Succession : testament, part obligatoire, impôts et conjoint – tous les faits et astuces

Correct et avantageux pour les héritiers mais surtout pour léguer peut être difficile dans certaines circonstances. Il y a beaucoup de choses à respecter, beaucoup de formalités à respecter pour assurer l’héritage. Le testament est toujours la solution la plus simple pour s’assurer que ses propres intérêts sont sauvegardés même après le décès et qu’il n’y a pas de litiges sur l’héritage dans la famille.

Passage à droite pendant la durée de vie

Sans testament, la succession sera répartie selon les règles de la succession légale. Toutefois, ce n’est pas toujours dans l’intérêt du testateur. S’il existe un testament, la succession peut être répartie différemment de ce qui est prévu par la loi et même les personnes qui ne sont pas des parents par le sang peuvent hériter. La rédaction d’un testament est donc importante non seulement pour régler exactement le testament et le dernier testament, mais aussi pour éviter les conflits au sein de la famille.

Les questions les plus fréquemment posées sont avant tout :

  • Quelle est la part obligatoire de l’héritier?
  • Quelle est la part obligatoire de l’héritier?
  • Qu’est-ce que le conjoint hérite?
  • Qu’est-ce que la succession légale ?
  • Qu’est-ce que la succession légale ?

Le testament réglemente tout

Un testament prévaut sur la succession légale et peut donc déterminer une nouvelle succession. Le testateur détermine qui héritera. Si plusieurs personnes sont nommées, les actifs sont généralement répartis selon des quotas. La rédaction d’un testament permet également au testateur de laisser des choses individuelles à certaines personnes, comme une voiture, un bijou ou un bien immobilier. Toutefois, ils ne sont pas légalement considérés comme des héritiers, mais comme des legs. Afin d’éviter les conflits au sujet de la succession, celle-ci peut être répartie par testament de manière à ce qu’aucun point litigieux ne puisse survenir.

Les testaments peuvent être rédigés avec ou sans notaire. Si un testament est rédigé sans l’intervention d’un notaire, un certain nombre d’éléments doivent être pris en compte. L’auteur doit être âgé d’au moins 16 ans et « testable », c’est-à-dire en pleine possession de ses pouvoirs intellectuels. Le testament doit être rédigé à la main, car les imprimés d’ordinateur ne suffisent pas comme testament valide. Si le testament compte plusieurs pages, chaque page doit être numérotée, agrafée ensemble et chaque page doit être datée et signée de façon uniforme. Un titre clair, comme « Testament » ou « Mes dernières volontés » est recommandé pour rendre le but de l’écriture clair.

Toutefois, si un testament est rédigé avec l’aide d’un notaire, cela signifie que le testateur a remis verbalement son dernier testament à un notaire pour enregistrement. Ceci est particulièrement important si les biens immobiliers font partie de la succession, car un certificat d’héritier ou un testament notarié est requis pour le transfert au registre foncier. Si un testament notarié existe, les héritiers n’ont pas à se soucier de la procédure coûteuse et fastidieuse du certificat d’héritier.

Heaving without a testament – la succession légale prend effet

La succession légale règle à la fois l’ordre des héritiers et les quantités individuelles héritées. D’abord les parents suivants héritent, comme les enfants et les petits-enfants et ensuite les parents plus éloignés, comme les neveux et les nièces. Les proches parents excluent généralement les parents plus éloignés de la succession. Le taux auquel les héritiers individuels héritent est documenté dans le certificat d’héritage. La succession légale dépend du système Parantel ou de l’ordre. Il divise les parents en différents ordres. Ainsi, les enfants et petits-enfants du testateur appartiennent au premier ordre. Les parents, frères et sœurs, nièces et neveux du testateur sont affectés au deuxième ordre. Le troisième ordre comprend les grands-parents, les oncles et tantes ainsi que les cousins du testateur. Les conjoints et les partenaires civils enregistrés ne sont pas considérés comme des parents, mais ont le droit d’hériter au conjoint. Cela leur donne une position particulière et restreint le droit d’héritage des parents. Les parents de l’ordre précédent excluent toujours les parents d’un ordre ultérieur de la succession.

