B.O.X.E.R – Le groupe en interview : Le rythme pour le défilé

FIV : En fait, vous venez tous les trois de la scène de la mode. Comment êtes-vous entré dans la musique ?

Jakob : Après des années de leçons de piano, à l’âge de dix ans, j’ai finalement voulu apprendre un instrument plus sexy, plus cool : Je voulais jouer de la guitare électrique comme les junkies occasionnels des groupes de rock, comme Kurt Cobain et Slash. À onze ans, j’avais mon premier groupe de punk rock, à 18 ans j’étais fermement ancré dans la scène hardcore et j’avais trois groupes. Plus tard, j’ai branché ma guitare sur l’ordinateur plus souvent que sur l’ampli et j’ai expérimenté avec des trucs électroniques et du bruit.

Anna-Maria : J’ai commencé à prendre des cours de chant à l’âge de 14 ans. À partir de ce moment-là, je n’ai plus pu m’empêcher de chanter. Depuis lors, j’ai travaillé avec différents producteurs et fait des essais. En même temps, j’ai participé au cours de pop de l’Académie de musique de Hambourg, j’ai participé à l’émission de Radio Hambourg « Radio Hambourg cherche le méga talent », etc.

Jan Ole : Je joue de la batterie depuis l’âge de sept ans. Tous les garçons de ma bande à l’époque prenaient des cours de batterie, nous étions plus ou moins une bande de batteurs. Quand j’avais 14 ans, j’ai monté mon propre groupe et à partir de là, tout était clair.

B.O.X.E.R. – Sueur et Rayures

FIV | Magazine

New Issue! #26 with San Diego Pooth - Newcomer now in Tampa / USA FIV Magazine: All Covers

Anna-Maria, Jan Ole et Carl Jakob sont B.O.X.E.R – La musique rencontre la mode

FIV : Comment décririez-vousComment décririez-vous votre style musical ? Que peut attendre le public de B.O.X.E.R. ?

Jakob : Ce n’est pas tout à fait de la musique pop.

Jan Ole : Nous faisons de l’indie-electro-pop, mélangeant le son instrumental avec des éléments programmés électroniquement.

Anna-Maria: Electro Pop Indie Sphérique

La vidéo – B.O.X.E.R. – Sueur et Rayures

FIV : J’ai déjà pu voir sur votre page d’accueil que vous avez travaillé avec Germanys Next Topmodel. Comment cela s’est-il produit ?

Jakob : Ce n’est pas très clair, mais à un moment donné, l’une de nos chansons était constamment jouée avant le spectacle – et nous étions soudain mondialement connus.

Jan Ole : Stylight, un blog et magasin de mode de Munich, nous a demandé s’ils pouvaient utiliser une de nos chansons, « Sweat & Stripes » comme musique pour leur publicité pour la présentation de la dernière saison de GNTM. Bien sûr, nous n’avions rien contre.

FIV : Jouez-vous aussi lors de défilés de mode ? Que devez-vous prendre en compte en tant que musicien ?

Jakob : Nous avons tendance à jouer lors des fêtes d’après-spectacle des défilés de mode. Les gens sont pour la plupart emphatiquement désintéressés, ce qui est censé paraître décontracté, je suppose, donc nous devons nous produire d’autant plus bruyamment et avec des jambes plus larges.

Anna-Maria : A rien. C’est là toute la beauté de la chose. Tu peux être qui tu veux. À ce moment-là, il est agréable d’être un musicien et d’évoluer dans le cirque de la mode en tant que musicien.

Jan Ole : Oui, nous avons joué à la soirée d’après-spectacle de Marina Hoermannseder à la semaine de la mode de Berlin en été, par exemple.

Il faut être au bar à temps, car on boit encore plus dans le secteur de la mode que dans celui de la musique.

FIV : Anna-Maria et Jan Ole, vous avez tous deux connu le succès en tant que mannequins avant de fonder le groupe.vous avez tous deux réussi en tant que mannequins. Fomment avez-vous travaillé ? Et qui sont vos dieux de la mode ?des dieux ?

Anna-Maria : Je suis allée à Paris pour la semaine de la mode quand j’avais 18 ans et j’ai commencé avec des créateurs comme Dolce Gabbana, Givenchy, Chloe, Chanel, etc. Je n’appellerais pas cela un dieu de la mode. Je ne dirais pas que c’est un dieu de la mode – comme Jake, je ne suis pas assez sensible à l’industrie de la mode. Vivienne Westwood, cependant, est un style que j’aimerais aussi porter sur scène.

Jan Ole : Contrairement à Annama, je ne travaille comme mannequin que depuis peu de temps. Mon client le plus connu est probablement Hugo Boss. Mais j’ai particulièrement apprécié de travailler avec Guido Maria Kretschmer. Je l’apprécie vraiment en tant que personne.

Malheureusement, je ne connais pas de dieux personnellement.

