Anna Grewelding : Parcours professionnel, carrière et photographies

Anna Grewelding a grandi dans un petit village de la Moselle et est venue dans les grandes villes avec la photographie. Elle s’est intéressée à l’art et à la photographie dès son plus jeune âge, mais elle n’a jamais eu le désir de devenir photographe, et a donc d’abord suivi une formation de conceptrice de médias. Elle a installé son premier petit studio dans sa chambre d’enfant et s’est occupée de ses premiers clients. Aujourd’hui, elle est une photographe de mode et de beauté très demandée et compte parmi ses clients Vogue Italia, Beetique et les Geissen. Dans notre entretien exclusif, nous évoquons sa carrière de photographe indépendante, le processus d’une collaboration et, à la fin, vous découvrirez ce qui était particulièrement important pour Anna sur la voie de la transformation de son hobby en carrière.

Intérêt d’Anna pour les photos, premier appareil photo et moment clé

FIV : Tout d’abord, quelques questions sur vous-même. D’où venez-vous ? Où avez-vous grandi et quand avez-vous su que vous vouliez être photographe ?

FIV Feature X CM Models

Anna : Je suis Anna Grewelding, 27 ans, j’ai grandi dans un petit village et je suis venue dans les grandes villes avec la photographie.
J’ai grandi à Maring-Noviand, un petit village situé entre la Moselle et l’Eifel, près de Trèves. J’ai commencé à m’intéresser à l’art et à la photographie à un très jeune âge. Mais je suis venu à la photographie plutôt par des détours. Enfant, je prenais déjà beaucoup de photos et mon tout premier appareil était un Canon. Mais à l’époque, je n’avais aucune idée que cela deviendrait une très grande partie de ma vie. Savoir que je voulais devenir photographe a été un processus plus graduel. Il n’y a pas eu de jour particulier où je me suis réveillée le matin et où j’ai voulu devenir photographe. C’était plutôt un passe-temps très coûteux. Ça me faisait plaisir quand j’avais une mauvaise journée. Dans ces moments-là, j’ai pris des photos. Pour moi, c’était juste le monde éteint et la caméra allumée. Immersion dans un monde absolument nouveau. À un moment donné, j’ai commencé à chercher des photographes, pour voir quel genre de photographie ils font, à quoi ressemble leur vie, et je pense que c’est l’un des moments clés qui a fait que je suis photographe aujourd’hui.

Le travail indépendant en tant que photographe – le changement en tant que personne

FIV : Créer sa propre entreprise est toujours un grand pas. Comment vos amis et votre famille ont-ils réagi ? Vous soutiennent-ils dans votre travail ?

Anna : Moi-même et constamment. Chaque étape vers le travail indépendant n’est pas facile. Il ne s’agit pas seulement d’un changement dans votre vie professionnelle, mais d’un changement qui vous affecte en tant que personne. Vous apprenez absolument beaucoup sur vous-même pendant cette période et vous avez également besoin de personnes pour vous soutenir et vous aider. Mes parents, je crois, n’étaient pas très enthousiastes au début. Ma fille se met à son compte, c’est beaucoup de responsabilités, beaucoup de travail et ce qui se passe si ça ne marche pas. Je pense que beaucoup de parents pensent comme ça au début, et cela m’a aussi poussé à bien réfléchir et à me poser des questions. Avec le recul, je peux comprendre les craintes de mes parents. Il n’y avait pas non plus de personne dans ma famille qui exerçait une profession créative indépendante à qui demander. Vous devez donc faire le premier pas vous-même. Je suis absolument reconnaissante que mes parents soient mes plus grands critiques mais aussi mes plus grands fans. Mes parents et mes frères et sœurs m’ont en fait toujours soutenu et le font encore aujourd’hui. Tout a commencé lorsque mon premier studio photo s’est installé dans ma chambre d’enfant et que j’ai eu mes premiers clients. Tout cela a conduit au fait qu’aujourd’hui, je forme des photographes pour des ateliers et que je travaille pour des entreprises de renom.

Anna en 3 mots & son conseil pour une nouvelle énergie

FIV : Comment vous décririez-vous en 3 mots ? Comment vos amis vous décriraient-ils ?

Anna : Ambitieuse, orientée vers les objectifs, créative.

FIV : Tout travail est source de stress et presque tout le monde connaît des périodes creuses. Avez-vous un truc contre l’apathie ? Comment vous motivez-vous ces jours-là ?