Le conjoint

Le conjoint ou le partenaire enregistré n’est pas considéré comme un parent dans la succession légale, mais a une position particulière. Si le défunt laisse derrière lui son conjoint et ses enfants, le conjoint hérite de la moitié de la succession et les enfants de l’autre moitié. Toutefois, s’il y a plus de trois enfants, le conjoint ne reçoit qu’un quart et les enfants se partagent le reste. S’il n’y a que des parents ou grands-parents de deuxième ordre, le conjoint reçoit la moitié de la succession et les parents de deuxième et troisième ordre se partagent l’autre moitié. S’il n’y a pas de parents de premier, deuxième ou troisième ordre, le conjoint hérite de tout.

Les héritiers du premier ordre

Les enfants et petits-enfants du testateur sont comptés à la première commande. Les enfants non mariés nés après le 1er juillet 1949 ont également droit à l’héritage. Si l’enfant du testateur et le conjoint vivent au moment du décès, les deux héritent de la moitié. Si plusieurs enfants vivent, l’héritage est partagé entre eux et le conjoint. Si les enfants du défunt sont déjà décédés, les petits-enfants héritent.

Les héritiers du second ordre

S’il n’y a pas d’enfants ou de petits-enfants, les héritiers sont de deuxième ordre. Le deuxième ordre comprend les parents, les frères et sœurs, les neveux et les nièces. Si les deux parents du défunt vivent au moment du décès, la succession est divisée également. Toutefois, si l’un des parents est déjà décédé, les descendants de ce parent, c’est-à-dire les frères et sœurs ou les nièces et neveux du défunt, prennent cette place.

Héritiers de troisième ordre

Si le défunt ne laisse que des héritiers de troisième degré, la succession est divisée comme suit. Les grands-parents et leurs descendants héritent de la succession du défunt. Si un grand-parent est déjà décédé, l’héritage revient également aux tantes, oncles, cousins et cousines du testateur.  >

Enfants adoptés

L’adoption donne à l’enfant le lien juridique. Si l’enfant est mineur au moment de l’adoption, il acquiert le statut juridique d’enfant commun des deux époux et appartient donc aux héritiers de premier degré. Ainsi, non seulement l’enfant adoptif hérite des parents, mais aussi vice versa. Avec l’adoption, cependant, l’enfant perd toutes ses prétentions, tous ses droits et devoirs envers les parents par le sang et n’a donc plus le droit d’hériter de ses parents naturels. Ce n’est pas le cas pour les enfants adoptés qui sont majeurs. La relation avec les parents biologiques n’expire pas, de sorte qu’un enfant adopté majeur peut avoir le droit d’hériter d’un maximum de quatre parties de l’héritage, les parents biologiques et adoptifs. Toutefois, il n’existe pas de droit successoral légal à l’encontre des membres de la famille des parents adoptifs.

Dettes patrimoniales – rejeter ou non l’héritage?

Un héritage ne signifie pas en premier lieu la richesse et de nouvelles possessions. Un héritage est souvent grevé de dettes et implique beaucoup de responsabilités pour les héritiers. Après le décès, les héritiers reprennent non seulement le patrimoine, mais aussi les droits et obligations du défunt. Si cela inclut les dettes, les héritiers sont également responsables avec leur patrimoine privé. S’il est clair dès le départ que la dette est héritée, l’héritage peut être rejeté dans le délai de six semaines. S’il n’apparaît que plus tard que la masse est grevée de dettes, une demande d’insolvabilité peut être déposée. Le patrimoine privé de l’héritier est ainsi protégé et les dettes ne doivent être remboursées que par la succession. S’il y a un cas d’héritage, l’héritage devrait être soigneusement examiné et examiné pour les dettes. L’héritage peut être refusé par tout héritier. Ceci est particulièrement utile si des dettes ou des biens immobiliers à rénover font partie du bien.

