Susanne Nevermann : Carrière de photographe – Portrait, beauté et mode

Susanne Nevermann est une photographe indépendante de Hambourg qui se consacre à la photographie éditoriale et commerciale. Elle se concentre sur les personnes, la beauté et la mode et se passionne pour la photographie de portraits. FIV a réalisé un entretien avec la photographe polyvalente dans lequel elle parle de sa carrière, de son travail et de ses projets ainsi que de ses projets futurs.

+ AD: Do you know?

La voie de la photographie de mode : carrière, travail et projets

FIV : Bonjour Susanne, avec toi on ne sait pas ce que l’on imagine. Vous êtes un excellent photographe, mais ce n’est qu’une pièce du puzzle de vos compétences. Vous êtes un directeur artistique à succès, un photographe éditorial et commercial fréquemment sollicité et un éditeur d’images. Les gens, la beauté et la mode sont vos domaines professionnels et, en dehors de vos activités créatives, vous aimez voyager en Islande. En tout cas, merci d’avoir pris le temps de nous parler.
Bien sûr, nous avons fait quelques recherches au préalable pour avoir une idée approximative et pouvoir vous poser des questions plus exigeantes. Votre description vous convient-elle ? Souhaitez-vous corriger ou ajouter quelque chose ?

Susanne : Bonjour et merci de me donner l’occasion de présenter brièvement mon travail et moi-même. La pièce du puzzle est très bien formulée. Jusqu’à présent, j’ai exploré de nombreux domaines de la photographie, mais je me suis retrouvé dans le domaine de la beauté et de la mode. La description est bien sûr très flatteuse, merci beaucoup pour cela !

© Maquillage et coiffure @evelyninnerhofer

FIV : Étiez-vous déjà une petite fille créative lorsque vous étiez enfant à Magdebourg ? Comment vous rappelez-vous votre enfance et pouvez-vous vous souvenir de la première photo que vous avez prise ?

Susanne : Je suis venue à la photographie assez « tard ». Je n’ai développé un intérêt pour la photographie qu’au cours de ma formation d’assistante de conception. J’avais bien un appareil photo quand j’étais enfant, mais je ne l’utilisais que pour de courtes périodes, pour documenter des vacances. C’était un appareil photo compact rose fluo avec l’inscription « Formula One », c’est tout ce dont je me souviens. Ma première photo a dû être prise dans une ferme et montrait soit des chats, soit des vaches. Pas de grand art. Depuis lors, il vit dans le grenier de mes parents.

De l’enfance à la réussite : votre parcours professionnel

FIV : Quel a été votre parcours depuis votre enfance à Magdebourg jusqu’à votre réussite en tant que femme de pouvoir créative vivant à Hambourg ? Avez-vous fait un apprentissage ou un diplôme et vous êtes-vous intéressé à d’autres domaines de la photographie ou même à un autre sujet artistique avant de vous lancer ?

Susanne : Enfant, j’adorais peindre. Pas exceptionnellement bien, mais c’était très amusant. Lorsqu’on m’interrogeait sur mes aspirations professionnelles futures, je répondais toujours que je voulais faire quelque chose « avec l’art ». Je ne peux toujours dessiner que modérément. Mais je n’ai jamais eu l’ambition de devenir meilleur dans ce domaine. Il était plus facile pour moi de réaliser mes idées par le biais de la photographie. Comme je l’ai déjà dit, tout a commencé avec ma formation d’assistante de conception et mes études ultérieures en technologies de l’information et en conception à Lübeck. J’ai fait mon semestre pratique dans une agence de publicité à Hambourg et depuis, je vis et travaille à Hambourg.

FIV : Comment se déroule votre quotidien ? La routine existe-t-elle dans un travail créatif et varié comme le vôtre ?

Susanne : Les projets auxquels j’ai participé sont variés. Parfois, j’ai la chance de travailler pour des designers, mais parfois, ce sont des jours de recherche pour un film d’ambiance. Mais pour l’essentiel, je gagne toujours ma vie en faisant de la direction artistique. Il y a beaucoup de concurrence dans la photographie. Jusqu’à présent, je pensais que mon plaisir de la photographie souffrirait si je la pratiquais seul.

FIV : Parlez-nous un peu de votre grand amour pour l’Islande. Votre site web donne une bonne impression de la nature à couper le souffle et le petit État insulaire convient parfaitement comme motif de photo, c’est logique pour nous. Mais j’aimerais que vous me disiez personnellement ce qui vous attire encore et encore et ce que l’Islande représente pour vous.