Anna : Pour moi, il ne s’agit généralement pas d’un jour unique, mais plutôt d’un processus progressif au cours duquel je remarque que je suis assez fatiguée et que ma créativité diminue. Pour moi, il est alors important d’éteindre mes e-mails, mon téléphone portable et les médias sociaux, de mettre le travail de côté et de sortir, d’aller à la mer ou de lire un livre. Ce sont des choses que je peux faire pour moi-même lorsque je constate que je suis dans un marasme. C’est tout à fait normal et cela m’arrive de temps en temps. Mon conseil est de trouver quelque chose que vous aimez et qui vous donne une nouvelle énergie.

Bien sûr, si vous avez du travail et que vous ne pouvez pas tout laisser tomber pour recharger vos batteries, il est utile de vous récompenser. Cela semble un peu étrange au début, mais cela fonctionne très bien. Lorsque je n’ai pas envie de faire quelque chose, je pense à des choses que j’aimerais faire ou que j’ai faites. Puis je me récompense quand j’ai fait le travail. Il ne doit s’agir que de très petites choses. Pour moi, c’est généralement le chocolat.

Shootings GNTM et concurrence dans le secteur des photographes de beauté

FIV : Sur votre site, vous voyez des visages familiers, notamment ceux de l’Allemagne Next Topmodels. Comment était-ce de travailler avec les modèles qui sont connus dans toute l’Allemagne grâce à la série ?

Anna : Bien sûr, je suis très heureuse de travailler avec les modèles de GNTM. Cependant, je dois aussi admettre que je ne les vois pas comme tels lorsqu’ils viennent dans mon studio. Pour moi, il s’agit plutôt de la personne qui vient dans mon studio. Je suis super curieux de connaître la personne, d’entendre son histoire et de travailler avec elle. Parce que chaque personne qui vient dans mon studio a vécu des choses uniques et je suis très excitée par cette expérience.
Pour mes frères et sœurs ou mes amis, il est plutôt inhabituel qu’ils voient ou sachent que j’ai pris cette photo. Par exemple, dans les images où des personnes de la télévision sont représentées.

FIV : Vous êtes dans le domaine de la photographie de beauté. Diriez-vous qu’il y a beaucoup de concurrence dans le secteur et comment vous démarquez-vous de vos concurrents ?

Anna : Il y a déjà des photographes qui travaillent dans la photographie de beauté, mais il y en a beaucoup plus dans la photographie de mariage ou dans d’autres domaines. Il y a beaucoup d’emplois dans le secteur et une forte demande à laquelle il faut répondre. Il y en a toujours qui entrent et qui sortent. Je pense donc qu’il y en a pour tous les goûts. La concurrence est relative pour moi dans un domaine créatif. Chacun de nous, photographes, a sa propre personnalité et son propre style de prise de vue et de montage des images. C’est un élément qui nous distingue clairement, nous les photographes, les uns des autres.
Je suis spécialisée dans la photographie naturelle et authentique et dans l’édition de photographies de beauté. Je n’aime pas cette peau de porcelaine artificielle. Pour moi, il est important que la personne et son visage restent absolument intacts, qu’ils ne soient pas modifiés de manière trop flagrante et que la structure de la peau soit clairement visible.

Anna Grewelding : Voici comment fonctionne un tournage professionnel

FIV : Il y a beaucoup de choses qui sont importantes dans un tournage et qui doivent fonctionner pour ne pas compromettre le processus. Les modèles constituent toujours un facteur très important. Quelles sont les qualités importantes qu’un modèle doit avoir pour que le projet se déroule sans heurts ? Quelles sont les interdictions absolues sur le plateau qui pourraient compromettre la production ?

Anna : Pour moi personnellement, le plaisir et la bonne ambiance sont toujours importants sur le plateau, malgré le stress et le peu de temps dont on dispose. Bien sûr, ce n’est pas toujours le cas, mais je pense que c’est l’une des choses qui rendent le travail beaucoup plus facile. Ce que je remarque souvent, c’est qu’un projet est généralement en danger lorsqu’il n’y a pas de communication claire. Il peut s’agir, entre autres, de réglementer clairement quel est l’objectif de toutes les personnes impliquées ou encore de déterminer qui est responsable de quoi. Une communication claire, et lorsque chacun sait ce à quoi il travaille et ce dont il est responsable, élimine beaucoup de problèmes et rend la journée de travail plus facile. Pour moi, un refus sur le plateau, c’est quand quelqu’un m’empêche de faire mon travail. Je préfère absolument travailler avec des modèles qui sont super flexibles et avec lesquels il est agréable de travailler.