Inverser l’héritage – selon la situation, sensible

L’héritage ne fournit pas toujours que de bonnes choses pour les descendants. Même si beaucoup rêvent de richesses et de bijoux coûteux, des dettes ou des biens immobiliers délabrés peuvent aussi faire partie de l’héritage. Dans ce cas, il est possible de refuser l’héritage dans un certain délai et en tenant compte de certains critères.

Aucun héritier n’est obligé d’accepter l’héritage. Ceci est surtout possible pour la protection des héritiers, parce qu’il ne s’agit pas seulement de la fortune, mais aussi des dettes du défunt, dont il est responsable avec sa propre fortune privée. Ainsi, avant de commencer ou de frapper un héritier, chaque héritier doit tout d’abord obtenir un aperçu précis de la situation financière et des dettes du défunt. Il s’agit notamment des soldes bancaires, des valeurs mobilières, des objets de valeur, des terrains et des biens immobiliers, ainsi que des frais funéraires, des prêts, des arriérés d’aliments et des créances à part obligatoire. Les frais d’administration d’une succession ou d’ouverture d’un testament peuvent également être ajoutés. Si cet examen révèle qu’il y a plus de débit que de crédit, il est logique de refuser l’héritage. Si le bien immobilier comprend des immeubles à rénover, un examen détaillé est également nécessaire. Si l’héritage est pris en charge, beaucoup d’argent doit être investi dans les travaux de rénovation, qui peuvent être très coûteux selon le cas. Réfléchissez donc attentivement à la question de savoir si vous souhaitez ou non prendre en charge l’héritage dans un tel cas.

Une fois qu’un héritage a été accepté ou que le délai a été dépassé, il n’y a généralement pas de retour en arrière. Toutefois, là encore, les exceptions confirment la règle. Dans certains cas, il est possible de se retirer de l’héritage par la suite. Si, par exemple, il s’avère après l’acceptation de l’héritage que la succession contient un crédit élevé du défunt, dont vous ne saviez rien jusqu’alors, l’acceptation de l’héritage peut être contestée. Vous devez toutefois avoir une connaissance approfondie des actifs et des dettes de la succession. Toutefois, si l’héritier souhaite contester les hypothèses parce que le délai de six semaines n’était pas connu ou qu’on ne savait pas quand il commencerait, un bon avocat peut faire de même.

Rejet du métier à tisser en raison d’un surendettement

Dans le cas contraire, il existe également quelques possibilités. Si l’héritage a été refusé pour cause de surendettement et qu’il s’avère par la suite que l’héritage ne contient pas autant de dettes que prévu initialement, le refus ne peut être contesté. Toutefois, s’il s’avère par la suite que des titres ou des biens immobiliers appartiennent au patrimoine dont vous n’aviez pas connaissance au moment du déboursement, une contestation est effectivement possible. La contestation doit être faite par écrit et justifiée devant le tribunal successoral dans les six semaines suivant la découverte de l’erreur.

allocation d’héritier libre

Afin de protéger les héritiers d’une charge financière importante, des taux d’imposition et des allocations différents s’appliquent selon le degré de parenté. Ces allocations comprennent diverses choses qui n’ont pas à être imposées afin que les héritiers n’aient pas à payer la majeure partie de l’impôt, surtout dans le cas d’une succession importante.

Aide financière aux héritiers

Il s’agit notamment des allocations à verser si le partenaire ou les enfants étaient à la charge de la personne décédée. Pour les conjoints, l’allocation de pension s’élève à 256.000 euros à condition que le conjoint survivant ne dispose pas d’une pension de veuve ou d’une pension d’entreprise pour laquelle aucun droit de succession n’est dû. Si une telle pension est disponible, la valeur de la pension est déterminée en fonction de la durée prévue des prestations et l’allocation est réduite de cette valeur. Pour les enfants, les allocations sont calculées en fonction de leur âge au moment de leur décès. Les nourrissons jusqu’à l’âge de 5 ans ont droit à une allocation de pension de 52.000 euros. A partir de là, l’allocation diminue d’environ 10.000 euros tous les cinq ans. Les enfants âgés de 20 à 27 ans peuvent donc prétendre à une allocation de pension de 10 300 euros, mais ces allocations ne sont pertinentes que si les enfants n’ont pas leur propre pension, par exemple une pension d’orphelin.

