Le grand guide du divorce – règlement des conséquences, droit à la pension et procédure de divorce

Un divorce se compose de plusieurs étapes importantes. De l’année de séparation à la demande de divorce et de la péréquation des pensions à la date du divorce définitif. Dans toutes ces étapes, il y a des choses importantes à prendre en compte, comme le bon conseiller juridique, le bon formulaire de demande et les formulaires, pour permettre un divorce rapide et sans heurts.

Procédure, coûts et année de séparation – tous les faits sur le divorce

Pour beaucoup, le divorce est le dernier recours. Néanmoins, il existe de nombreux faits à connaître pour que le divorce soit aussi simple et agréable que possible pour toutes les personnes concernées. Nous, les experts de l’IHV, clarifions donc toutes les questions importantes afin que vous puissiez aborder le thème du divorce avec l’expertise nécessaire.

FIV Feature X CM Models

La procédure de divorce – étape par étape vers le divorce

Le tribunal de la famille décide généralement si un divorce est amiable ou contentieux. Si le divorce se fait à l’amiable entre les deux conjoints, la procédure de divorce est très simple. Si l’année de séparation est terminée, seuls le divorce et la péréquation des pensions, qui est généralement effectuée d’office, doivent être décidés. Dans ce cas, un seul avocat suffit pour les deux conjoints, ce qui permet d’économiser d’énormes frais de divorce. Souvent, un divorce en ligne est même possible pour les conjoints, ce qui réduit le temps nécessaire et les coûts. Un divorce à l’amiable peut être grandement facilité par une convention de divorce, qui est rédigée par les conjoints pendant l’année de séparation.

En cas de divorce contesté, les deux conjoints sont obligés d’être représentés par leurs propres avocats. Cela augmente énormément les coûts du divorce pour les deux parties. La procédure d’un divorce contesté est généralement plus longue que celle d’un divorce à l’amiable et entraîne des coûts plus élevés.

Apprenez-en davantage sur la procédure de divorce!

Si la date du divorce est déterminée par le droit de la famille, les époux doivent se présenter au tribunal avec leurs représentants légaux dans le cas des divorces contestés ou avec un conseil commun dans le cas des divorces à l’amiable.

L’audience de divorce commence par l’appel au fond, au cours duquel les parties et les avocats sont invités dans la salle d’audience et le public est exclu de la procédure. Tout d’abord, les données personnelles sont vérifiées et un regard est porté sur le certificat de mariage. Le tribunal précise ensuite l’expiration de l’année de séparation et demande si les deux époux considèrent que le partenariat civil et la vie conjugale ont échoué. Si l’une des parties n’est pas convaincue que le mariage a pris fin, le tribunal demande pourquoi et examine le fond de l’affaire. Toutefois, si aucune tentative de réconciliation réussie ou un comportement contradictoire de la part du requérant ne peut être prouvé, le divorce peut devenir définitif. Enfin, l’égalisation des pensions et les questions qui en découlent dans les divorces contestés sont abordées. Une fois que tous les points pertinents ont été clarifiés, le jugement de divorce est émis. À cette fin, le public est rétabli et le tribunal prononce le jugement tant sur le divorce que sur les éventuelles questions qui en découlent. Avec cette étape, le divorce est juridiquement contraignant.

  • Le juge aux affaires familiales décide s’il s’agit d’un divorce à l’amiable ou contesté.
  • Ce fait influence la procédure et les coûts du divorce.

Divorce avec une année de séparation – les faits les plus importants

Le mariage et la famille sont considérés comme l’une des institutions sociales les plus importantes dans le système juridique. L’année de séparation est donc destinée à avoir un effet préventif contre des décisions éventuellement erronées, purement émotionnelles et seulement temporaires, qui pourraient être regrettées rétrospectivement. Même si l’année de séparation est considérée par de nombreux couples mariés comme un harcèlement ou un pur fardeau, l’intention derrière le règlement est claire : réexaminer et éventuellement réviser la décision dans le temps imparti. En outre, ce temps est utile pour régler certaines questions importantes pour la suite du processus de divorce. Bien qu’il existe une obligation de prouver que l’année de séparation est terminée, il n’est pas possible de demander au tribunal le début de l’année ou de la faire authentifier. Il est donc logique de consigner le début de l’année par écrit.

Un raccourcissement ou même une suppression complète de l’année de séparation ne peut être obtenu que par une décision du tribunal concernant les difficultés, conformément à l’article 1565, paragraphe 2. Un exemple d’une telle décision peut être la violence domestique extrême, que le tribunal qualifie de contrainte excessive.

Les tentatives de réconciliation pendant l’année de séparation sont certainement autorisées. Toutefois, celles-ci sont soumises à certaines directives. Les tentatives de réconciliation qui ne durent pas plus de trois mois ne donnent pas lieu à une interruption de l’année de séparation. Le temps pendant lequel la séparation a été interrompue compte donc dans les 12 mois de l’année de séparation. Pour toutes les tentatives qui dépassent trois mois, le juge aux affaires familiales part du principe que les conjoints ont repris contact. Le couple a également la possibilité de retirer lui-même la demande de divorce dans le courant de l’année. Si le divorce doit encore être exécuté après cela, une nouvelle demande de divorce doit être déposée et l’année de séparation recommence.

  • Pour divorcer, un couple doit passer par une année de séparation.
  • L’année de séparation est soumise à certaines règles qui sont fixées par la loi.

La convention de divorce – garde, pension alimentaire et divorce à l’amiable

Toutes les questions concernant le mariage et le divorce peuvent être réglées dans une convention de divorce. En général, cet accord règle la manière dont les biens communs, les enfants communs ou d’autres éléments similaires seront traités après le divorce. On s’efforce de clarifier à l’avance tous les points qui sont normalement réglés pendant le divorce, afin de rendre le divorce aussi simple que possible. Un accord post-divorce comprend donc des éléments tels que la pension alimentaire. Dans ce cas, il est possible de régler à la fois la pension alimentaire de séparation pour la période allant de la séparation au divorce et la pension alimentaire pour la période postérieure au divorce.

La convention de divorce règle également la garde des enfants communs, leur entretien et, le cas échéant, le droit de visite du parent non gardien. En outre, l’accord de divorce précise la manière dont les biens communs, tels que la maison commune ou les effets ménagers, seront traités. D’autres points possibles d’une convention de divorce sont les accords sur l’égalisation des gains, l’exclusion du régime matrimonial légal de la communauté des gains et l’accord sur la séparation des biens, la renonciation au droit à l’héritage et au droit à une part obligatoire et le maintien du nom de famille commun.

  • La convention de divorce permet de clarifier un divorce par consentement mutuel de manière rapide et simple.
  • Dans l’accord, diverses questions peuvent être réglées entre les conjoints avant la date du procès.

L’adaptation des droits à pension – procédure après le divorce

Les droits à pension sont différents pour la plupart des couples mariés. Ce fait est dû au fait que l’un des conjoints n’a pas travaillé pendant une certaine période en raison de l’éducation des enfants, était au chômage ou était employé dans le secteur public. Pour compenser cette différence, il existe une péréquation des pensions, qui vise à assurer aux deux conjoints une bonne sécurité en matière de vieillesse. Toutefois, seule la pension qui a été acquise pendant la période du mariage est prise en compte. La pension acquise est divisée lors du divorce de manière à ce que les deux conjoints quittent le mariage avec le même montant.

Étant donné que seuls les droits à pension acquis pendant le mariage sont pris en compte dans l’égalisation des pensions, la période de mariage est déterminante pour le montant de l’égalisation. La période de mariage est valable du début du mois au cours duquel le mariage a été conclu jusqu’à la fin du mois précédant la signification de la demande de divorce. Si la durée du mariage est inférieure à trois ans, aucune égalisation des pensions ne doit être effectuée lors du divorce, à moins que l’un des conjoints n’insiste sur ce point.

Les droits à pension acquis pendant la période de séparation sont également inclus dans l’égalisation des pensions. Toutefois, si la période de séparation est exceptionnellement longue, il peut être justifié, dans certaines circonstances, de ne calculer l’égalisation des pensions que pour la période allant du mariage à la séparation. L’absence d’égalisation des pensions ne peut être approuvée par le tribunal que dans les divorces avec faute particulière. Ce cas se présente lorsqu’un conjoint a massivement menacé ou blessé l’autre.

  • L’adaptation des droits à la retraite règle les droits à la retraite des conjoints.
  • La période de mariage est déterminante pour le montant de l’égalisation des pensions.

Droit à la pension – partage de la pension après le divorce

À première vue, l’égalisation des pensions est équitable pour les deux parties, mais dans la pratique, elle ne révèle que les problèmes auxquels les conjoints doivent faire face. Cela devient particulièrement problématique pour les couples mariés qui ne divorcent qu’à un âge avancé. Là où les deux partenaires ensemble étaient bien assurés pour la vieillesse, après le divorce, ils se retrouvent souvent avec seulement deux ménages pauvres. Si le divorce est prononcé à un jeune âge, les deux parties ont encore la possibilité de compléter leur pension en continuant à travailler, alors que les couples plus âgés sont souvent confrontés à la ruine financière. Au lieu d’un partage schématique, il peut donc souvent être plus favorable pour les couples âgés que l’une des parties conserve les droits à pension et les échange contre d’autres actifs, comme un bien immobilier. La législation en la matière n’est donc pas tout à fait optimale, car elle n’offre pas les mêmes possibilités à tous et peut s’avérer inévitablement difficile, surtout pour les couples âgés.

  • Le droit à la pension peut également être réglementé séparément de l’ajustement des droits à la pension.
  • Dans certains cas, les droits sont répartis plus équitablement que dans le cas de la péréquation des pensions.

L’immobilier dans le divorce – comment traiter les biens communs ?

Si deux personnes se marient sans contrat de mariage, elles vivent dans une communauté d’acquêts selon la loi. Un gain est défini comme le montant par lequel les actifs finaux d’un conjoint dépassent les actifs initiaux. Pendant le mariage, les deux patrimoines restent donc séparés, et lors du divorce, il y a une égalisation des gains accumulés des patrimoines. Chaque conjoint devrait donc sortir du mariage avec le même montant de gains accumulés.

Si un seul des conjoints est inscrit au registre foncier en tant que propriétaire du bien, le bien appartient à ce seul conjoint, même après le divorce. Pendant la période de séparation, un tribunal peut également céder le bien au non-propriétaire pour qu’il l’utilise, mais uniquement si ce conjoint ne peut pas trouver un logement abordable pour lui-même et les enfants communs. Toutefois, cela ne change pas la propriété du bien. Cependant, un bien immobilier a également des conséquences financières dans l’égalisation des gains.

Un bien acheté, construit, agrandi ou modernisé pendant le mariage représente une augmentation de valeur et entre donc en ligne de compte pour l’égalisation des gains. Un bien hérité ou qui faisait déjà partie des biens avant le mariage ne compte pour l’égalisation des gains que s’il a été modernisé ou agrandi pendant le mariage. Pendant le divorce, cependant, le propriétaire n’est pas autorisé à faire simplement ce qu’il veut de son bien. Si la procédure de divorce ou de péréquation du train séparé n’est pas encore terminée, ce dernier a besoin du consentement de l’ex-partenaire pour la vente, par exemple.

Si les biens appartiennent aux époux de manière égale ou également proportionnelle, cela devient difficile en cas de divorce, car il n’est pas toujours facile de répondre à la question de savoir comment procéder avec les biens communs après le divorce. Qui est autorisé à vivre dans la propriété, celle-ci sera-t-elle vendue ou continuera-t-elle à être financée ? Ce problème vient du fait qu’avec le divorce, la copropriété ne prend pas fin en même temps. Les conjoints divorcés sont donc toujours conjointement responsables des biens après le divorce.

  • La manière dont les biens immobiliers sont traités après le divorce dépend de l’inscription au registre foncier.
  • En fonction de l’entrée, différentes procédures sont suivies avec les actifs

La pension alimentaire après le divorce – les règles les plus importantes

Les pensions alimentaires ne sont versées qu’aux personnes qui en ont besoin. Cela signifie ne pas être en mesure de subvenir à ses besoins avec ses propres revenus et ses propres biens. Toutefois, l’époux dans le besoin doit s’efforcer activement de trouver un emploi rémunéré approprié pour pouvoir prétendre à une pension alimentaire. Elle est considérée comme appropriée si elle correspond à l’éducation, à l’âge, aux capacités et aux conditions de santé. Si le conjoint bénéficiaire de la pension alimentaire emménage avec un nouveau partenaire, le droit à la pension alimentaire peut s’éteindre conformément à l’article 1579 n° 2 du BGB.

La pension alimentaire n’est payée que par ceux qui sont en mesure de la payer. Cela signifie qu’il faut être en mesure de payer la pension alimentaire sans mettre en péril ses propres moyens de subsistance adéquats. Le conjoint qui verse la pension alimentaire doit donc toujours conserver une franchise. Selon la Düsseldorfer Tabelle, les besoins personnels mensuels sans les besoins personnels s’élèvent à 1 200 euros.

Le montant de la pension alimentaire post-conjugale est toujours déterminé à parts égales par les deux conjoints. Tout d’abord, le revenu pertinent pour la pension alimentaire est calculé. Les impôts, les cotisations de sécurité sociale, les applications professionnelles raisonnables d’un taux forfaitaire de 5 % et les dépenses réelles pour la prévoyance vieillesse jusqu’à 23 % du revenu brut sont déduits du revenu brut. Si le conjoint verse une pension alimentaire, celle-ci doit également être déduite. Sur ce montant, un taux forfaitaire de trois septièmes, soit un peu moins de 43%, est déduit au titre de l’entretien post-conjugal si l’autre personne n’exerce pas d’activité professionnelle. Toutefois, la personne tenue de payer une pension alimentaire doit pouvoir conserver un montant minimum de 1 200 euros à titre de franchise.

Plus sur le thème de la pension alimentaire pour divorce!

  • Il existe plusieurs formes de pension alimentaire en cas de divorce.
  • Le montant est calculé sur la base de différents facteurs

Le changement de nom après le divorce – les options pour les conjoints et les enfants communs

Pour pouvoir changer le nom de famille après un divorce, il faut que le mariage soit légalement divorcé. Le divorce est définitif lorsqu’aucun recours n’est possible contre le jugement de divorce. Pour cela, soit les deux conjoints doivent renoncer à leur droit de recours lors de l’audience de divorce, soit aucun des conjoints ne doit s’opposer au jugement de divorce par l’intermédiaire d’un avocat dans un délai d’un mois. Sur le jugement de divorce, la validité juridique du divorce est documentée par le tribunal au moyen d’une mention d’effet juridique. Pour l’obtenir, le jugement de divorce signifié après le divorce doit être envoyé à nouveau au tribunal avec la demande de la note de l’autorité de la chose jugée. Ce n’est qu’alors que le document sera considéré comme un divorce juridiquement valable et utilisable pour le changement de nom.

Le changement de nom peut être effectué après le divorce auprès de l’office d’état civil compétent, car le registre des familles y est tenu. Certains documents sont nécessaires à cet effet. D’une part, le jugement de divorce avec le jugement définitif, une carte d’identité ou un passeport et, le cas échéant, une copie certifiée conforme du registre de mariage si l’intéressé a déménagé après le mariage. Si tous ces documents sont disponibles, le changement de nom peut être effectué directement sur place. Le bureau d’enregistrement demande un montant d’environ 25 euros pour les frais de certification et d’authentification. En outre, il y a des frais pour l’émission ou le changement de documents importants, tels que la carte d’identité, le passeport, les cartes de crédit ou le permis de conduire.

  • Le changement de nom est possible pour les conjoints après l’arbitrage sans aucun problème.
  • Le changement de nom de famille peut être effectué au bureau d’enregistrement.