La créatrice de bikinis Julia Diehl

Créatrice, mère et sirène de bain : Julia Diehl a tout sous un même chapeau (de soleil). Après avoir pris la décision courageuse d’émigrer d’Allemagne en France, la créatrice de bikinis vit son rêve personnel. Elle combine astucieusement l’idylle familiale, sa passion pour la mode et son plus grand hobby, le surf. Ses collections de bikinis sont particulièrement fantaisistes et sexy. Nous avons parlé avec la créatrice de bikinis à succès de sa famille, de la mode et de son travail au paradis.

La mer !

L’oasis de calme de Julia Diehl : la mer

FIV : Pour commencer, quelques questions sur votre personnalité et votre vie privée : À quoi ressemble une journée typique dans votre vie quotidienne ?

Julia : Je suis réveillée bien trop tôt par 2 surfeurs affamés. Lorsque les petits sauvages sont enfin expédiés à l’école maternelle, mon mari et moi allons surfer pendant une ou deux heures. Après cela, j’ai hâte de passer la journée dans mon studio. Entre les fleurs et des tas de tissus et d’accessoires, je crée de belles choses. L’après-midi, les enfants rentrent à la maison et le soir, nous retournons à la mer avec toute la famille pour un surf au coucher du soleil et profiter du fantastique coucher de soleil du Sud-Ouest de la France.

FIV | Magazine

New Issue! #26 with San Diego Pooth - Newcomer now in Tampa / USA FIV Magazine: All Covers

FIV : En tant que designer et mère, vous êtes souvent exposée à des situations stressantes, avez-vous des conseils pour garder la tête froide ?

Julia : Dans les situations de stress, je me rends toujours compte que nous allons bien et qu’il ne faut pas laisser les petites choses nous stresser trop.

FIV : Quel est votre moyen préféré pour vous détendre après de longues journées stressantes ?

Julia : Mon endroit préféré est au bord de la mer. Je vais surfer ou ramasser des coquillages, parce que j’adore coller des coquillages sur de grands miroirs. C’est comme de la méditation pour moi et il faut beaucoup de coquillages.

FIV : Vous êtes souvent sur la route et passez beaucoup de temps dans différents endroits, donc je suis sûr que votre maison vous manque, qu’est-ce qui constitue votre « maison » pour vous ? Et où vous sentez-vous vraiment chez vous ?

Julia : Lorsque je suis sur la route pendant une longue période, mon mari et mes enfants sont toujours avec moi, c’est la chose la plus importante pour moi. Quand nous sommes tous ensemble, je me sens chez moi partout.

FIV : Qu’est-ce qui peut te donner du plaisir/ Qu’est-ce qui te rend heureux ?

Julia : Des fleurs d’hibiscus et un bon surf !

Vampire sexy et hippie mignon : les styles de bikini de Julia

FIV : Maintenant, quelques questions sur le style, qui est particulièrement important dans le monde de la mode : Quels sont vos coups de cœur en matière de mode que vous ne voudriez jamais manquer dans votre garde-robe ?

Julia : J’adore mon vieux blouson de cuir de motard et maintenant je déterre mes jeans Levis du passé. Je ne jette jamais rien, car tout revient à un moment ou à un autre. Les robes en dentelle de ma grand-mère, qui ressemblent à de la lingerie, combinées à mes bottes Stuart Weizmann adorées, sont mes préférées en ce moment.

FIV : La mode était-elle aussi un sujet de préoccupation dans votre enfance ?

Julia : Définitivement. Même petite, j’adorais faire des chapeaux avec les épaulettes de ma mère, par exemple. Je m’habillais aussi beaucoup, ce que je fais encore maintenant avec mes bikinis. Il y a de tout, d’une hula girl en bikini à une motarde en bikini de cuir noir. Selon l’humeur, parfois Marilyn Monroe 1950 à Saint-Tropez ou le look hippie du festival Woodstock de 1968. Je pense que l’on peut s’habiller de manière plus ludique sur la plage – l’ambiance est plus détendue et c’est amusant de se glisser dans des rôles.

La devise de Julia Diehl : Liberté et joie de vivre

FIV : Nous en venons maintenant à vous en tant que designer : quand et comment avez-vous commencé votre carrière de designer ? Que faisiez-vous professionnellement auparavant ?

Julia : J’ai étudié le stylisme à Munich et à Paris, puis j’ai travaillé comme styliste pour Bogner. La nostalgie de la côte atlantique française, où j’ai passé beaucoup de temps dans mon enfance, m’a poussé à démonter mes tentes à Munich et à m’installer à Hossegor. J’y ai travaillé pour Billabong, une marque de surf australienne, pendant quelques étés et j’ai passé les mois d’hiver à parcourir le monde à la recherche de vagues parfaites.