Les autres allocations, en plus des allocations de pension, sont réglementées en fonction du degré de parenté et sont indépendantes de la pension de réversion ou du patrimoine propre de la personne à charge survivante. Ainsi, les époux et les partenaires civils enregistrés héritent d’une allocation de 500 000 euros. Les enfants du défunt ou les petits-enfants du défunt, si leurs parents décèdent avant l’héritage, peuvent prétendre à une allocation de 400.000 euros. Les petits-enfants dont les parents sont encore en vie ont droit à une allocation de 200 000 euros. Les arrière-petits-enfants ou les propres parents du défunt ont droit à une allocation de 100.000 euros. Tous les autres héritiers ont droit à une allocation de 20 000 euros. Pour qu’en cas de succession, le testateur ait le moins d’impôts possible à payer, il peut prendre des décisions importantes bien avant le décès et les déterminer dans son testament.  Seulement ce qui reste après déduction des montants non imposables de la succession est imposable. Chaque acquisition imposable est arrondie à 100 €. Les taux d’imposition individuels pour les droits de succession dépendent des différentes classes d’imposition des héritiers et sont également progressifs.

Dons et droits de succession – les allocations

Les droits de succession et de donation sont étroitement liés. Presque les mêmes allocations s’appliquent, mais comme dans le cas des successions, les allocations exonérées d’impôt ne peuvent être transférées qu’une fois tous les dix ans. Les testateurs qui souhaitent réduire les droits de succession de leurs héritiers doivent donc commencer à donner leur patrimoine dix ans avant leur décès. Dans le cas des familles hétéroclites, il découle de ce règlement qu’il peut être judicieux d’adopter les enfants du conjoint afin d’assimiler les déductions fiscales à celles des enfants naturels. L’adoption n’influence pas la succession à l’autre parent biologique.

Un don permet donc effectivement d’économiser sur les droits de succession. Le testateur doit être conscient de ces possibilités et les utiliser de manière ciblée afin d’avoir à payer moins de droits de succession. Les partenaires non matrimoniaux doivent garder à l’esprit que même les partenariats civils de longue durée n’autorisent les montants exonérés d’impôt donnés que s’ils sont officiellement reconnus, soit par mariage, soit par enregistrement du partenariat.

Pièce de service malgré la déshéritation – vous avez ces droits

Fondamentalement, chaque personne peut décider librement qui elle désignera comme son héritier et qui elle déshéritera. Le testateur n’a pas à justifier dans son testament pourquoi il exclut un parent de la succession. Toutefois, une exclusion ne signifie pas que l’héritier ne reçoit rien, car chaque héritier a droit à une part obligatoire. Cette demande doit être faite par l’héritier lui-même, car ces droits de part obligatoire ne sont pas mentionnés dans le certificat d’héritier. Si un testateur détermine qu’une personne est l’unique héritier, cela signifie, d’une part, qu’il hérite seul de la totalité de la succession, mais aussi que personne d’autre ne devrait hériter qui aurait effectivement le droit d’hériter.   >

Les couples mariés peuvent déshériter des parents proches dans un contrat de succession ou un testament à Berlin. Dans une forme classique du testament berlinois, les époux stipulent que le partenaire qui vit le plus longtemps est le seul héritier et que les enfants n’héritent que lorsque les deux époux sont décédés. Les parents déshéritent leurs enfants jusqu’à ce que tous deux soient morts. Si quelqu’un est déshérité, la part de l’héritage qui aurait été due à cet héritier revient à la personne qui serait devenue l’héritier si la personne déshéritée était déjà morte au moment de l’héritage.

