La blogueuse de mode Tina de amourdesoi

Pour Tina Carrot, le blogging est le plus beau hobby du monde. Nous voulons en savoir plus sur elle, en tant que membre de la scène de la mode et des blogueurs de mode en Allemagne. Elle a depuis longtemps fait sa percée à Düsseldorf. Elle a donc son mot à dire sur les nouvelles tendances de la métropole de la mode qu’est Düsseldorf.

Tina Carrot : le blogging comme le plus beau hobby du monde !

FIV : Connue sous le nom de Tina Carrot sous le nom de blog « amour de soi », vous avez déjà parcouru un long chemin. Comment avez-vous réussi à percer à Düsseldorf ?

Loin est toujours relatif – je suis heureux de faire partie de la scène de la mode et des blogueurs de mode en Allemagne, de pouvoir échanger des idées avec d’autres personnes qui sont passionnées par la même chose, et de continuer à recevoir de nouvelles impulsions. Bien sûr, je suis également heureuse d’avoir déjà acquis un certain « standing » grâce à mon blog, mais je ne vois toujours pas l’ensemble comme une bataille concurrentielle. Pour moi, le blogging est probablement le plus beau hobby du monde et cela inclut certainement une interaction amicale et amicale !

FIV : Comment se déroule une journée de travail typique ?

FIV | Magazine

New Issue! #26 with San Diego Pooth - Newcomer now in Tampa / USA FIV Magazine: All Covers

C’est très différent – j’étudie le droit et je passe donc beaucoup de temps à résoudre des cas, à lire des ouvrages spécialisés et à examiner la jurisprudence actuelle. Le blogging m’offre un contraste passionnant avec cette situation : en plus de répondre aux demandes de renseignements, de prendre des photos, de développer du contenu et de s’occuper des canaux de médias sociaux, on apprend à connaître des gens intéressants et on a l’occasion de participer à des événements passionnants.

FIV : Le travail quotidien d’un blogueur peut certainement être assez stressant parfois. Avez-vous des conseils et des astuces pour garder votre sang-froid dans les situations stressantes ?

Tout d’abord : je pense que chaque journée de travail peut être stressante ! Quand tout va mal pour moi, j’essaie de me débrouiller (cocher des listes de choses à faire me rend incroyablement heureuse !), je demande de l’aide aux autres quand je suis complètement perdue ; et quand rien ne semble vraiment marcher : demain est un nouveau jour – parce qu’avec un peu de distance, beaucoup de choses ne semblent plus aussi invincibles.

FIV : Qu’est-ce qui vous plaît le plus dans le blogging ?

Ce qu’il y a de mieux dans le blogging, c’est l’échange avec les personnes qui vous entourent – c’est vraiment génial quand on rencontre autant de personnes qui sont passionnées par la même chose ! Je suis également heureux chaque fois que je peux aider les autres ou les inspirer un peu par mes contributions.

FIV : Comment vous démarquez-vous des autres blogueurs ?

Aujourd’hui, les blogs se comptent sur les doigts d’une main, mais je pense que vous pouvez encore vous démarquer. Pour moi, un bon blog doit avoir une chose avant tout : La personne à l’origine du projet doit être passionnée et avoir quelque chose à raconter. Et c’est exactement ce à quoi j’aspire personnellement ; je veux partager ma passion et accorder beaucoup de valeur à mes textes, qui sont aussi parfois critiques sur le plan social.

FIV : Vous intéressiez-vous à la mode, à la beauté et à l’écriture lorsque vous étiez enfant ?

Mes sœurs, qui ont dix et treize ans de plus que moi, m’ont appris très tôt beaucoup de choses sur la mode et les produits de beauté. J’ai découvert ma passion pour l’écriture à l’adolescence, car j’étais déjà là lorsque les premiers blogs de mode et de beauté ont pris pied en Allemagne. En 2008 j’ai écrit mon premier article de blog – depuis 2010 mon blog « amour de soi » existe sous la forme qu’il a aujourd’hui. Bien que j’aie toujours voulu travailler dans le domaine juridique, je n’ai jamais pu imaginer un monde sans mode, beauté et rédaction.

Tina parle de ses coups de cœur en matière de mode et de la ville de Düsseldorf.

