Fabian Arnold parle de la femme de ses rêves, de ses projets d’avenir et de sa première marque PRGear !

Qui n’a pas entendu parler de l’influenceur « fabianxarnold » de nos jours ? Il compte actuellement plus de 120 000 followers sur Instagram et ce nombre ne cesse d’augmenter. Il a tout déballé pour nous et nous parle de son ancien doute sur lui-même, de la façon dont il s’est lancé dans le sport, de sa propre marque de fitness et de la femme de ses rêves !

De « nerd » à l’école à star d’Instagram bien formée

FIV : Hey Fabian ! Vous décollez vraiment en ce moment, vous venez de franchir le cap des 100k sur Instagram en début d’année et votre marque de fitness « PRGear » a également été lancée. Mais dites-moi, qu’est-ce qui se cache derrière la jolie influenceuse fitness ? Comment vos amis vous décriraient-ils ?

FIV Feature X CM Models

Fabian : J’aimerais développer un peu ce point. Je pense que ces dernières années, depuis l’école, j’ai subi un changement extrême dans mon apparence et surtout dans mon caractère. À l’époque, j’étais toujours le petit Fabian, un an plus jeune et au moins une tête de moins que tous les autres élèves de ma classe. En outre, j’étais et je suis toujours une personne très ambitieuse. Tout cela a donné lieu à de nombreuses blagues à mes dépens (« nerd », « petit Fabian », etc. mais ce sont encore des choses inoffensives). En conséquence, ma confiance en moi a beaucoup souffert.

A un moment donné, j’ai voulu changer quelque chose pour être dans le cercle « cool » !

Cela m’est arrivé à 16 ans, lorsque j’ai commencé à aller à la salle de sport pour donner du muscle à mon corps. À cette époque, je ne voyais pas la nécessité de changer mon état d’esprit, mais je me concentrais uniquement sur mon apparence. Au final, cependant, les nombreuses heures passées dans la salle de sport ont non seulement changé quelque chose à mon apparence, mais surtout à mon esprit. Pendant une séance de gymnastique, vous avez beaucoup de temps pour penser à tout et pour rentrer en vous-même.

Par exemple, il n’est pas du tout important d’être beau, d’avoir beaucoup d’argent ou d’être « populaire ». « Populaire » ? ! Qu’est-ce que c’est ? C’est complètement immatériel et cela repose sur le fait qu’il y a d’autres personnes qui vous apprécient. Mais il s’agit toujours de la façon dont on traite ces personnes. Beaucoup de gens se moquent de ces personnes ou deviennent arrogants. Je pense que vous devriez traiter ces personnes avec respect et sur un pied d’égalité.

Fabian dit explicitement : « Les followers Instagram… Qu’est-ce que c’est ? …. Imaginez qu’Instagram soit supprimé…. Et alors ? Rien vraiment… Parce que les suiveurs ne veulent rien dire. »

Le sport et l’humour comme méditation quotidienne

Fabian : Mais pour revenir à la question initiale. Mes vrais amis, parmi lesquels je ne compte qu’une poignée au maximum, savent ce qui me fait vibrer. Je suppose que j’ai pu vous donner un petit aperçu avec le texte ci-dessus. S’il y a un problème, je suis quelqu’un à qui vous pouvez tout dire. Comme j’ai grandi dans la nature, il n’y a rien de mieux pour moi que de m’asseoir dans un bel endroit dans la nature et d’écouter le silence ou de parler de quelque chose. Mais cela ne veut pas dire que je n’aime pas sortir, faire la fête ou autre chose. …. C’est toujours possible !(rires) Le développement de la personnalité est un sujet très important pour moi.

Je suis très déterminé et ambitieux. Certains disent que je suis un perfectionniste.

Fabian : Je n’ai pas besoin de vous dire que je suis très sportif et que je fais du sport (gym et football) presque tous les jours de la semaine. D’un autre côté, je suis un vrai farceur et je suis prêt à tout pour m’amuser. Parfois, j’en fais trop avec mes blagues, ce dont je me rends généralement compte trop tard(rires). Mais je dis toujours : le rire est sain et tant que l’on peut rire de soi et en prendre un peu, tout est bon ! Mais quand ça devient trop, mon passé m’a donné une peau assez épaisse. Je n’ai aucun problème à parler aux gens. Ce n’était pas toujours si bien.

Donc, dans l’ensemble, j’ai beaucoup de plaisir à être là ! Mais parfois, j’aime aussi me déconnecter et penser à tout.

Fabian Arnold sur sa nouvelle marque de fitness : PRGear !

Spécialisé dans les gants de formation

FIV : Parlez-nous de votre nouvelle marque. Elle est spécialisée dans les gants d’entraînement, non ? Qu’est-ce qui vous a poussé à concevoir vos propres gants et qu’est-ce qui rend les vôtres si spéciaux ?

Fabian : En fait, ce n’était pas mon intention. Je ne voulais pas développer quoi que ce soit dans le domaine du fitness, car je pense qu’il y a déjà beaucoup de marques dans ce secteur. Un de mes amis m’a alors donné l’idée de développer des gants de fitness. C’est également le seul créneau qui est extensible sur le marché du fitness. Pour moi, il n’y a jamais eu de gants adaptés à la gym. Je ne voulais pas de gants qui couvrent toute la main et qui ont une protection des poignets. C’est pourquoi j’ai développé le X1 Lite avec mes partenaires commerciaux.

Pour moi, de loin les meilleurs gants pour la salle de sport, car ils protègent les zones importantes des callosités, mais le reste de la main est libre pour garantir une liberté de mouvement maximale ! Le X1 Lite a ensuite été rejoint par 3 autres gants. D’abord les gants standard X1, puis les gants X2 et X2 Lite pour les exercices sportifs nécessitant une force maximale. Par exemple, pour les soulevés de terre. Avec ces quatre gants de fitness, nous couvrons maintenant les gants pour tous les sports. C’était le but pour l’instant. Dans une prochaine étape, nous voulons aussi étendre un peu la marque dans le domaine de la mode sportive. Avec le premier débardeur X1, le sweat à capuche X1 et les chemises X1 pour hommes et femmes, nous avons déjà fait un premier pas.

Pour suivre ce qui se prépare, j’aimerais beaucoup que vous suiviez la page @prgear sur Instagram.

Fabian en tant que créateur de sa marque

La conception des produits a fait l’objet d’un travail considérable.

FIV : Vous avez montré que vous êtes également douée pour le design en créant votre propre marque. Vous avez dû y mettre beaucoup d’efforts ! Comment s’est déroulé le processus de la première idée au produit final ?

Fabian : Oui, la conception des produits a demandé beaucoup de travail ! Dans un premier temps, nous avons défini la fonctionnalité souhaitée pour nos gants. Ainsi, ils ne sont pas simplement copiés d’autres gants, mais ont une qualité élevée et unique ! L’étape suivante était la conception. Ici, je voulais rester le plus discret possible. D’où la couleur noir et blanc. Il va tout simplement avec n’importe quelle tenue de sport ! Lorsque nous avons conçu l’ensemble, nous l’avons envoyé à notre producteur, qui a fabriqué un premier gant d’essai pour nous. Après plusieurs retouches et une coordination avec notre producteur, nous avions nos gants finis !

Devenez un influenceur : C’est comme ça qu’il faut faire !

FIV : Les gens vous connaissent principalement grâce à Instagram, à présent tout le monde a probablement entendu parler de  » fabianxarnold « . Comment ce succès s’est-il produit ? Avez-vous travaillé consciemment pour devenir un influenceur ou ce statut est-il arrivé par hasard ?

Qui ne risque rien n’a rien.

Fabian : J’ai répondu à cette question tellement de fois que je n’ai même plus besoin de réfléchir. J’ai commencé à poser pour un photographe (Teejott) quand j’avais 18 ans. Mais je n’ai pas mis les photos en ligne avant décembre 2016 car je n’étais pas satisfaite de ma silhouette (trop mince). Puis en décembre 2016, j’ai commencé à mettre en ligne les premières photos. Divers sites de mannequins ont publié mes photos sur Instagram.

Cela m’a amené à près de 20 000 followers en 2 mois. Puis le moment est venu où j’ai décidé, avec mon ami mannequin @hagenrichter, qui était tellement hypnotisé au même moment, de vraiment essayer de réaliser quelque chose sur Instagram. Parce que rien de risqué, rien de gagné. Nous avons acheté des appareils photo et avons commencé à prendre des photos nous-mêmes (principalement des photos de style de rue). Et après un an, j’ai maintenant plus de 120 000 followers. Je pense que c’était un mélange de chance et de travail acharné.

Fabian avec son ami Hagen Richter. Ensemble, ils ont tenté de devenir des influenceurs – avec succès !

L’authenticité et le côté terre-à-terre sont particulièrement importants pour Fabian.

FIV : Nous voyons de nouveaux posts de votre part tout le temps, de nouvelles Insta Stories tous les jours et vous êtes également active sur la nouvelle application Vero ces derniers temps. Vous êtes à court d’idées ou il vous est difficile de toujours proposer quelque chose de nouveau à vos followers ?

Fabian : Oui, c’est définitivement difficile de toujours proposer quelque chose de nouveau et de ne pas simplement copier quelque chose d’autres influenceurs. J’essaie simplement de trouver mon propre style et de rendre mes photos très personnelles, sans faire semblant. Comme il n’y a pas deux personnes identiques, c’est là que vous avez un élément de différenciation. Ces derniers temps, j’essaie de voyager beaucoup et de vivre de nouvelles expériences. Dans les Insta Story, j’essaie toujours d’emmener ma communauté avec moi et aussi de faire des blagues parfois et de mettre en place une petite séance de comédie.

Parce que je pense que c’est ce qui rend un influenceur très terre à terre et personnel. En fait, je suis très créatif et cela m’aide à trouver des motifs sympas. Par exemple, la photo sur le chantier de construction. Mais ce n’était pas posé non plus, j’ai travaillé sur un chantier de construction pendant plusieurs jours pour connaître le vrai travail physiquement dur. Et c’est toujours comme ça que les photos sont réalisées. En ce moment, je suis en Australie pour un an. Ici, vous avez tellement de choses sympas à photographier. J’ai donc assez d’idées pour l’année prochaine !

Le luxe en tant qu’influenceur ? Pas question !

FIV : En ce moment, vous êtes en Australie. Vous êtes là pour affaires ou pour voyager ? Dites-nous ce que vous avez prévu pour les prochains mois !

En Australie, il travaille dans la construction ou est barman.

Fabian : Depuis l’école, je rêve de passer une année à l’étranger, de travailler et de voyager. Quand j’ai eu mon diplôme à 17 ans, je ne me sentais pas prête à voyager seule. Aujourd’hui, après mes doubles études d’homme d’affaires pour l’assurance et la finance, j’avais la possibilité de continuer à travailler dans ce secteur, de faire mon master, d’investir mon temps dans Instagram et le mannequinat ou de voyager et de voir le monde.

Comme je suis encore très jeune (21 ans) et que les voyages font partie intégrante de mon CV, j’ai pensé prendre une année sabbatique pour travailler et voyager en Australie. Bien sûr, je peux aussi très bien combiner cela avec Instagram. Cependant, j’essaie non seulement d’investir tout mon temps sur Instagram, mais aussi d’utiliser ce temps pour développer davantage ma personnalité et renforcer ma pensée positive. Je travaille ici complètement détaché d’Instagram dans le domaine des constructions (ouvriers du bâtiment etc.), comme barman, serveur ou tout ce qui me tombe sous les pieds. Pour l’instant, cependant, je ne suis qu’en voyage (mi-mars 2018).

J’ai passé le premier mois et demi à Melbourne. Je me plais vraiment ici et je ne veux pas partir ! Le 18 mars, je pars en Tasmanie pour 2 semaines. Là-bas, je voyagerai dans un van. De là, je retournerai à Melbourne, puis je remonterai la côte jusqu’à Sydney en voiture. C’est le plan pour l’instant. Comme je voyage seule, il est très difficile de prendre des photos, car la plupart des gens que l’on rencontre ici n’ont jamais tenu un appareil photo dans leurs mains. Je voulais aussi commencer par YouTube. Mais malheureusement, j’ai dû l’annuler, car il s’est avéré que cela prenait beaucoup trop de temps.

La femme de rêve de Fabian : naturelle et résistante

FIV : Vous devez avoir beaucoup de fans féminins. Je dois donc vous poser une question : Quelles sont les qualités qui font d’une fille une « fille de rêve » pour vous ? Et qu’est-ce qui est absolument à proscrire pour vous ?

Fabian : Cette question est vraiment difficile(rires). Je ne pense pas pouvoir généraliser. Bien sûr, il y a des filles dont le physique me fait penser… : Un sanglier ! Mais la plupart du temps, cette image change juste après que nous ayons échangé quelques mots. Mes amis disent toujours que je suis l’une des personnes les plus exigeantes qu’ils connaissent.

En gros, on peut dire que je préfère les bruns et, d’après ce que je vois, les bruns très naturels. Lorsque vous vous détendez sur le canapé à la maison, votre petite amie doit être sans maquillage et se sentir à l’aise. Quand il s’agit de faire la fête, elle peut toujours être sexy comme l’enfer ! J’aime les filles dures qui ont leur propre opinion et qui peuvent parfois vous dire ce qu’elles pensent. Je ne supporte pas du tout les salopes. Une Barbie coincée qui dit des conneries et qui se croit meilleure que tout le monde, c’est hors de question pour moi !

Le must de Fabian en matière de mode : une veste en cuir noire.

FIV : Vous avez également une affinité particulière avec la mode, et en janvier vous étiez à la Fashion Week de Berlin. Quels sont les styles qui ne vous conviennent pas ? Pour les femmes comme pour les hommes ?

Fabian : Je pense que chacun a des goûts légèrement différents. J’aime beaucoup les tenues simples et sportives. Je ne porterais jamais de tenues colorées, mais beaucoup de gens sont très bien dans ces tenues ! Il faut juste que cela convienne à la personne. Je ne peux pas généraliser à ce sujet.

FIV : Vous avez un style décontracté mais légèrement élégant. Quel est votre must-have mode absolu qui complète parfaitement chaque tenue ? Qu’est-ce qui ne devrait pas manquer dans la garde-robe d’un homme ?

Je pense que tous les blogueurs masculins répondraient par une simple veste en cuir noire. Je trouve les vestes en cuir très élégantes et elles vont avec presque tous les styles. Ils ont l’air masculins et durs !

Universitaire, influenceur, modèle – Fabian a réussi.

FIV : Vous êtes encore très jeune mais vous avez déjà obtenu votre baccalauréat ! Travailleur, travailleur. Qu’avez-vous étudié exactement et diriez-vous que cela vous apporte aussi quelque chose pour votre vie quotidienne en tant qu’influenceur ou vraiment seulement pour votre travail ?

Fabian : Depuis que j’ai obtenu mon baccalauréat avec une spécialisation en marketing et en vente, je peux définitivement dire qu’être un influenceur m’apporte quelque chose. Après tout, les influenceurs sont le nouveau moyen de faire connaître la publicité au public. Par conséquent, il lui va comme un gant. Grâce à ma formation, que j’ai achevée en même temps, j’ai également la capacité de rédiger correctement des factures en tant qu’homme d’affaires, d’établir des bilans et je suis familiarisé avec le droit des affaires. Donc, en fait, les conditions préalables parfaites.

Que ce soit le football ou la gym. Ça n’a pas d’importance. L’essentiel, c’est le sport !

FIV : Vous allez à la salle de sport plusieurs fois par semaine, vous avez également joué au football pendant longtemps, vous avez étudié et en plus de cela, vous avez toutes vos activités sur les médias sociaux et vos rendez-vous. Comment parvenez-vous à tout concilier et quel est le meilleur moyen de se détendre ?

Fabian : Oui, c’est toujours un peu difficile ! Je dois dire que lorsque j’étais encore étudiant et que je faisais mon apprentissage, je n’avais pas tant d’activités sur les médias sociaux parce que je n’avais pas une si grande portée. Lorsque j’ai terminé mes doubles études en septembre, c’était parfait car j’avais beaucoup de temps pour Instagram. Je me déconnecte toujours quand je fais du sport. Mais ça a toujours été le cas. Que ce soit le football ou la gym. Cela n’a pas vraiment d’importance. L’essentiel, c’est le sport ! Cela vous aide à recharger vos batteries et à vous donner à nouveau à 100% à l’école/étude/travail ! C’est pourquoi je ne pense pas que ce soit une bonne idée de regarder la télé sur le canapé après le travail !

FIV : A propos de fitness… soyons honnêtes : qu’est-ce que vous aimez le plus faire et qu’est-ce qui est une torture absolue pour vous ? Les jambes ne sont pas toujours l’entraînement le plus populaire chez les hommes !

Fabian Arnold s’entraîne depuis qu’il a 16 ans !

Fabian : Quand j’ai commencé à m’entraîner, j’ai toujours préféré l’entraînement des pectoraux parce que c’était le meilleur moyen de mesurer et d’observer l’augmentation de ma force. Je négligeais les jambes à l’époque (16 ans) car je jouais au football 3 fois par semaine et cela me suffisait à l’époque !

À 18 ans, après avoir fait une pause d’un an et demi dans le football, j’ai commencé à m’entraîner correctement. Cela signifie également commencer à entraîner mes jambes correctement. Même si les jambes ne poussent pas aussi vite que le haut du corps dans la plupart des cas, je dis à tous ceux qui me le demandent qu’il est plus important d’entraîner les jambes parce que c’est le plus gros muscle et qu’il libère donc le plus de testostérone naturelle. À cette époque, je m’entraînais également à la salle de sport six jours par semaine. Lorsque j’ai recommencé à jouer au football à presque 20 ans, j’ai essayé d’entraîner mes jambes au moins une fois par semaine dans le gymnase également.

Aujourd’hui, je préfère entraîner mon dos parce que c’est là que j’ai la plus grosse pompe et que je me sens comme HULK(rires). Mais en Australie, il est vraiment difficile d’aller à la gym tout le temps parce que c’est très cher et qu’il faut payer plus de 40€ par mois pour une salle de gym + 50€ de frais d’inscription. Ensuite, si vous êtes toujours en train de voyager et de changer de ville ou de faire de la gym dans l’arrière-pays, ça ne vaut pas vraiment la peine ! Donc ici, je fais plus de cardio et de musculation dans des parcs publics en plein air. Voyons comment je suis après un an.

Conseils pour une alimentation saine : glucides sains, lait végétal et beaucoup de fruits et légumes.

FIV : Pour obtenir des résultats optimaux, le sport n’est pas le seul élément important, l’alimentation joue également un grand rôle. Dans quelle mesure faites-vous attention à votre alimentation, avez-vous un certain régime que vous suivez ou aussi certains aliments que vous évitez complètement parce qu’ils sont trop mauvais pour votre santé ?

Fabian : Oui, la nutrition joue un très grand rôle ! Jusqu’à l’âge de 18 ans, je ne prêtais aucune attention à mon alimentation et je buvais aussi beaucoup d’alcool. J’ai ensuite commencé à faire attention à mon alimentation, en mangeant beaucoup de glucides sains, comme les pommes de terre, le riz et les pâtes, de la viande saine et beaucoup de légumes et de fruits ! J’ai commencé à regarder les différents ingrédients et à comprendre ce qui est quoi ! Les seules choses que j’ai vraiment abandonnées sont les sucreries et l’alcool.

Aujourd’hui, je n’y prête pas autant d’attention. Bien sûr, j’essaie de manger sainement, mais si j’ai envie de sucreries, je les mange. Je bois de l’alcool peut-être deux fois par mois. Et alors seulement lors d’occasions spéciales, comme les anniversaires, le réveillon du Nouvel An ou autres. Il y a environ six mois, j’ai commencé à renoncer aux produits laitiers et à boire mon muesli avec du lait d’avoine, d’amande, de riz ou de noix de coco. Il est plus cher mais il est beaucoup plus sain car il n’acidifie pas trop le corps et il est meilleur pour la peau. De plus, il est d’origine naturelle et vous ne soutenez pas l’exploitation des vaches ! Je ne veux pas être plus large, je veux être athlétique et en bonne santé.

Conseils pour l’entraînement en plein air

FIV : Ces derniers temps, on peut voir beaucoup de vidéos d’extérieur en provenance d’Australie sur PRGear. Préférez-vous généralement vous entraîner dans une salle de sport ou à l’extérieur ? Quels sont les exercices les mieux adaptés à une séance d’entraînement en plein air ?

Fabian : Quand j’ai commencé à m’entraîner à 16 ans, je pesais 58 kg. C’est pourquoi il était très important pour moi de me muscler et de m’élargir d’abord. Donc c’était plus ou moins juste pour le look. Aujourd’hui, je suis très heureux de mon corps à 76 kg et je ne veux pas grossir, je veux être athlétique et en bonne santé. Comme je l’ai mentionné plus haut, il est vraiment difficile de s’entraîner dans une salle de sport ici en Australie, alors je vais souvent dans des parcs extérieurs.