FIV : Comment vous est venue l’idée de fonder votre label « Julia Diehl – Beach Couture » et de créer des bikinis ?

Julia : J’ai eu l’idée de lancer mon propre label à Maui, l’une de mes destinations de surf. J’ai commencé à coudre mes propres bikinis et j’ai beaucoup expérimenté les coupes. Mes amis ont vu mes créations en surfant et à la plage et ont voulu avoir des bikinis sur mesure. J’ai conçu des coupes individuelles pour différentes figures et j’ai soudainement eu un tas de clients. Je suis très satisfaite lorsqu’une cliente peu sûre d’elle vient me voir, qu’elle n’ose pas essayer quelque chose de différent au début, puis qu’elle choisit un bikini non conventionnel et qu’elle est superbe dans ce bikini. Un bikini bien ajusté vous donne des seins plus fermes et des fesses plus fermes !

FIV : Qu’est-ce qui vous inspire dans vos collections de bikinis ? Comment décririez-vous votre mode bikini ?

Julia : Je suis une sirène Rock’n’Roll et c’est à cela que ressemble ma collection. J’aime utiliser des matériaux non conventionnels comme le cuir, la soie, le coton et le lycra de coton, et je recycle le denim vintage. Dans ma collection, il y a toujours des éléments rock comme les nites et les petites guitares, mais aussi des éléments romantiques comme les fleurs et la dentelle….. J’aime jouer avec les contrastes. Mais les styles doivent aussi être fonctionnels et j’ai découvert lors d’un autotest que les bikinis en cuir en particulier sont parfaits pour le surf. Je décrirais mon style comme de la couture rock bohème.

FIV : Votre mode bikini inclut des éléments du rock’n roll et de l’ère hippie, comment cela se fait-il ? Vous êtes un fan des années 60 et 70 ?

Julia : Les années 50, 60, 70, 80… sont des périodes très inspirantes et il y a une infinité de sujets qui m’intéressent et dont je peux m’inspirer. J’aime le son hippie des années 60, mais aussi le rock et le métal. Par conséquent, mes collections sont polyvalentes et ne se réduisent jamais à un seul thème. Ma philosophie est que, qu’il s’agisse d’un bikini en cuir avec des franges dans un look de festival des années 68 ou d’un une-pièce sportif dans le style néon des années 80, tout est permis sur la plage. D’ailleurs, il y aura une collection en crochet d’inspiration hippie pour le printemps 2016 avec des pantalons, des robes, des ponchos et bien sûr des bikinis et des maillots de bain. Ce sera plutôt cool !

FIV : Que voulez-vous transmettre avec vos collections de bikinis ?

Julia : En fait, je n’y pense pas tant que ça. Le style de vie que je mène est probablement ce qui rend mes collections spéciales, car tout est authentique. Avoir la liberté de créer ce que je veux sans contraintes est ce dont j’ai besoin pour être créatif. Je peux dire que je veux transmettre le sentiment de liberté et de joie de vivre. Et la liberté de se glisser dans un rôle avec chaque bikini simplement parce que c’est amusant.

FIV : Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail de styliste de plage ?

Julia : Vivre au paradis au bord de la mer, pouvoir voyager à Paris ou à New York entre les deux pour trouver l’inspiration et m’entourer de personnes positives et heureuses. Le style de vie de la plage est merveilleux et me donne l’énergie nécessaire pour combiner parfaitement famille et affaires !

FIV : Vous avez pris une décision courageuse, quitté votre emploi et quitté l’Allemagne : Quels conseils donneriez-vous aux designers en herbe pour démarrer leur carrière ?

Julia : J’entends si souvent des gens dire qu’ils ont toujours voulu vivre ailleurs ou construire quelque chose à eux, mais que c’est si difficile… Bien sûr, ce n’est pas toujours facile. Et oui, il est épuisant de se lever et de quitter sa zone de confort personnelle. Mais je conseille quand même à tout le monde de le faire, car le courage en vaut la peine. Si vous aimez ce que vous faites, vous serez automatiquement bon dans ce domaine et finirez par réussir. Cependant, ce n’est pas le bon choix pour les personnes sans passion et sans endurance.

FIV : Quels sont vos projets pour votre avenir professionnel ?

Julia : Je me laisse dériver et j’attends avec impatience ce qui va arriver. Je veux développer mon label de manière saine.

FIV : Quand lancez-vous une nouvelle collection et où présentez-vous vos collections ?

Julia : Comme j’ai des clients de l’Europe à l’Australie, c’est « l’été sans fin » pour moi et j’ajoute constamment de nouveaux produits à ma boutique en ligne. www.juliadiehl.com

FIV : Un grand merci pour cette interview à toi chère Julia !

Plus d’informations sur Julia Diehl

 

Découvrez la nouvelle collection de Julia, « The Rock’n Roll Mermaid », ici.