FIV : Où les fashion victims font-elles leur shopping à Düsseldorf ?

Outre les suspects habituels, Düsseldorf a également plus à offrir que ses magasins de luxe sur la Königsallee ! Si vous visitez Düsseldorf et que vous vous intéressez un tant soit peu à la mode, vous ne pouvez pas manquer de vous arrêter chez Apropos ou Jades. Si vous pouvez investir plus de temps, vous devriez également jeter un coup d’œil aux quartiers branchés de Bilk et de Flingern, où l’on trouve toujours de petites boutiques proposant une mode loin du tourisme de masse.

FIV : Qui vous inspire dans votre look ?

Outre les icônes de style classiques comme Sienna Miller, Olivia Palermo ou Alexa Chung, j’aime particulièrement trouver mon inspiration dans les rues de Düsseldorf : Il y a tellement de cultures, de goûts et de styles différents qui se côtoient ici qu’on ne peut s’empêcher de s’en imprégner et de s’en inspirer.

FIV : Avez-vous des conseils de coiffure particuliers ?

Ce que l’on oublie souvent : les cheveux font partie du look ! Je me sens toujours beaucoup plus à l’aise avec des cheveux bien coiffés et, si je dois partir rapidement, un rouge à lèvres éclatant assorti au look et vous êtes fabuleuse.

FIV : Comment décririez-vous le style de Düsseldorf ?

Düsseldorf est souvent appelée le « petit Paris sur le Rhin » et dans la mode aussi, le style de Düsseldorf va dans le même sens ! Les Düsseldorfois optent souvent pour des pièces classiques et élégantes, mais ils aiment aussi se tourner vers les grands noms, qu’ils combinent ensuite avec les it-pièces de la saison.

FIV : Et comment vous décririez-vous ?

J’aime aussi retrouver les classiques dans ma garde-robe – comme la blouse blanche, le blue-jean, les escarpins simples – mais je les associe aussi aux pièces tendance du moment. Mais en général, je ne veux pas être catalogué ! Fidèle à ma devise « amour de soi », qui remonte à un concept philosophique de Jean-Jacques Rousseau, je pense que l’on doit porter ce dont on a envie et ce que l’on aime. L’objectif de tout passionné de mode devrait être de s’exprimer par la mode et de ne pas suivre servilement les tendances ou les styles.

FIV : Qu’est-ce qui fait de Düsseldorf une ville de mode intéressante ?

Bien que lorsque vous pensez à une ville allemande de la mode, vous pensez probablement directement à Berlin, Düsseldorf est pour moi la ville allemande de la mode. Outre les nombreux amateurs de mode que l’on trouve à chaque coin de rue ici, le designer Thomas Rath a résumé la situation dans une interview qu’il m’a accordée : « À Berlin, la mode peut être montrée, mais ici à Düsseldorf, la mode s’achète. » – Il a raison, après tout, il y a un nombre incroyable de salles d’exposition ici et les journées de commande sont toujours très fréquentées par le public international.

FIV : Contrairement à Berlin, Londres ou Milan, Düsseldorf a-t-elle une chance de s’imposer comme une ville de la mode ?

Düsseldorf a la réputation d’être une ville allemande de la mode depuis des décennies – bien avant que la première Fashion Week de Berlin ne fasse connaître la capitale comme une métropole de la mode. Sur le plan international, Düsseldorf joue également dans la même cour que Londres ou Milan, et pas seulement lorsqu’il s’agit de trouver la bonne ambiance pour faire du shopping ! Les Platform Fashion Days de Düsseldorf, qui ont eu lieu pour la quatrième fois cette année, ont donné le bon ton à la comparaison.

FIV : Où les gens vous rencontrent-ils le plus souvent à Düsseldorf ?

Lorsque je ne suis pas en train de prendre des photos pour mon blog, je me promène dans la ville à la recherche de nouvelles pièces à ajouter à ma garde-robe, je m’offre un yaourt glacé chez Yomaro ou je profite du coucher de soleil avec un coca light glacé sur la promenade du Rhin.

FIV : Merci pour cette interview, chère Tina !

Plus d’informations sur Tina Carrot et amourdesoi :

www.amourdesoi.de