Vous ne voyez qu’une seule photo à la fin – C’est ce qu’il y a derrière.

FIV : En tant que consommateurs, nous ne voyons que le produit final. Quel type d’effort y consacre-t-on et combien de temps faut-il consacrer à la planification d’un projet ? Qu’est-ce qui est indispensable pour vous en tant que photographe dans votre travail quotidien ?

Anna : Chaque projet est différent, il est donc difficile de définir un délai précis. Cependant, chaque projet nécessite beaucoup de planification avant le tournage et beaucoup de temps pour l’édition et le filtrage après le tournage.

Le tournage lui-même est donc la partie intermédiaire d’un projet. Je commence généralement par une analyse de l’idée. Soit le client a des idées précises, soit je peux encore intervenir ici.
Dans les deux cas, j’analyse l’idée ou le thème et je regarde d’autres projets ou des projets similaires. Il est important pour moi de découvrir ce que le thème a de particulier et ce qu’il implique. Et puis, bien sûr, la planification elle-même. La préparation avec l’équipe, trouver les ambiances et les accessoires. Planifier toutes les choses que vous n’avez pas spontanément dans le studio. Puis, bien sûr, vient le jour du tournage. Nous tournons tout, souvent une journée très chargée, avec beaucoup de monde sur le plateau. Pourquoi tant de personnes sur le plateau ? Parce que je pense qu’il est important que chacun ait une tâche et ne doive pas s’occuper de plusieurs tâches en même temps. J’ai donc beaucoup de spécialistes sur le plateau qui, ensemble, forment une équipe parfaite.

À la fin, il y a le tamisage des images, le tri et le montage. C’est le dernier tiers d’un projet et la partie la plus relaxante pour moi. Pour planifier tout cela et garder toujours tout en vue, une application de planification m’est indispensable dans mon travail quotidien. Ça me dit ce qui va suivre. Une bonne planification permet tout simplement de gagner énormément de temps et constitue donc pour moi un outil important et indispensable pour pouvoir tout coordonner.

La métropole allemande de la mode et la comparaison internationale

FIV : En tant que photographe allemand, vous avez dû vous rendre à Berlin auparavant. Pourquoi pensez-vous que Berlin est la capitale de la mode en Allemagne ? Et pouvez-vous comparer Berlin aux autres capitales de la mode que sont Londres, Paris et New York ?

Anna : J’ai été à Berlin pour quelques tournages. Mais je pense, juste à mon avis, que vivre et laisser vivre joue un grand rôle à Berlin. Pour moi, Berlin est la métropole allemande de la mode. Surtout en Allemagne, il y a beaucoup de critiques ou de chuchotements si vous êtes différent ou si vous avez votre propre style dans la rue, peut-être même un style que personne ne connaît comme ça. À Berlin, j’ai toujours l’impression que ce que l’on porte n’a pas d’importance. Il est donc plus facile pour les personnes créatives de sortir avec ce qui les inspire et de le montrer. Il se peut aussi que je le voie de cette façon parce que je ne suis pas à Berlin tous les jours et que je n’y vis pas. Mais pour moi, Berlin n’est pas comparable à Londres, Paris ou New York. Ce sont toutes des villes où j’ai été et travaillé. Je trouve très dommage que Berlin ou toute autre ville allemande ne soit pas beaucoup plus représentée dans le monde de la mode.

Devenir photographe : Voici comment Anna a procédé

FIV : En regardant votre carrière, y a-t-il un point dont vous pouvez dire qu’il a été votre tremplin vers votre position actuelle ? Si oui, quel était ce point ?

Anna : La question est vraiment très belle, mais je ne pense pas qu’il y ait eu un tremplin direct. Pour moi, beaucoup de choses m’ont conduit de l’une à l’autre et m’ont toujours fait avancer. Il est très important de connaître un grand nombre de personnes dans le secteur qui sont satisfaites de votre travail et vous recommandent. C’est comme ça que tu continues à avancer, de plus en plus vite. Pour moi, je pense qu’il était vraiment important qu’au début, je prenne toute l’expérience que je pouvais acquérir, que je n’abandonne jamais et que je fasse beaucoup pour avancer.

En savoir plus sur Anna :