Interview d’Enisa Bukvic : Carrière de mannequin et vie à Dubaï avec Simon et son chien Charlie

Le mannequin et blogueur Enisa Bukvic a eu une sacrée carrière en tant que modèle. Depuis toute petite, elle rêvait de devenir mannequin. Mais le chemin pour y parvenir n’était pas toujours facile. Cependant, Enisa n’a jamais cessé d’essayer de réaliser son rêve et s’est battue pour y parvenir. Aujourd’hui, quelques années plus tard, Enisa a atteint le style de vie que beaucoup lui envient. Elle vit à Dubaï avec son petit ami Simon Desue et son bouledogue français Charlie et travaille en tant que mannequin et influenceuse. La blogueuse a également démontré ses compétences lors de l’émission télévisée « Germany’s Next Topmodel ». Nous avons interviewé Enisa pour vous afin d’en savoir plus sur sa carrière de mannequin et sur sa vie avec Simon et Charlie à Dubaï.

La vie à Dubaï et la routine quotidienne avec le chien Charlie

FIV : Vous avez déménagé à Dubaï avec votre petit ami Simon Desue et vous avez même un joli chien appelé Charlie. Votre vie actuelle à Dubaï est-elle plus stressante ou plus détendue que votre vie précédente en Allemagne ?

FIV Feature X CM Models

Enisa : Je pense toujours que tant que l’on peut s’organiser et planifier correctement, on peut éviter ce  » stress « . Pour moi, c’est la même chose qu’en Allemagne. Le seul avantage est que la plage est toujours disponible lorsque vous voulez vous détendre. J’adore la plage !

FIV : Diriez-vous que votre chien est une sorte de tranquillité pour vous, en dehors du travail ?

Enisa : Charlie, mon petit chien français, est une sorte d’influence apaisante pour moi. Je ne sais pas pourquoi (peut-être parce qu’elle est si incroyablement douce et câline haha), mais dès que je la prends dans mes bras ou que nous allons nous promener, je suis à nouveau super détendue. Mes promenades sont comme des petits « moments à moi » pour moi.

FIV : Pourriez-vous décrire à nos lecteurs le parcours typique que vous faites avec Charlie à Dubaï ? Vous passez devant des endroits sympas ?

Enisa : Je promène surtout Charlie dans notre communauté ici, il y a beaucoup de vert pour Charlie mais aussi une plage qu’elle adore. Sinon, j’aime aussi aller dans différents parcs pour chiens. À Dubaï, il y a quelques parcs mais aussi de nombreuses plages pour les chiens.

Les endroits préférés et les meilleurs voyages de Simon et Enisa

FIV : Dubaï est connupour les boutiques de luxe, les énormes gratte-ciel et une belle plage. Dites-nous 3 endroits où vous et Simon aimez passer du temps ensemble.

Enisa : Simon et moi aimons les belles vues et à Dubaï, il y a de beaux gratte-ciel partout. Les vues y sont si belles ! Nous adorons Ce La Vie, par exemple. C’est un café/lounge/restaurant à Dubaï. Vous y avez une très belle vue et vous pouvez voir Burj Khalifa directement. En outre, nous aimons également Nammos Dubai, qui est un magnifique restaurant sur la plage avec une nourriture très délicieuse. Je dois également recommander le Mall of the Emirates, que je préfère au Dubai mall. C’est plus petit, mais il y a beaucoup de magasins sympas. Là-bas, je vais toujours chez Laduree pour avoir ma dose quotidienne de macarons haha. Si vous cherchez de bons clubs de plage, le Cove Beach and White est une recommandation absolue de ma part !

FIV : Si vous n’aviez pas déménagé dans la métropole de Dubaï, dans quelle autre ville auriez-vous aimé vous installer et pourquoi ?

Enisa : Je ne sais vraiment pas, mais je pense que c’est peut-être Berlin. Je pense que Berlin est très bien, heureusement Hambourg est proche de Berlin et je pourrais y passer beaucoup de temps. Mais en général, j’aime aussi Miami, j’y ai vécu pendant une courte période avant de déménager en Allemagne.