Malgré un déshéritement, les proches parents ont droit à une partie de la propriété. Ce fait est fondé en droit sur le devoir de diligence que le défunt a envers ses proches parents, même après son décès. Toutefois, cela ne s’applique qu’aux proches parents, qui sont déterminés comme suit conformément à la loi : Les proches parents comprennent les enfants légitimes, non mariés et adoptés, le conjoint tant que le mariage est encore en vigueur au moment de l’héritage, les partenaires d’un partenariat enregistré de même sexe et les parents du testateur tant qu’il n’y a pas d’enfants. Les petits-enfants n’y ont droit que s’ils ont été exclus de l’héritage et que leurs parents ne sont plus en vie. Les frères et sœurs et les grands-parents du défunt n’ont pas droit à une participation obligatoire et ne doivent donc pas être considérés par la loi comme des parents proches. Celui qui est déshérité doit faire valoir lui-même un droit à la part obligatoire contre les autres héritiers. Dans des circonstances particulières, il est possible pour les parents de déshériter complètement leurs enfants et aussi de leur retirer la part obligatoire. Ce souhait doit être expressément ordonné et justifié dans le testament.

Héritage préliminaire et héritage subséquent – déterminé dans le testament

Le testateur est libre de déterminer les héritiers et peut donc transférer son patrimoine à plusieurs personnes dans un transfert horaire. L’héritier ne reçoit son héritage qu’après qu’une autre personne, en l’occurrence l’héritier précédent, en ait hérité. Le testateur peut, par exemple, choisir une occasion ou un moment pour la survenance de la succession subséquente, par exemple l’âge de la majorité ou la réussite de l’examen du maître-artisan. L’héritier précédent et l’héritier subséquent sont tous deux des ayants cause du testateur, mais ne forment pas une communauté d’héritiers dont ils héritent au même moment, mais à un autre moment pour la raison du testateur. L’héritier a un droit expectatif à l’héritage subséquent et donc l’héritier de l’héritier précédent s’éteint en cas de succession ultérieure, ce dernier cesse d’être l’héritier et l’héritage revient à l’héritier suivant. Si l’héritier subséquent est déjà décédé au moment de l’héritage subséquent, le testateur doit prendre des dispositions et nommer d’autres héritiers subséquent.

Les conjoints ont souvent recours à la préhéritage et à la post-héritage pour s’assurer que tous les biens communs demeurent dans la famille. Les époux désignent l’autre comme l’héritier précédent et les enfants communs comme héritiers successifs. Même en cas de remariage après le décès du conjoint, les biens ne peuvent être légués au nouveau conjoint.

Les communautés d’héritiers – communication ouverte et accord

Une communauté d’héritiers décrit tous les héritiers d’un testateur. Ceci entre en vigueur lorsqu’il y a plus d’un héritier et qu’une communauté d’héritiers est automatiquement formée. La communauté des héritiers perd cependant son effet au début d’un litige successoral. Toutefois, un litige ne doit pas nécessairement se produire dans une communauté d’héritiers. Comme il y a souvent des litiges sur les objets de l’héritage dans les communautés d’héritiers, de nombreuses communautés d’héritiers existent encore de nombreuses années après le décès. >

Discuter d’une communauté d’héritiers

Dans l’idéal, les héritiers d’une communauté d’héritiers règlent rapidement les dettes éventuelles de la succession et dissolvent ensuite la communauté des héritiers en répartissant le surplus selon les parts. Cependant, ce n’est souvent pas la réalité. Les litiges au sein de la communauté des héritiers font souvent en sorte qu’ils restent non résolus pendant des années après l’héritage. Tout membre d’une telle communauté d’héritiers a le droit d’exiger la dissolution à tout moment, même sans raison valable.

Payer les dettes et distribuer l’héritage

Pour qu’une communauté d’héritiers soit dissoute sans litige, il est conseillé de suivre certaines étapes. De l’évaluation correcte de la succession aux droits de succession, il y a des formalités importantes à respecter.

Payer les dettes de la succession

Les dettes de la succession peuvent être payées sur la succession par les héritiers de la communauté des héritiers. Il n’est pas rare que des objets appartenant au domaine soient vendus, tels que des biens immobiliers ou des terrains.