Carl Jakob, vous n’êtes peut-être pas connu en tant que mannequin, mais vous êtes un blogueur de mode à succès. Qu’est-ce qui vous fascine dans le monde de la mode ? QuoiSur quoi écrivez-vous spécifiquement sur Dandy Diary ?

Jakob : Sur Dandy Diary, j’écris sur la mode masculine. Je ne suis pas du tout fasciné par ça. La nature abyssale de l’industrie et toutes les personnes prêtes à l’emploi, c’est ce qui m’intéresse. L’industrie de la mode fait quelque chose aux gens – et ce n’est souvent pas bon, mais toujours intéressant.

Merci Yo @hustlebush ! ?? #boxer #bxr #shoot

Une photo postée par BOXER (@b.o.x.e.r) le .

Avant la carrière musicale, ils étaient des blogueurs passionnés

FIV : Maintenant que vous êtes des musiciens à succès, travaillez-vous toujours comme mannequins/blogueurs ?

Jacob : C’est là toute la beauté de la chose : vous pouvez combiner les deux très facilement. Je trouverais extrêmement ennuyeux de jouer de la guitare pendant 24 heures. Bloguer pendant 24 heures est tout aussi ennuyeux.

Anna-Maria : Bien sûr, c’est une merveilleuse combinaison. J’ai même été engagée pour un ou deux emplois de mannequin grâce à cela. C’est un beau style de vie que de prendre l’avion pour Londres pour un travail, par exemple, puis de monter sur scène.

Jan Ole : B.O.X.E.R. nous offre toutes sortes de possibilités, car le groupe est de toute façon dans le domaine de la mode. Les points d’intersection sont tout simplement énormes. Si nous jouons à une soirée de la Fashion Week, par exemple, rien ne nous empêche de jouer aux défilés précédents.

FIV : Que représente la mode pour vous ?

Jan Ole : Comme la musique : changement et développement, mais aussi communication et identification. Rien n’est figé, tout est permis. Un terrain de jeu.

Jakob : Je n’ai pas de relation émotionnelle avec elle, pas de mode préférée, pas de designers favoris. En fin de compte, la mode ne m’intéresse pas.

Anna-Maria : La mode n’a pas de sens profond pour moi. Mais comme je me déplace de temps en temps dans le monde de la mode, j’ai déjà vécu de grandes choses. Je suis heureux que cela continue.

 

FIV : Quels sont vos incontournables en matière de mode ?

Anna-Maria : Doc Martens !! Je dois déjà avoir 6 paires et je veux en avoir plus.

Jakob : Actuellement, vous devriez toujours avoir des chaussures de marque très chères. Très bientôt, vous devriez porter des pantalons à clochettes et adopter pleinement la tendance des années 1970.

Jan Ole : En plus des incontournables classiques comme le costume et la cravate, le T-shirt parfait et les bonnes bottes. Tout en noir.

FIV : Y a-t-il des faux pas amusants de votre jeunesse en matière de mode ?

Jakob : J’avais l’air vraiment nul dans un pull rose trop grand avec des cheveux longs. Aujourd’hui, cependant, ce serait extrêmement cool.

Anna-Maria : En fait, tout ce que je portais à l’époque. Il a toujours été particulièrement important pour moi d’avoir une apparence différente de celle des autres. J’ai définitivement réussi à le faire, mais c’était lié à une effrayante aberration du goût.

Jan Ole : Beaucoup de choses, par où commencer… En raison du code vestimentaire de mes parents écopacifistes, je me promenais principalement dans des tricots faits maison. Bien sûr, ce serait totalement cool de nos jours, mais à l’époque, les pulls Mickey Mouse étaient plus à la mode. Enfant, j’avais aussi des lunettes particulièrement moches et une seule longue mèche de cheveux à l’arrière de ma tête. Mais c’était terriblement en vogue dans les années 80.

FIV : Comment combinez-vous la mode et la musique ? Ou s’agit-il de deux mondes différents ?

Jan Ole : C’en est clairement une. Il s’agit simplement de la culture pop qui s’exprime à différents niveaux.

Jakob : Les musiciens sont un peu différents des gens de la mode – et en fait souvent plus bourgeois. Mais au final, ils aiment tous boire du champagne et se regarder dans le miroir.

Anna-Maria : Ce serait formidable de créer une identité musicale pour une marque de mode. Utiliser la musique comme outil de communication pour une marque fonctionne très bien. C’est la même chose dans l’autre sens. Si les jeunes groupes branchés optent pour une certaine marque et la portent sur scène, cela pourrait lancer une tendance. La mode et la musique constituent une interaction significative.

FIV : Comment vous préparez-vous pour vos spectacles ? Et pour le style ?

Jakob : Une demi-bouteille de vin avant le spectacle donne à chaque look la bonne décontraction. Sinon, très important : prenez un T-shirt de rechange avec vous. En dehors de cela, je porte habituellement exactement ce que je porte sur scène. Annama est un peu plus difficile.

Anna-Maria : Jake vide la moitié d’une bouteille de vin, je prends peut-être deux verres du reste. Mais j’essaie d’aller sur scène l’esprit clair. Techniquement, nous sommes soutenus par l’un ou l’autre des concepteurs. C’est génial et cela rend la question « Que dois-je porter ? » beaucoup plus facile, surtout pour moi.

Jan Ole : Avant le concert, je mets mes écouteurs, j’écoute de la musique forte et je joue de la batterie avec les baguettes sur mes genoux. L’adrénaline fait le reste.

Lorsque je me produis, je préfère généralement porter très peu de vêtements, sinon ils me gênent lorsque je joue de la batterie. Parfois, nous coopérons avec des designers que nous apprécions.

FIV : Bien : Vous venez tous les trois de la scène de la mode. Mais comment avez-vous appris à vous connaître tous les trois ?

Jan Ole : En fait, je connais Jakob depuis assez longtemps sur la scène musicale de Hambourg. J’ai rencontré Annama à l’une des soirées du DandyDiary lors de la Fashion Week de Berlin.

Jakob : A une de mes fêtes de la Fashion Week.

Anna-Maria : Jake organise LA soirée d’ouverture de la Fashion Week de Berlin chaque année, c’est là que j’ai rencontré Jole. De manière inattendue et relativement rapide, nous nous sommes retrouvés tous les trois dans le studio. Nous nous sommes tout de suite entendus, pour ainsi dire.

 

FIV : Comment est né le nom de Boxer ?

Jakob : C’était une décision purement esthétique. Le nom sonne bien, a l’air bien, peut être prononcé sans impondérables majeurs.

Anna-Maria : Pourquoi un nom avec une longue histoire de développement ? Un nom cool et puissant qui fonctionne parfaitement dans toutes les langues ainsi que dans son apparence et, surtout, qui est facile à retenir – très important. Le sens réel d’un mot passe tôt ou tard au second plan.

Jan Ole : B.O.X.E.R. a l’air très fort à l’écrit et a une signification tout aussi puissante dans presque toutes les langues. Il y a peu de mots qui existent dans la plupart des langues.

FIV : Que voulez-vous transmettre avec votre musique, y a-t-il un message ?

Jakob : J’espère que non ! Mon groupe préféré est Sigur Ros, qui a décidé à un moment donné d’arrêter d’utiliser des paroles et de chanter dans une langue fantastique. Je pense que c’est bien. Fermeté maximale des paroles, donc ouverture maximale dans l’interprétation.

Anna-Maria : Faire de la très bonne musique et offrir un peu plus que cela.

Jan Ole : Il s’agit de musique, de l’instant présent, de nostalgie, de douleur et d’anticipation. Tout.

FIV : Vous êtes originaire de Hambourg : qu’associez-vous à la ville hanséatique nordique ?

Jakob : J’ai beaucoup aimé Hambourg. Le temps que j’ai passé à étudier là-bas a été l’un des meilleurs moments de ma vie, j’y ai rencontré l’un de mes amis les plus proches et moi-même. Hambourg était super. Et à un moment donné, c’était suffisant. Maintenant, Berlin est génial.

Anna-Maria : Ma maison.

Jan Ole : La base. Hambourg est ma maison. Je suis venu ici pour la musique et j’ai trouvé ce que je cherchais.

FIV : Quel est le cliché de mode typique de Hambourg que vous pouvez absolument confirmer ?vous pouvez absoluments ?

Jakob : Les garçons veulent tous ressembler à leurs propres pères.

Anna-Maria : Les Hambourgeois n’ont pas le courage de trouver leur propre style. Il me semble qu’ils adoptent le look des mannequins 1 à 1, en s’inspirant de Closed. Le chic hambourgeois est définitivement propre et élégant.

Jan Ole : Plus, c’est plus. Un peu moins qu’à Munich, cependant.

 

FIV : Quels sont vos rêves etQuels sont vos rêves et vos objectifs, tant en tant que musiciens qu’en tant que particuliers, mannequins et blogueurs ?

Anna-Maria : Je me produirai certainement au Royal Albert Hall à Londres ! Et tout d’abord, je voudrais continuer à mener une vie aussi variée que celle que j’ai menée jusqu’à présent.

Jan Ole : Que tout reste aussi passionnant qu’en ce moment.

Jakob : Je suis actuellement en train de planifier un plus grand projet avec mon dandy de copain David. Il devrait être prêt en avril. Ce sera révolutionnaire et la meilleure chose que nous ayons jamais faite.

FIV : Que pouvons-nous attendre dans un futur proche : Boxer va-t-il sortir un nouveau disque/single ?

Jakob : Oui, bien sûr, tout. Bientôt !

Anna-Maria : Le disque sortira au début de l’année prochaine ! !! Beaucoup de choses passionnantes vont se passer d’ici là.

Jan Ole : Oui ! L’album est prêt et arrive en 2016 !

FIV : Chère équipe B.O.X.E.R, merci beaucoup pour l’interview !