Ralf Daab, organisateur du CFD

Ralf Daab n’est pas seulement le fondateur de la maison d’édition DAAB MEDIA, l’éditeur de livres basé à Cologne a également fondé le salon de la mode « Cologne Fashion Days », qui a fêté sa première l’année dernière à Cologne-Deutz. Je lui ai parlé de l’idée derrière cet événement de mode, des Cologne Fashion Days 2015 et de sa vision de la mode.

CFD : Salon de la mode pour les consommateurs

FIV : Monsieur Daab, vous êtes l’organisateur des Journées de la mode de Cologne, qui ont lieu pour la deuxième fois cette année. Pour ceux qui ne connaissent pas encore le CFD, de quel type d’événement s’agit-il ? Qu’est-ce qui rend le salon de la mode de Cologne si spécial par rapport aux autres salons de la mode ?

Le CFD est une foire pour les consommateurs et non une foire pour le commerce du textile. Les visiteurs peuvent rencontrer les créateurs, trouver de nouveaux looks et les acheter directement et même les faire faire sur mesure. Je considère ces événements B to C comme de nouvelles plates-formes permettant aux jeunes marques de mode de développer leurs propres ventes et d’apprendre à connaître leurs clients ou mieux leurs fans, et vice versa pour les personnes qui souhaitent s’habiller de manière plus personnalisée et ne veulent pas acheter un look standard. Je pense que nous le faisons très bien avec les COLOGNE FASHION DAYS, de très haute qualité, très stylés et avec beaucoup de passion.

FIV : En fait, vous êtes un éditeur de livres, comment en êtes-vous venu à développer et à organiser un tel événement ?

FIV | Magazine

New Issue! #26 with San Diego Pooth - Newcomer now in Tampa / USA FIV Magazine: All Covers

En 2009, nous avons publié un livre sur les jeunes créateurs de mode et avons spontanément organisé un défilé de mode à Cologne intitulé COLOGNE CATWALK. Nous l’avons fait quatre fois jusqu’à présent et avons publié de nouveaux livres de mode en même temps. Comme de plus en plus de gens demandaient où ils pouvaient acheter les objets présentés sur le podium, il était évident que nous allions mettre en place une foire de vente, le CFD. La première de l’année dernière a montré le potentiel de ce salon, tant en tant que salon de vente que dans la ville de Cologne.

FIV : L’année dernière, le CFD a célébré sa première, alors encore à Cologne-Deutz. Cette année, l’événement de plusieurs jours se déroulera au Centre Mercedes Benz de Braunsfeld. Pourquoi ce changement de lieu ?

Nous avons organisé la première du CFD au Dock.One de New York, un endroit superbe, idéal pour un événement de mode. Nous y aurions à nouveau organisé le CFD 2015 si Mercedes-Benz, qui était déjà sponsor les années précédentes, ne m’avait pas proposé d’organiser le CFD en même temps que le COLOGNE FASHION AWARD au Mercedes-Benz Center de Braunsfeld. En tant qu’hôtes, Mercedes met leur emplacement à notre disposition, ce qui représente pour nous un grand soulagement financier par rapport au loyer de Dock.One. Un deuxième facteur est aussi que l’autre côté du Rhin dissuade encore beaucoup de gens de s’y rendre. Beaucoup plus de visiteurs viennent à Braunsfeld, comme vous le savez d’autres événements.

CFD 2015 au Centre Mercedes Benz

FIV : Comment les CFD sont-ils structurés/planifiés dans le nouveau site ?

Un grand podium sera installé au rez-de-chaussée, et les stands des exposants seront situés dans les espaces ouverts des 1er et 2e étages. Nous recevons les stands de Koelnmesse. Ils s’intègrent parfaitement à l’intérieur et, avec les voitures exposées, créent une très belle image.

FIV : Comment sont financés les CFDs ?

Mercedes-Benz nous fournit l’emplacement, ce qui nous permet de réduire les efforts, c’est-à-dire les coûts. Koelnmesse nous fournit les stands d’exposition et les exposants nous versent une location de stand. Mais cela ne fonctionnerait pas sans sponsors, partenaires, notre propre équipe et nos collaborateurs.

FIV : Comment sélectionnez-vous les créateurs qui sont autorisés à exposer leurs collections aux Journées de la mode de Cologne ?

Nous avons fixé comme lignes directrices la jeune couture et le chic urbain, c’est-à-dire de jeunes créateurs de mode ayant des normes de qualité et un certain style. Une mode cool, élégante, inhabituelle mais portable et abordable. Nous veillons à ce que le CFD soit une foire de haut niveau et non un marché aux puces.