Les objets indivisibles se vendent

Si un partage réel n’est pas possible pour certains objets, comme un bien dans la communauté des héritiers, les héritiers peuvent devoir vendre ou forcer l’objet à être vendu aux enchères. Pour ce faire, il faut d’abord déterminer un prix de vente réaliste. S’il n’y a pas d’accord à ce sujet, l’un des héritiers peut lancer une vente aux enchères par division.  Distribuer les objets divisibles L’héritier doit être principalement divisé en nature par les héritiers. Chaque héritier peut donc prendre des objets de la succession pour lui-même en accord avec les autres héritiers. L’argent et les titres peuvent être divisés par la communauté des héritiers en fonction des parts respectives.  >

Les dons et dotations tiennent compte de

Si un héritier a reçu du testateur des avantages ou des cadeaux de son vivant, ceux-ci peuvent faire l’objet d’une indemnisation. Les dons qui font l’objet d’une extinction augmentent mathématiquement la succession et sont déduits de la quote-part d’héritage du bénéficiaire. Chaque héritier peut demander aux autres héritiers des informations sur ces prestations afin qu’elles soient prises en compte correctement.

Considérer le bureau des impôts

Une succession est toujours soumise à l’impôt sur les successions. Toutefois, certains éléments de l’héritage peuvent être déduits de l’impôt, comme le coût de l’inhumation ou les frais d’ouverture du testament.

Calculer la remise

Une communauté d’héritiers ne peut être divisée tant que la succession n’a pas été déterminée. Les héritiers reçoivent la plupart des informations de la banque où le défunt avait les comptes ou les dépôts. Pour y avoir accès, un certificat d’héritier ou un testament avec un dossier d’ouverture de la cour est requis. Cependant, les dettes font également partie de la succession. Afin de déterminer la succession complète, les dettes et les actifs doivent être comparés et équilibrés.

Le notaire aide

A défaut d’accord, un notaire peut être convoqué par la communauté des héritiers. Le notaire fait office de médiateur entre les héritiers afin de parvenir le plus rapidement possible à un accord. Toutefois, il convient de garder à l’esprit que cette assistance est associée à certains coûts.

Considérer les services infirmiers

Si un enfant s’est occupé du parent décédé de son vivant sans contrepartie, une compensation peut être réclamée pour cela. Ce montant doit être proportionnel à la durée, à l’étendue et à la valeur de la succession.

L’enchère partielle – le dernier recours pour les communautés d’héritiers

Les objets, tels que les biens immobiliers ou fonciers, donnent souvent lieu à des litiges dans les communautés d’héritiers. Les idées sur la façon de traiter la propriété commune sont trop différentes et les parties ne peuvent s’entendre. Tout héritier a le droit, à tout moment, d’exiger une contestation de la communauté des héritiers et d’imposer ainsi sa dissolution. Dans un tel cas, une vente aux enchères par partage peut être la dernière possibilité de régler les différends et de résoudre la communauté des héritiers.

La vente aux enchères de cloisons comporte certains risques qui doivent être bien réfléchis à l’avance. Les biens immobiliers pourraient être vendus à un prix inférieur à leur valeur et entraîner de faibles bénéfices pour les héritiers. Il existe des alternatives qui excluent ces risques. La propriété peut être vendue à titre privé, ce qui permet d’économiser sur les frais d’inscription, les frais juridiques et les honoraires d’avocat. De plus, les héritiers peuvent choisir eux-mêmes l’acheteur et ainsi s’assurer que le bien n’est pas vendu en dessous de sa valeur.  Une autre alternative est la vente aux enchères volontaire. La communauté des héritiers peut s’adresser à un commissaire-priseur public qui organise et dirige une vente aux enchères. L’avantage pour les héritiers est que l’enchère minimale peut être déterminée par les héritiers eux-mêmes et qu’il n’y a donc aucun risque d’enchère inférieure à la valeur. Dans les deux cas, toutefois, la communauté des héritiers doit donner son accord unanime à la vente du bien.

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *