Blog de photographie : Structure, soins et thème – l’entretien avec Roman Raatz

Notre expert en photographie Roman Raatz, qui est sur la route depuis des années avec son appareil photo et qui a acquis le savoir-faire correspondant, met à votre disposition des « connaissances comprimées » sur la photographie analogique. Sur l’un de ses sites web, il a créé une sorte de manuel pour les débutants en photographie, car les forums ne peuvent souvent pas aider ou semer la confusion. Son sujet de prédilection est et reste la photographie analogique. Comment il est devenu blogueur et comment il tient son blog à jour, vous pouvez lire ici.

[shortcode variable variable slug= »adsense »]

Blogging et photographie : Comment démarrer votre blog de photographie ?

FIV : Bonjour Roman, veuillez présenter brièvement votre page de blog à nos lecteurs !

Roman Raatz : Bonjour, mon site s’adresse à tous ceux qui s’intéressent à la « voie classique » de la photographie, en d’autres termes : je suis intéressé par la photographie analogique. J’écris sur analogue-fotografie.net beaucoup d’articles pour les curieux et les débutants, mais je me passe d’un certain ton « sentimental », car je ne refuse pas la technologie moderne. Je suis fasciné par l’ancienne technologie et par les résultats de haute qualité qu’elle permet d’obtenir, et je pense qu’il n’y en a pas beaucoup qui feront de même. Mon site ou mon blog est censé fournir une sorte de connaissance « compressée » pour que les débutants en photographie analogique puissent s’y retrouver immédiatement.

FIV : Comment avez-vous commencé à bloguer et combien de temps prend une bonne tenue de blog ?

Roman Raatz : J’avais déjà créé les premiers sites web simples il y a plus de 15 ans. Très tôt, j’ai aimé l’idée de pouvoir être présent partout dans le monde avec relativement peu d’efforts techniques. J’ai maintenant un total de quatre blogs sur le sujet de la photographie, chacun avec un thème différent. Aujourd’hui, il existe de très bons systèmes de blogs qui simplifient beaucoup la publication et la  » gestion  » (contrairement à avant).

Je conçois également mes propres « designs » individuels des pages et j’aime aussi les programmer. De plus, répondre aux commentaires fait partie du « blogging ». Mais je ne suis aussi personne qui publie des articles tous les jours. La préparation d’une bonne contribution détaillée avec des photos représentatives peut aussi prendre un dimanche entier ! C’est essentiellement le même travail qu’un journaliste et, ne le cachons pas, je suis aussi heureux de pouvoir gagner de l’argent en publiant sur Internet par la publicité.

FIV : Sur quoi porte votre page de blog ?

Roman Raatz : Je lis fréquemment les forums Internet qui traitent de la photographie (analogique). Au fil des ans, j’ai remarqué que les mêmes questions se posent parfois encore et encore. J’ai aussi beaucoup de gens dans mon cercle d’amis qui prennent des photos analogiques et que les mêmes problèmes se produisent toujours ici. Je me suis dit : Maintenant, tu écris tout ce que tu as appris (laborieusement) toi-même au cours des dix dernières années, de telle sorte que même les débutants comprennent. Jusqu’à présent, cependant, je n’en ai pas fini avec cela de loin.

FIV : Qu’est-ce qui vous fascine tant dans la photographie analogique ?

Roman Raatz : Ce qui me fascine le plus dans la photographie analogique, c’est sans aucun doute la création de pièces uniques et « artisanales ». Chaque heure, des milliers de photographies sont prises à nouveau et téléchargées sur Internet. Il devient de plus en plus difficile de comprendre ce « flot d’images » fugace.

En attendant, je ne peux appuyer sur l’obturateur d’un appareil photo que 12 fois par mois. Pas même la moitié de ces négatifs parviennent au stade de l’image de mon agrandisseur (l’appareil le plus important dans mon propre laboratoire photo). Mais à partir de ces images, je fais des empreintes à la main dans la petite chambre noire dans le format Din A2, auquel je consacre beaucoup de temps. Ces photographies ont alors naturellement un statut idéal très élevé et sur le côté : une telle « épreuve à la gélatine argentique » a une valeur beaucoup plus élevée dans une galerie, par exemple, qu’une épreuve profane d’une machine, qui peut être reproduite à tout moment par une simple pression sur un bouton.

Les conseils de l’expert en photographie analogique : bases, coûts, technologie

>.
FIV : Quels 5 conseils pouvez-vous donner à nos lecteurs concernant la bonne technologie des caméras pour les images analogiques ?

Roman Raatz :
Astuce 1 : La caméra analogique elle-même n’est qu’une « boîte » à l’épreuve de la lumière qui maintient l’objectif et le film parallèles l’un à l’autre. Un tel appareil doit bien sûr être capable de certaines « bases » (par exemple avoir un bon viseur ou un bon puits de lumière), ce qui n’est guère pertinent pour une photographie de haute qualité (par opposition aux appareils numériques). L’objectif et le film ou la manière dont il est ensuite développé et traité sont beaucoup plus importants ici.

Conseil 2 : Le film photographique « aime » la lumière et peut la capturer comme une éponge. Vous devriez investir dans un bon appareil de mesure d’exposition manuel ou au moins ne pas avoir peur de la surexposition : Ce n’est que lorsque même les éléments les plus sombres d’un paysage, par exemple, gagnent du « dessin » pendant l’exposition, qu’une certaine « tonalité » peut être réalisée, ce qui n’est possible que par une exposition suffisamment longue. Bien sûr, il s’agit d’une revendication conservatrice et un certain nombre d’artistes photographes l’ignorent délibérément et photographient, par exemple, dans le style « Film Noir ».

Astuce 3 : Ce qui était un privilège pour quelques personnes seulement peut maintenant être réalisé pour les étudiants : l’achat d’un appareil photo moyen format (d’occasion). Ce format plus grand (par rapport à la célèbre caméra 35 mm 35 mm bien connue) expose le film en rouleau dit (plus grand) type 120, qui est encore disponible en plusieurs marques. Particulièrement si un niveau de détail élevé est important dans la photographie de paysage, par exemple, il faut regarder autour de soi pour un tel appareil moyen format.

Conseil 4 : Vous devriez au moins développer votre propre film noir et blanc. Il ne faut pas penser que les négatifs sortent de l’appareil après l’exposition. Le film doit d’abord subir une certaine procédure chimique. Et cela peut aussi se faire à la maison, dans la salle de bains, avec très peu d’équipement. La qualité réalisable ici sera au moins aussi élevée que celle de la pharmacie, généralement meilleure.

Conseil 5 : Le chas de l’aiguille – c’est le scanner si les films doivent être numérisés. De bons appareils photo analogiques ne coûtent parfois que de l’argent de poche, mais en réalité, les scanners négatifs utilisables sont relativement chers. Les films ne peuvent être « apportés à l’ordinateur » qu’avec des scanners très spéciaux et de qualité raisonnable. Utilisé vous êtes ici à partir d’environ 150 euros. Un nouveau scanner, qui convient aux films et atteint la pleine résolution, coûte déjà environ 500 euros. C’est déjà beaucoup d’argent. Mais pour ceux qui développent leurs tirages N/B dans leur propre chambre noire, tout cela devrait être la même chose.

FIV : Quel photographe admirez-vous ou qui vous impressionne et qui est un « photographe modèle » pour vous ?

Roman Raatz Ier n’aime l’image de l’homme que lorsqu’elle est représentée dans un certain milieu, comme August Sander l’a mise en scène il y a presque cent ans. En général, je ne suis que les photographes qui se sont consacrés à un sujet très particulier sur une longue période de temps. Je peux tirer beaucoup de choses du travail des diplômés de l’école de photographie de Düsseldorf, en particulier des photographies de Simone Nieweg. Il s’agit plus d’un concept auquel le spectateur doit s’impliquer que de la représentation inconditionnelle de quelque chose de « grand » sous forme compressée (dans une seule image). Dans ce contexte, j’aime aussi les photographies de Heinrich Riebesehl.

Pour plus d’informations sur la photographie analogique, veuillez consulter Roman Raatz

.

Nous remercions Roman Raatz pour cette interview intéressante !

+

+ NEW: ZAMIRAA new selection w/ Armani, Dior, Cartier & Co.

+ AD: Do you know?

0 réponses

Laisser un commentaire

Participez-vous à la discussion?
N'hésitez pas à contribuer!

Laisser un commentaire