Entre-temps, j’ai aussi beaucoup apprécié de m’entraîner avec le poids de mon corps et de me concentrer davantage sur la force et l’endurance. Dans ces parcs de plein air, vous rencontrez beaucoup de personnes qui n’ont pas l’air fortes, mais qui font des exercices qui me laissent pantois(rires). J’essaye les handstands et les montées de muscles en ce moment. Je me pousse toujours avec mon compagnon de voyage actuel et c’est toujours un défi de voir qui peut faire quoi en premier. Cela rend la chose encore plus amusante. Cependant, c’est une très bonne sensation de s’entraîner dans un gymnase avec de vrais poids.

Les exercices classiques pour une séance d’entraînement en plein air sont les tractions, les pompes et les redressements assis. J’aime aussi faire des dips pour les triceps et la poitrine. En fait, ça marche toujours !

https://www.instagram.com/p/BggUvBoHcvF/?taken-by=prgear.de

La marque PRGear de Fabian fabrique des gants de fitness, mais aussi des vêtements d’entraînement et des caleçons.

Conseils pour réussir sur Instagram

FIV : Pour beaucoup de jeunes aujourd’hui, devenir un influenceur est un rêve – que recommanderiez-vous aux blogueurs en herbe sur la meilleure façon de réussir sur Instagram ? Quels sont les trucs et astuces qui fonctionnent particulièrement bien, et ceux qui fonctionnent moins bien ? Dites-nous comment ça s’est passé pour vous !

Fabian : À l’époque, j’avais juste la chance que mes photos de mannequins soient repostées, c’est-à-dire partagées, par de grands sites de mannequins. C’est comme ça que j’ai eu 25 000 followers en deux ou trois mois. Lorsque j’ai commencé à prendre des photos moi-même (par exemple, des photos de style de rue), le prix n’a cessé d’augmenter. Tu dois juste faire quelque chose de différent de tout le monde. Parce que si vous vous contentez de copier tout ce qui existe déjà, vous n’aurez jamais plus de succès que les autres ! Je combine le fitness, la mode et le mannequinat. De nombreuses personnes ne se concentrent que sur une seule catégorie. D’un côté, c’est un atout pour moi, et d’un autre côté, c’est peut-être un inconvénient, car je ne m’adresse pas à un groupe cible exact, mais mon groupe cible est largement répandu.

FIV : En tant qu’influenceur à succès, vous recevez certainement souvent des demandes de coopération. Qu’est-ce qui ne fonctionne pas pour vous dans une demande ? Et quelles sont les demandes qui suscitent le plus d’intérêt chez vous ?

Fabian : La plupart des entreprises ne veulent pas réaliser que vous devez payer de l’argent lorsque vous entrez dans une coopération avec un influenceur. Dans la plupart des cas, les entreprises veulent seulement fournir les produits gratuitement. Mais la plupart d’entre eux oublient que les influenceurs à plein temps doivent aussi gagner leur vie ! C’est aussi ce qui m’énerve le plus. D’autant plus qu’il y a suffisamment d’influenceurs qui, ensuite, s’engagent également et nuisent ainsi à l’ensemble du secteur !

Les demandes personnelles suscitent le plus d’intérêt chez moi. Il n’y a rien de plus inintéressant qu’une lettre type où les gens ne font que radoter. Ainsi, lorsque les entreprises s’engagent réellement auprès d’un influenceur, c’est ce qui suscite le plus d’intérêt !

Influenceur à plein temps ou emploi « normal » ?

FIV : Beaucoup de choses vous sont arrivées ces derniers mois – Bachelor, 100K, marque de mode, Australie, quelle est la suite ? Avez-vous déjà des projets d’avenir où vous vous voyez dans 5 ans ?

Fabian : Non, je laisse tout venir spontanément. Après mon année à l’étranger, je verrai comment tout se passe et je déciderai ensuite des prochaines étapes. Bien sûr, je préférerais continuer à gérer Instagram à plein temps. Mais si, pour une raison ou une autre, ce n’est pas le cas, je ferai un master en gestion des ventes et je reprendrai ensuite un travail « normal ». Donc pour moi, tout est encore ouvert. Je vais peut-être devenir pilote ou rester ici en Australie. Cela dépend de ce qui se passe cette année et des personnes que vous rencontrez(rires).

FIV vous remercie pour cette belle interview !

Maintenant aussi dans le magazine : Fabian Arnold

Vous pouvez également trouver l’interview de Fabian Arnold dans le magazine. Désormais, sur fivmagazine.com, l’intégralité du magazine est également disponible en ligne :