Modèles & Photographes : Comment reconnaître un modèle réel ?

Un corps doué, un charisme sympathique et, bien sûr, le « quelque chose de certain » – c’est ainsi que les jolies jeunes femmes imaginent leurs bonnes perspectives pour une carrière de mannequin bien rémunérée. Mais la réalité exige également d’autres attributs, en fonction de l’industrie du modèle, un travail dur devant et derrière la caméra ainsi qu’une résistance absolue aux contraintes. Ce qui distingue un mannequin réel d’une fille rêveuse et à la mode, c’est avant tout l’orientation professionnelle, qui est soumise à l’impôt sur le revenu. Les défilés de mode ne sont que les quelques points culminants glamour du monde de la publicité impitoyablement exigeant.

+ AD + Do you know?

Exigences pour un modèle dans l’industrie de la mode

Exigences pour un modèle dans l’industrie de la mode
Jeunes, beaux, minces et grands, ce sont les attributs que les agences de mannequins recherchent lorsqu’elles veulent embaucher des mannequins de mode. Un modèle réel, cependant, se caractérise dès le départ par ces attributs :

  • La bonne taille et un chiffre très fin
  • Un visage et un look qui correspondent aux thèmes de mode respectifs (au mieux autant que possible)
  • La carrière modèle en tant qu’activité à temps plein, au moins à temps partiel
  • Chargeabilité sous le stress d’une séance photo ou d’un défilé de mode
  • adaptabilité aux souhaits des concepteurs

Tatouages & Co dans le monde du modèle

Les habitudes à la mode telles que le port de tatouages visibles ou de piercings ne sont généralement pas les bienvenues dans l’industrie de la mode. Si les autres attributs sont corrects, cela peut quand même être un avantage intéressant pour les sujets de niche. Les domaines de travail d’un modèle réel sont les défilés de défilés, les publicités, les séances de catalogue et les séances photos pour des magazines spéciaux. Un vrai mannequin emporte toujours avec lui une chose : une chemise aussi polyvalente que possible, aussi épaisse que possible, aussi avantageuse que possible avec des photos de lui et des meilleures ou toutes ou les plus réussies des tournages des deux à sept dernières années.

Quel modèle pour quelle industrie

Un vrai mannequin peut aussi devenir une personne qui ne répond qu’en partie aux exigences strictes de l’industrie de la mode glamour. Parce qu’il existe trois catégories à peu près définissables pour différents types de modèles :

  • Modèles de mode ou éditoriaux

Ils ont les meilleures chances de s’impliquer près des métropoles de la mode que sont Hambourg, Düsseldorf, Cologne limitée et Munich. Ils sont – une fois engagés – payés princiers s’ils s’adaptent aux exigences strictes pendant longtemps.

  • Modèles commerciaux

La fameuse « douzaine de visages » peut en fait conduire à ce qu’une femme au foyer, une célibataire endurcie ou une étudiante ayant besoin d’orientation soit engagée à des fins publicitaires dans l’industrie de la mode. Pour des buts commerciaux de tels chiffres et visages sont en demande, dans lesquels tout le monde se reconnaît d’une manière ou d’une autre le plus possible. Néanmoins, même de tels modèles visuellement moyens doivent être stricts avec eux-mêmes et tolérants avec les spécifications. Ce n’est que dans cette combinaison que naissent les prises d’empreintes que l’industrie de la publicité souhaite nous proposer avec des vues de la vie de tous les jours. Au lieu d’une figurine en pot, c’est le charisme qui compte ici. Par-dessus tout, les particularités individuelles des modèles commerciaux devraient créer une reconnaissance chez le plus grand nombre de personnes possible, ce qui devrait être positif pour le produit et l’interprète.

  • Modèles érotiques

La beauté est sans aucun doute un avantage dans cette industrie. Mais ce n’est que dans le cadre d’un charisme érotique que les candidats des deux sexes ont des chances d’être inscrits pour ces tournages et spectacles spéciaux. En plus des avantages optiques, un vrai modèle a la volonté inconditionnelle d’être professionnellement actif dans cette industrie depuis longtemps. Qu’une agence de mode ou une partie intéressée commerciale ou même l’industrie érotique soit intéressée par une coopération dépend des conditions naturelles que chaque aspirant (et chaque aspirant, en particulier elle-même) apporte à la profession.

+

+ AD + Do you know?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *