La créatrice Julia Starp – A propos de son style de mode et du développement durable

FIV : Julia, vous avez fondé votre label en 2009 et vous êtes chez vous en tant que designer à la Fashion Week de Berlin. Comment avez-vous réussi à avoir un tel succès aussi rapidement ?

J’étais au bon endroit au bon moment. À cette époque, la mode durable n’était guère présente dans le segment du luxe et j’avais un argument de vente unique, pour ainsi dire. Les sponsors et les clients, mais surtout mes amis, ont cru en moi. Cela m’a encouragé à être sur la bonne voie.

FIV : Comment décririez-vous votre style de mode et vos collections ?

Mon style est élégant et axé sur les détails. J’aime jouer avec la silhouette et créer des formes complètement nouvelles. Il en résulte des constructions de cols inhabituelles, des formes de manches et des fonctions qui peuvent changer complètement un vêtement en quelques mouvements.

FIV | Magazine

New Issue! #26 with San Diego Pooth - Newcomer now in Tampa / USA FIV Magazine: All Covers

FIV : Vous attachez une grande importance à la durabilité. Qu’est-ce que cela signifie pour vos créations et pourquoi est-ce particulièrement important pour vous ?

Selon la devise : « Fais aux autres ce que tu voudrais qu’ils te fassent ». Dans le secteur de la mode et du textile en particulier, l’équité est malheureusement plutôt rare. La production de masse et les mauvaises conditions de travail rendent les vêtements bon marché, mais leur valeur n’est plus appréciée. J’ai de plus petites séries, je connais personnellement les sites de production et leurs employés, parce que je suis également sur place (à Hambourg, à l’atelier pour handicapés Stiftung Mensch ou en Pologne), je sélectionne les tissus selon des critères similaires. La plupart d’entre eux sont certifiés selon la norme GOTS (Global Organic Textile Standard) ou BLUESIGN.

designerin-julia-starp-mode-stil-nachhaltigkeit-berlin-interview-models
Capture d’écran, site web Lookbook / 2016

FIV : Qu’est-ce qui vous a poussé à devenir un créateur de mode ?

Ça doit être parce que j’ai grandi dans les années 80. Enfant, je trouvais la mode effrayante. À l’époque, je cousais mes propres costumes (qui, rétrospectivement, ne sont probablement pas moins effrayants aujourd’hui). Je pensais qu’en tant que styliste, je pourrais y remédier et concevoir des choses qui me plaisent davantage. En attendant, je ne pense pas que la mode des années 80 soit si mauvaise que ça, certaines personnes disent même que ma mode va dans ce sens.

FIV : D’où viennent vos idées et vos motivations ?

Je suis une créatrice de poupées. Cela signifie que je cherche un tissu qui me plaît, que je le jette sur le mannequin de la couturière et que je commence à le draper. C’est de là que viennent la plupart de mes idées, que je développe ensuite directement dans mon programme de découpe sur l’ordinateur. Mais je pense aussi que beaucoup de choses affluent inconsciemment, ce qui m’entoure, où je suis.

FIV : Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans votre travail ?

Que je suis libre. Je me divise. Je ne fais pas que de la mode, j’entre en contact avec de nombreuses personnes intéressantes et formidables. Je viens de passer un an à travailler sur un livre d’histoires pour une œuvre de charité afin de donner à ma collection une signification plus large que le simple fait d’être « belle ». C’est tellement diversifié et créatif.

Une photo postée par Julia Starp (@juliastarp) le .

FIV : Comment fonctionne un défilé de mode dans les coulisses, du point de vue d’un créateur ?

Les 20 minutes qui précèdent le départ sont terriblement agitées. Tout est prêt ? Rien n’a été oublié ? Et si oui, comment peut-il encore être sauvé ? Lorsqu’il commence enfin, tout est en ébullition. Je me place toujours juste avant l’entrée du podium, je jette un dernier coup d’œil aux mannequins et j’essaie d’enlever les dernières peluches et de redresser les plis. Au bout de 20 minutes, tout est terminé et je me demande comment 4 mois de travail ont pu défiler si rapidement sur le podium.

FIV : Comment vous sentez-vous avant et après un grand spectacle ?

C’est toujours aussi excitant. Le premier des huit spectacles présentés jusqu’à présent a certainement été le plus riche en rebondissements. On ne peut pas nier une certaine routine, mais c’est toujours nouveau et différent. C’est pourquoi je suis très intéressé par la création d’une certaine tension dans les spectacles. J’ai moi-même regardé de nombreux défilés de mode, et je vois souvent les mannequins « monter et descendre » avec des émotions figées. Grâce à la musique et à certaines chorégraphies, la mode peut raconter une histoire. Après le spectacle, quand tout s’est bien passé (heureusement toujours jusqu’à présent), les pierres tombent et je suis juste heureux et content.

FIV : Avez-vous des « petits assistants » à la Fashion Week ou à d’autres défilés qui s’assurent que votre mode est présentée sous le « meilleur jour » ?

Une véritable petite aide est ma chère Aleksa, qui m’accompagne aux salons depuis des années et qui apporte de grandes impulsions en tant que styliste. Ainsi que mon cercle d’amis, qui sont heureux de me donner un coup de main lorsqu’il s’agit de voyager avec des remorques à Berlin. Il ne fonctionnerait pas sans eux !

FIV : Qu’est-ce qui est particulièrement important pour vous lors du choix d’un modèle ?

En fonction de la collection et du thème, le bon look et, plus encore, la bonne démarche. Le modèle peut être aussi joli et gracieux qu’il l’est, mais s’il ne peut pas placer ses pieds correctement, c’est une infraction flagrante. Mais il est également important pour moi que le modèle se sente à l’aise et en confiance avec la tenue. La tenue est portée par le modèle, mais souvent je vois que le modèle est porté plus loin par la tenue. Cela rend l’apparence parfaite.

FIV : Que voulez-vous transmettre avec votre mode ?

Individualité, féminité et exclusivité. La mode est l’esprit du temps, qui peut exprimer tant de choses. Elle peut se démoder, redevenir moderne ou être intemporelle. Je suis plutôt favorable à une mode intemporelle, qui s’inscrit bien sûr parfaitement dans le thème du développement durable.

FIV : Quel rôle la mode joue-t-elle dans votre vie privée ?

Je passe toujours par différentes phases. Parfois, j’ai envie d’être plus élégante et d’autres fois plus décontractée. Lorsque je travaille sur de nouvelles collections, que je prépare des projets et que je ne suis que dans mon studio, je suis heureuse de pouvoir puiser dans ma garde-robe. En revanche, sur la route, lors de rendez-vous et de réunions, j’aime m’assurer que cela va de pair avec une bonne apparence.

FIV : Bientôt, il sera de nouveau temps de célébrer la nouvelle année. De préférence dans une mise en valeur à la mode. Quelle est la tenue de réveillon parfaite pour vous ?

Comme je fais la fête de manière très ordinaire avec mes meilleurs amis, j’y vais détendue et bien habillée. Les points forts de la mode de mes robes de cocktail sont ensuite utilisés pour les réceptions et les bals du Nouvel An 😉

FIV : Quels sont les designers et les labels que vous admirez en privé ?

J’ai toujours été un fan d’Issey Miyake et de Yamamoto. La mode sculpturale, généralement moins facile à porter, mais si bien comprise en tant qu’art.

FIV : Quels sont vos must-have mode pour l’hiver/le printemps 2015/2016 ?

Une robe en tricot, douillette mais chic, combinée avec des collants et des bottes ou des bottines. Ajoutez une veste courte de style motard et une écharpe douillette.

FIV : Comment pouvons-nous imaginer votre nouvelle collection que vous présenterez à la prochaine Fashion Week de Berlin ?

Comme je suis occupée toute l’année par mon projet de livre de contes de fées, je ne présenterai pas de nouvelle collection avant la semaine de la mode d’été. J’ai déjà beaucoup d’impressions et d’idées qui me trottent dans la tête, que je consoliderai en janvier. Cependant, il est certain que je ferai davantage dans le secteur des vêtements pour hommes et que j’étendrai la collection de vestes et de sweats à capuche dans le secteur des vêtements décontractés.

FIV : Merci pour l’interview Julia !