Combien de temps pouvez-vous vivre séparément sans divorcer ?

Les couples mariés ne sont pas légalement obligés de divorcer après une séparation. Toutefois, pour demander le divorce, il faut prouver une année de séparation.

Les frais de divorce peuvent-ils être déduits des impôts ?

La loi prévoit que les frais de contentieux ne peuvent être déduits fiscalement que s’il s’agit de dépenses sans lesquelles le contribuable risquerait de perdre son gagne-pain.