Journées de la mode de Cologne : défilé, causeries et plus encore

FIV : Qui fait partie du jury qui sélectionne cette année les designers qui présenteront leurs collections sur le podium ?

Cette année, nous procédons différemment : les créateurs peuvent réserver leur propre podium et chaque exposant a ainsi la possibilité de présenter sa collection sur le podium.

FIV : Le programme de soutien de cette année est également très intéressant. Qu’est-ce qui nous attend exactement ?

Dans un espace beauté, les visiteurs peuvent se faire maquiller, coiffer et vaporiser, une agence de mannequins fait des castings pendant les trois jours, dans un studio photo construit dans un camion, les gens peuvent se déguiser et poster leurs photos sur Facebook. Les visiteurs peuvent donc non seulement faire des achats et regarder des spectacles, mais aussi participer activement. Et il y a deux tours de parole le samedi et le dimanche.

FIV : Quels sont les experts qui participent aux tours de parole ou qui donnent des conférences ? Sur quels sujets ?

Le samedi, nous organiserons un tour de table avec des designers qui parleront de leur carrière, de leurs idées et de leurs visions. Les invités de marque sont Gabriele Koch (L-Gabrielle) et Claudia Schwarz (Ludwig & Schwarz), ainsi que l’actrice Liz Baffoe, qui présente sa collection au public pour la première fois aux COLOGNE FASHION DAYS.

La deuxième série de conférences du dimanche tournera autour du thème de Cologne en tant que lieu de la mode et des raisons pour lesquelles Cologne devrait enfin promouvoir à nouveau la mode. Les intervenants sont Ulrich Soenius (IHK), Jochen Heufelder (responsable culturel) et deux autres invités. La conférence sera animée par Albert Kock du Presseclub Köln.

Ralf Daab sur la mode et Cologne

FIV : Quels sont les designers que vous recommandez particulièrement cette année ?

Le magasin pour hommes, parce que je viens d’y acheter un nouveau costume. Mais je les recommande tous, car tous les créateurs ont de belles collections. Sinon, ils ne seraient pas au CFD.

FIV : Que représente la mode pour vous ?

Pour moi, la mode est intemporelle. Personnellement, je ne suis pas les tendances de la mode, mais je porte ce dans quoi je me sens bien et ce dans quoi je me trouve. De nombreuses personnes achètent des articles qui sont à la mode en ce moment mais qui ne leur vont pas. Cela semble alors artificiel. Pour moi, la mode doit être authentique.

FIV : Pour vous, qu’est-ce qui relie Cologne à la mode ?

Pour le moment, il s’agit plutôt d’un rappel de l’époque où la semaine de la mode masculine et Interjeans étaient encore à Cologne et où Bread and Butter a été fondé. Ces dernières années, cependant, de nombreux nouveaux labels se sont installés à Cologne et revitalisent la scène de la mode de Cologne, par exemple dans le quartier belge. Quelque chose se prépare, tu peux le sentir.

FIV : Pensez-vous que Cologne a le potentiel pour devenir un concurrent sérieux pour Berlin ou d’autres villes de la mode en Allemagne ?

Quoi qu’il en soit, Cologne bénéficie d’une meilleure situation géographique que Berlin grâce à sa proximité avec Amsterdam, Bruxelles, Anvers, Paris et Londres, et la Rhénanie est une région au pouvoir d’achat beaucoup plus élevé. Et Cologne est une ville créative qui est également très ouverte en raison de sa mentalité, ce qui donne aux designers beaucoup de liberté pour se développer davantage.

FIV : Les dernières Journées de la mode de Cologne ont été très bien accueillies, comment voyez-vous l’évolution des choses dans les prochaines années ?

Je pense que les JOURNÉES DE LA MODE DE COLOGNE connaîtront à nouveau un grand succès cette année et nous déciderons ensuite rapidement de la date et du lieu des CFD 2016. Avec un peu plus de temps d’avance que cette année, nous aurons plus d’exposants et pourrons mettre en place des pop-up shops, intégrer des boutiques de mode et organiser des défilés de mode dans toute la ville. Je vois Cologne redevenir un bastion de la mode d’ici 4 à 5 ans et le monde de la mode s’y rassembler une ou deux fois par an.

FIV : M. Daab, merci beaucoup pour cette interview !

Plus d’informations sur les « Cologne Fashion Days » :

www.colognefashiondays.com
[sc:ad-fashion2]