Adelina : Interview d’un mannequin – Sur les grands podiums de Berlin, Paris & Co + conseils pour les débutants

Le mannequinat est le rêve de nombreuses filles. Être autorisé à poser dans des capitales de la mode comme Shanghai, Pékin, Berlin ou Paris est « le but ultime ». Mais le chemin vers cet objectif est long et ardu et tous les modèles n’y parviennent pas. C’est donc d’autant plus étonnant quand un modèle y parvient.

J’ai pu discuter avec Adelina, un mannequin de Cologne, lors d’un shooting et lui poser des questions sur ses débuts dans le secteur de la mode, les points forts de sa carrière actuelle et ses projets pour l’avenir. Elle vous emmène dans un voyage de l’Asie à l’Europe et partage avec nous les histoires les plus passionnantes et les plus drôles !

Elle nous donne également ses conseils ultimes pour les jeunes modèles et les valeurs importantes pour les jeunes filles et garçons. Il s’agit de l’amour de soi et de la confiance en soi !

Débuter dans la modélisation – applications et pièces moulées

De nombreuses filles rêvent de devenir mannequins, mais toutes ne savent pas comment mettre un pied dans le secteur. Avant de commencer à voyager et à courir de casting en casting, il faut postuler et espérer trouver la bonne agence qui voit en vous le potentiel pour former et ensuite commercialiser les jeunes filles.

À l’âge de 17 ans, Adelina a postulé auprès de nombreuses agences en Allemagne et a envoyé ses photos en ligne à tout hasard. Bien sûr, les conditions préalables pour devenir mannequin ne sont pas que de la chance ; en plus de la taille et des mensurations adéquates, il faut aussi avoir du charisme ou ce que la plupart des gens appellent ce petit quelque chose.

Elle a reçu sa première acceptation de la part de Cocaine Models, qui a formé Adelina pendant plus de 2 ans avec des shootings et des missions comme à la Fashion Week de Berlin.

Elle était alors prête à étendre ses offres d’emploi de l’autre côté de l’océan.

L’école et le mannequinat – est-ce possible ?

Une question qui intéresse non seulement les mannequins, mais surtout les parents concernés. Une carrière de mannequin commence assez tôt, et elle se heurte donc à votre parcours scolaire. J’ai demandé à Adelina comment il est possible de concilier à la fois une bonne éducation scolaire et le mannequinat. La réponse du diplômé a été très claire : c’est vraiment faisable ! Bien sûr, elle a dû prendre des congés pour certains tournages, mais elle n’a pas pour autant négligé l’école. Elle a passé son baccalauréat et a surtout acquis de l’expérience en Allemagne pendant ses études.

Après avoir terminé ses études, ses séjours à l’étranger commencent. Son premier voyage l’a menée directement en Asie, à Shanghai, où elle a décroché plusieurs tournages et emplois. Le dernier voyage a eu lieu dans la capitale de la mode, Paris, où elle a même fait la couverture d’un magazine de mode. Nous en reparlerons plus tard !

Mes points forts – Shanghai, Paris et Berlin

En l’espace de deux ans, Adelina a non seulement pu acquérir de nombreuses connaissances en matière de modélisme, mais elle a également pu voir de grandes parties du monde. Parmi ses missions les plus cool, citons les semaines de la mode à Shanghai et à Berlin, ainsi que son shooting actuel pour la couverture d’un magazine de mode français !

Pour elle-même, ce fut un véritable choc culturel au début, sa première fois en Asie et toute seule ! Mais l’expérience était indescriptible et Adelina s’est également très bien débrouillée. En Asie, l’accent est mis sur la « diversité » ; les normes européennes telles que la taille et les mensurations ne sont pas la chose la plus importante là-bas. Ils ne demandent pas la belle personne typique. Il s’agit bien plus de fonctionnalités spéciales. Il est donc arrivé que des mannequins de 1,65 m soient présents aux castings avec elle. Quelque chose qui serait inimaginable en Europe.

Néanmoins, Paris a été tout autant un moment fort pour le jeune mannequin. C’est le rêve de tous les mannequins de tourner dans la capitale de la mode, sans parler de la couverture d’un magazine de mode parisien. Elle a encore du mal à mettre des mots sur toutes ces expériences et émotions. Elle a décroché le poste dès la première semaine. Un sentiment écrasant et en même temps excitant. Une grande différence par rapport à Shanghai, mais même là, elle avait le soutien total de l’agence. De nombreux mannequins ont très peur au début et craignent d’être seuls ou de devoir travailler sous haute surveillance. L’agence de Paris offrait un peu de la maison avec son atmosphère détendue et amicale.

Paris Cover – Emotions

« Qu’est-ce que ça fait de se voir en couverture d’un magazine de renom ? » a été mon point fort personnel de l’entretien. Se retrouver dans le kiosque à journaux du coin à l’âge de 19 ans n’est pas seulement un accomplissement pour votre carrière de mannequin, mais aussi un sentiment complètement nouveau. Auparavant, vous participiez à des défilés de mode et à des semaines de la mode, mais le public se limitait aux fashionistas, aux créateurs et aux photographes. Vous êtes maintenant sur les étagères de dizaines de kiosques et de supermarchés, ce qui signifie que vous êtes vu partout. Que ce soit par des adolescents intéressés par les conseils beauté de la semaine ou par l’homme d’affaires qui souhaite faire le plein de sa voiture. La portée est différente.

Lorsqu’elle a découvert que ses photos avaient été utilisées, elle n’avait aucune idée qu’elle avait fait la couverture. Avec étonnement et un grand sourire, elle a pris 6-7 copies pour la famille, les amis et les agences. Au début, la kiosquière était confuse, mais quand elle a reconnu Adelina, elle était heureuse et l’a félicitée.

Semaine de la mode – Berlin, Shanghai et Pékin

Le premier spectacle a été organisé en coopération avec Cocaine Models à Berlin. D’autres ont suivi à Shanghai, Pékin et Pékin. C’était deux mondes complètement différents en termes de mode, de sentiment et de style. Mais dans les deux cas, ni l’excitation ni l’adrénaline n’ont manqué ! C’est un sentiment indescriptible de marcher devant le public, l’adrénaline monte, il faut être capable de bien cacher que des personnes si nombreuses et surtout si importantes vous regardent maintenant.

C’est aussi la raison pour laquelle Adelina préfère les podiums pour les shootings. Lors de la séance, bien sûr, il s’agit toujours d’une expérience nouvelle et excitante, mais l’atmosphère est plus détendue, les erreurs sont permises et il n’est pas mauvais que le photographe donne des conseils pour de meilleures poses. Dans les défilés de mode sur les podiums, tout doit se passer parfaitement et du premier coup.

Projets pour l’avenir – modélisation et études

Adelina est toujours dans son année de pause, après avoir obtenu son diplôme de l’école secondaire, l’année a été consacrée au mannequinat et aux voyages, mais elle veut toujours s’inscrire à l’université pour le prochain semestre d’hiver. Son plan n’a pas de lien direct avec la modélisation. Elle veut étudier le management international, mais ne veut pas abandonner le mannequinat. Pendant les vacances semestrielles, qui durent un à deux mois, elle veut être mannequin à l’étranger. En attendant, ses missions se limitent à des tournages et à des emplois en Allemagne. Mais elle est sûre qu’il est possible de combiner les deux. Contrairement à ce qui se passait lorsqu’elle était à l’école, il n’y a pas de fréquentation obligatoire et, à l’époque, cela lui convenait parfaitement.

Il lui reste du temps jusqu’à la rentrée universitaire et elle l’utilise autant que possible pour des tournages et des travaux.

3 conseils pour les débutants

Quand on commence si jeune, il est difficile de tout savoir tout de suite. Il est normal que, rétrospectivement, vous fassiez les choses différemment. J’ai voulu savoir ce qu’Adelina recommanderait à sa jeune personne avec son expérience actuelle. Elle m’a donné trois conseils ultimes qui aideraient non seulement son ancienne personne, mais aussi les jeunes filles et les jeunes gens qui veulent devenir mannequins.

  1. Travailler sur la confiance en soi
  2. Ne supportez pas tout
  3. Ne pas faire semblant pour plaire aux autres

« Je me dirais qu’il faut avoir une grande confiance en soi pour le métier. Personne ne devrait toujours se conformer à tout ce que la société lui dit de faire. Il est important de faire ce que l’on veut, car ce n’est qu’ainsi que l’on se sent plus libre et à l’aise. Si vous essayez de faire plaisir à tout le monde, vous ne serez pas heureux. Je ne corresponds pas non plus au modèle typique de la société, mais être fidèle à moi-même me comble. C’est ce que je transmettrais aux autres ! »

Le look parfait – Soyez vous-même

Comme il se doit, j’ai dû entrer dans son look spécial. Les cheveux rasés sur une femme ne sont pas seulement un look audacieux et cool, mais ils attirent également beaucoup d’attention, n’est-ce pas ? J’ai eu une histoire cool directement de la Chine. Bien sûr, les looks européens sont toujours un phénomène là-bas et il est normal que les personnes aux yeux bleus brillants soient toujours photographiées car cela est très différent de la norme et constitue un idéal de beauté en Asie. L’ajout de cheveux courts a été le déclencheur ultime pour qu’un groupe d’Asiatiques photographie Adelina dans la rue.

Mais elle suscite aussi beaucoup de regards en Allemagne avec son look élégant. Au début, elle le remarquait beaucoup, mais aujourd’hui elle l’ignore. Pour beaucoup de gens, le regard est difficile à classer, c’est ainsi qu’elle explique les regards. Néanmoins, elle reçoit beaucoup de commentaires positifs, notamment sur les plateformes en ligne comme Instagram. On lui demande souvent comment elle en est venue à se raser les cheveux et beaucoup veulent suivre son pas, mais ont des réserves ou trop peu de courage. Adelina est non seulement une source d’inspiration, mais elle encourage également les autres à faire ce que leurs sentiments leur disent de faire.

Sa décision pour la coiffure est aussi venue du cœur et de l’impatience de laisser pousser les cheveux à nouveau !

0 réponses

Laisser un commentaire

Rejoindre la discussion?
N'hésitez pas à contribuer !

Laisser un commentaire