FIV : Vous et votre ami Simon Desue avez beaucoup voyagé ensemble, que ce soit à Miami ou aux Maldives. Quel est le meilleur voyage que vous ayez fait pour un travail jusqu’à présent ?

Enisa : Je dois dire que c’était vraiment agréable d’être à la Swim Week de Miami. C’est comme la Fashion Week, mais seulement pour les maillots de bain. C’était vraiment amusant ! Miami est pour moi un paradis tropical, mais en même temps une très belle ville. Il y a tellement de choses à faire et à voir là-bas !

Avec une hanche de plus de 90 cm, aucune chance comme modèle !

FIV : Vous menez un style de vie d’influenceur très réussi, vous vous occupez avec amour de votre chien et vous êtes également mannequin à côté. Quand avez-vous commencé votre carrière et d’où vient votre confiance en vous, pour laquelle beaucoup de vos téléspectateurs vous admirent ?

Enisa : J’ai commencé ma carrière de mannequin à l’âge de 14 ans. La confiance en soi n’était pas toujours là. Quand j’ai commencé, on m’a dit « non » à mon premier casting de mannequins. Mes hanches étaient trop larges pour « l’industrie ». Il y a cet idéal malade de 90-60-90 chez les mannequins que beaucoup n’ont pas parce que les mannequins sont généralement grands. Une femme de 180 cm n’a pas naturellement une largeur de hanches de 90 cm. J’ai dû beaucoup lutter contre ça. Une agence m’a promis (à l’époque où j’avais 17 ans) que je pourrais participer à la Fashion Week de New York si seulement je pouvais perdre du poids. Je n’ai pas eu mes règles pendant 6 mois parce que mon corps était si mal en point. Je mesurais 94 cm de tour de taille et j’avais perdu 11 kilos au moment où mon tour de taille était de 88,5 cm. J’avais l’air si incroyablement malade. Puis ils ont juste dit à la fin que ça ne marcherait pas. Alors je leur ai dit que je ne voulais plus faire partie de l’agence parce qu’elle était si incroyablement malade. Il existe de meilleures agences qui ne prêtent pas autant d’attention aux mensurations.

Après cela, j’ai terminé mon régime et j’ai pleuré lorsque j’ai pu manger mon premier morceau de pain depuis des mois. Oui, parfois le monde est vraiment dur. Ce n’était pas si facile et parfois on n’était pas payé beaucoup non plus. Mais j’ai toujours étudié à côté. J’ai terminé mon diplôme de sciences politiques et j’ai toujours eu des emplois supplémentaires à côté. Depuis lors, j’ai appris à aimer et à apprécier mon corps. La santé est la chose la plus importante ! Aujourd’hui, Dieu merci, il est devenu plus normal que les mannequins n’aient pas à être aussi minces. C’était donc le début, puis j’ai trouvé un très bon agent de Miami/Copenhague. Grâce à elle, j’ai pu travailler avec de nombreuses marques professionnelles et j’ai même participé à la Fashion Week.

Conseils aux jeunes mannequins pour réussir dans le secteur du mannequinat !

FIV : Vous avez déjà acquis une grande expérience dans le domaine du mannequinat. Avez-vous des conseils à donner à nos jeunes lecteurs pour leur carrière de mannequin ?

Enisa : Mon conseil est de ne pas abandonner. Même si vous recevez beaucoup de refus, ou si par exemple vous pensez que vous ne pouvez pas le faire, ne l’écoutez pas. Vous pouvez tout faire à la fin de la journée, mais seulement si vous essayez de vous battre. « Avec chaque échec, il y a aussi une leçon et parfois même une bénédiction cachée. » C’est ainsi que je pense toujours et c’est pourquoi je continue. Votre état d’esprit est la chose la plus importante. « Quand vous mettez votre esprit dans quelque chose et que vous travaillez pour cela, personne ne peut vous arrêter ». Cela m’aide aussi beaucoup de tout écrire. Fixez un objectif, puis des objectifs plus petits pour atteindre votre objectif final !

Maintenant aussi dans le magazine : Enisa Bukvic

Vous pouvez également trouver l’interview d’Enisa Bukvic dans le magazine. Désormais, sur fivmagazine.com, l’intégralité du magazine est également disponible en ligne :