Susanne : Au début de mon activité indépendante, mon mari et moi sommes allés en Islande. À cette époque, il travaillait déjà depuis quelques années en tant que free-lance. Dans nos emplois permanents respectifs, et avant cela dans nos études, nous n’avons jamais eu l’argent ni le temps pour un voyage plus long. Nous pensions que c’était maintenant ou jamais. J’avais l’Islande en tête et j’ai réussi à le convaincre. Nous avons donc acheté une carte, planifié l’itinéraire et fait le tour de l’île avec une voiture de location et une tente. Nous devions nous arrêter tous les 100 mètres pour prendre des photos. Le paysage est incroyablement beau et changeant. Mais par-dessus tout, j’aime la solitude et l’éloignement à l’est et au nord de l’île. Pas de gens, pas de bruit, pas d’ordures. Au lieu de cela, beaucoup d’air frais et une nature impressionnante. C’est génial de se déconnecter.

FIV : En quoi votre approche des projets créatifs, tels qu’un shooting éditorial pour des marques de mode, diffère-t-elle de votre approche de la représentation professionnelle d’un cabinet médical ?

Susanne : L’approche n’est pas si différente, il y a toujours une sorte d’histoire à raconter. D’abord, j’apprends à connaître mon client. Ce qu’il veut exprimer et transmettre. Les éditoriaux sont généralement un peu plus libres et variés que la représentation de la pratique d’un médecin.

FIV : Pour acquérir une telle liste de compétences et s’enraciner durablement dans l’industrie de la création, il faut sans doute une forte volonté. Cependant, très peu de personnes sont nées avec cela. Comment avez-vous surmonté les revers nécessaires pour arriver au point où vous êtes maintenant ?

Susanne : C’est vrai. Beaucoup de choses ne se font que par des contacts. Les clients ne vont pas sur « fotograf24.de » pour trouver la bonne personne pour leur projet. Ils connaissent quelqu’un qui connaît quelqu’un. C’est comme ça que ça marche. Et en cours de route, il y a beaucoup de nuits et de week-ends passés à travailler sur des tutoriels et des recherches. Si vous êtes également une personne plutôt introvertie, un tel processus prend naturellement beaucoup plus de temps. Je suis encore loin d’être là où je voudrais être. Une plus grande détermination dans une direction n’aurait certainement pas fait de mal, mais j’y travaille en ce moment. Ce qui aide, c’est l’amour de ce que vous faites et une famille compréhensive.

Moments de carrière, créativité et projets d’avenir

FIV : Quels sont les développements de concepts, les tournages ou autres événements de votre carrière dont vous vous souvenez le mieux ?

Susanne : J’aime travailler dans les équipes et avec des clients qui cochent comme moi. S’amuser est également très important pour moi. Vous n’avez pas à prouver quoi que ce soit aux autres, nous ne sommes pas tous parfaits et c’est une bonne chose. Malheureusement, il y a beaucoup trop de médisance et d’étalage dans ce secteur. Heureusement, je n’ai eu que de bonnes expériences jusqu’à présent.

FIV : Pour développer chaque jour de nouveaux concepts et idées créatives, qui doivent bien sûr toucher le plus grand nombre de personnes possible, il ne faut jamais perdre complètement de vue l’esprit du temps. Où puisez-vous votre inspiration et comment gérez-vous l’équilibre entre la créativité artistique et les souhaits de vos clients, adaptés à leurs groupes cibles ?

Susanne : Au début, vous recueillez beaucoup d’idées, puis vous les décomposez pièce par pièce en concertation avec le client jusqu’à ce que vous vous mettiez d’accord sur le thème. Les idées peuvent venir des endroits les plus divers et aux moments les plus étranges. Mais il est également utile d’avoir un dossier d’inspiration que vous consultez et entretenez de temps en temps. Je collectionne non seulement les photos de beauté et de mode qui me plaisent, mais aussi les couleurs, les formes et les ambiances lumineuses que je trouve belles. Ce que j’aime tant dans la photographie de beauté, c’est que chaque modèle est une nouvelle « toile », excitante et unique, sur laquelle je peux laisser libre cours à ma créativité.

FIV : Comment voyez-vous votre avenir ? Voulez-vous continuer sur votre voie actuelle ou avez-vous des idées qui vont dans une direction complètement différente ? Tout d’abord, comme nous le savons, vous vous concentrez sur votre enfant et avez probablement beaucoup d’actions quotidiennes. Peut-être qu’à partir de maintenant, en tant que mère, vous vous concentrerez aussi davantage sur votre famille.
Dans tous les cas, la rédaction du SIV vous souhaite bonne chance pour le reste de votre vie.

Susanne : Merci beaucoup. Oui, c’est vrai, ma routine quotidienne a complètement changé avec la naissance. Le simple fait de sortir et d’aller quelque part doit être bien organisé à l’avance. À partir de décembre, j’essaie de redevenir actif et d’accepter mes premières commissions. Je pense aussi à me spécialiser davantage. Dans tous les cas, c’est une période passionnante et il n’est jamais trop tard pour poursuivre sa passion.

En savoir plus sur Susanne :

+