Marie von den Benken, mannequin et chroniqueuse au Stern, parle de son régime végétalien, de ses projets d’avenir et de ses conseils de beauté !

Modèle, auteur, designer, influenceuse – Marie von den Benken ! Nous lui avons parlé de son régime végétalien, de la semaine de la mode de Berlin et de ses interdits absolus en matière de mode.

La passion de Marie – l’écriture ou le mannequinat ?

Marie, vous êtes surtout connue en tant que mannequin, designer et auteur. De nos jours, il n’est pas rare que les mannequins deviennent des influenceurs. Néanmoins, vous avez été l’un des premiers à le faire et, surtout, à aborder publiquement des sujets importants comme la politique. Qu’est-ce qui rend votre opinion si spéciale que vous êtes même autorisé à la publier dans votre propre colonne dans le Stern ?

FIV Feature X CM Models

Je me le demande aussi. Probablement rien du tout, et Philipp Jessen, qui était rédacteur en chef du « Stern » à l’époque et qui m’a fait venir, ne pouvait tout simplement pas trouver quelqu’un d’autre qui voulait écrire sur des sujets tels que la mode ou « Germany’s Next Topmodel ».

Modéliser ou écrire ?

Grâce à votre travail de mannequin et de blogueur, vous avez une vision beaucoup plus approfondie du monde de la mode que d’autres. Qu’est-ce qui vous plaît le plus, le mannequinat ou l’écriture ? Si vous deviez choisir, que devriez-vous absolument faire ?

Les deux ont leurs propres attraits et avantages. Sans le modélisme, j’aurais vu beaucoup moins du monde et je n’aurais probablement pas acquis l’expertise qui fait que mon opinion sur le sujet a manifestement au moins une certaine pertinence aujourd’hui, de sorte que je suis autorisé à écrire à ce sujet. Mais si je devais vraiment choisir, ce que je n’ai heureusement pas à faire, je choisirais probablement l’écriture. D’une part, le mannequinat, en particulier pour les femmes, est encore une activité assez limitée. En d’autres termes, il a une sorte de durée de vie minimale, qui expire souvent vers l’âge de 30 ans. D’un autre côté, l’écriture me donne une plus grande variété créative et un plus grand défi. J’ai maintenant l’occasion d’écrire pour les plus grands magazines, pour d’énormes productions télévisées ou des scénarios de longs métrages. Je pense que je vais bientôt écrire un roman et espérer qu’un éditeur soit assez fou pour le mettre sur le marché.

Marie est également chroniqueuse et écrit pour le magazine Stern.

Les dangers des influenceurs

Dans l’un de vos articles, vous évoquez les dangers des mannequins qui deviennent des influenceurs. Avec vos 245 000 abonnés sur Instagram, vous en faites partie. Que faites-vous différemment pour que le fait d’être un influenceur ne vous empêche pas d’être un modèle ?

J’essaie de combiner mes clients. Je ne suis pas un top model comme Toni Garrn ou Barbara Palvin, qui doivent bien sûr faire attention à ne pas diluer leur valeur marchande avec de l’argent rapide sur Instagram. Mais je suis aussi prudent. Je ne m’affiche pas avec un tee-shirt de fitness dans ma cuisine et je ne distribue pas de bons de réduction. Je défends les marques qui me conviennent. Comme Grüngold, Stella McCartney, Strenesse ou La Biosthétique. Des marques qui partagent ma philosophie, qui fabriquent des produits végétaliens ou durables et qui s’adaptent à mon style de vie de mannequin. Je veux sortir le véganisme, l’alimentation saine et la durabilité de leur anonymat et les faire entrer dans les vitrines du grand monde clinquant. Donc, eh bien, aide avec ça. Et quand ils me réservent, c’est facile de faire les deux en parallèle. En tant qu’influenceur, j’adore faire des reportages sur des produits ou des entreprises formidables qui rendent le monde plus beau, mais aussi un peu meilleur.

Personne n’est parfait – je pense qu’il est important d’essayer de faire sa part du mieux que l’on peut.

Un végétalien intéressé par la politique

Sur votre blog, nous apprenons à connaître une toute autre facette de vous : le végétalien politiquement intéressé. En particulier dans le cadre des médias sociaux et du monde de la mode, il existe de nombreux autres problèmes éthiques. Pourquoi le véganisme vous tient-il tant à cœur ? Surtout avec autant de voyages et d’événements, ce sujet ne peut que susciter des discussions et des difficultés plus souvent. Comment y faire face ?

C’est tout à fait exact. Si vous voyagez beaucoup, vous avez rapidement une empreinte carbone équivalente à celle de cinq centrales électriques chinoises au charbon. Je suis d’abord devenue végétarienne, puis végétalienne lorsque j’ai eu mes chats. Deux pensées simples ont façonné cette décision. L’un d’eux était que je regardais mes chatons. De véritables créatures vivantes qui ont leur propre caractère, sont aimantes et sensibles. Mais les cochons sont exactement comme ça. Ou des poulets. Ou du bétail. Pourquoi mangeons-nous leur viande alors que nous trouvons dégoûtant de manger des chats ? C’est absurde. On ne tue pas une vie juste pour s’amuser. Même si la créature n’est peut-être pas aussi mignonne et adaptée à un animal de compagnie qu’un chat.

La deuxième pensée est venue automatiquement. Pourquoi mange-t-on de la viande ? La viande est un morceau de cadavre qui est découpé de la carcasse et dont la décomposition est empêchée par une chaîne du froid très élaborée jusqu’à ce que nous la préparions de manière savoureuse avec beaucoup d’épices et de sauces pour ensuite la manger. Ça ne me semble pas correct. Et en plus, ce n’est pas très sain non plus. Mais ce n’était pas ma motivation au départ.

Personne ne peut exister dans le monde sans nuire aux autres. J’ai simplement décidé pour moi-même de faire le moins de mal possible dans tout ce que je fais. Le passage du végétarisme au végétalisme n’était alors que la conséquence pour moi. Il y a encore de nombreux domaines dans ma vie où je dois devenir plus attentif et plus respectueux de mon environnement. Personne n’est parfait – je pense qu’il est important d’essayer de faire sa part dans la limite de ses moyens.

Réunion de classe Berlin Fashion Week

Vous étiez à la Fashion Week de Berlin l’autre jour. Qu’est-ce qui vous a particulièrement plu, aimez-vous les Fashion Weeks en général ou cela signifie-t-il plus de stress pour vous, surtout en tant qu’invité et en même temps en tant que journaliste ?

Il y a toujours quelque chose de stressant à voir autant de spectacles, d’événements, de rendez-vous et de fêtes en si peu de jours. J’aimerais aussi que la semaine de la mode à Berlin soit à nouveau digne de son nom et dure une semaine entière. Mais je ne me plains pas. C’est une grande réunion de designers, d’entreprises, d’influenceurs, de mannequins, de célébrités et d’initiés du secteur. Certains designers sont devenus très proches de mon cœur. Marina Hoermanseder, par exemple, qui compte désormais des sacs végétaliens dans sa collection. Pour la première fois, La Biosthétique était un partenaire beauté officiel à Berlin. Ensuite, bien sûr, j’ai dû écrire beaucoup sur la semaine de la mode. En outre, j’ai rencontré à nouveau beaucoup de personnes très sympathiques de ce cirque de mannequins et d’influenceurs, que l’on ne voit normalement pas si souvent parce que nous sommes toujours en déplacement quelque part dans différents endroits. À cet égard, j’aime beaucoup la Fashion Week. Il y a beaucoup à faire, mais c’est un stress positif.

Les jeunes mannequins, les équipes de beauté et les stylistes impressionnent Marie encore et encore.

Depuis que vous êtes mannequin et auteur, vous avez dû rencontrer de nombreuses personnes inspirantes. Quelles personnes vous ont particulièrement impressionné et pourquoi ?

En fait, je trouve toujours un peu ingrat de mettre en avant une seule personne. D’autant plus qu’il s’agit généralement de quelqu’un qui a une certaine notoriété, car vous ne voulez pas ennuyer vos lecteurs avec des personnes qu’ils ne connaissent même pas. En même temps, les véritables héros d’une semaine de la mode sont souvent à l’arrière-plan. Ce sont les jeunes mannequins qui affrontent courageusement des dizaines de castings les jours précédant la semaine de la mode, avec souvent pour résultat qu’ils ne décrochent pas un seul emploi. Vous devez faire face à cela et rester positif. Ou les équipes de beauté et les stylistes. Je suis très heureux de faire maintenant partie de la famille de LA Biosthétique. J’ai revu leur équipe de près lors d’une semaine de la mode et je peux vraiment le dire : ce sont des gens fantastiques qui font des choses remarquables. Dans un espace très réduit, ils créent les looks de jusqu’à 30 modèles pour jusqu’à 8 spectacles consécutifs en une journée. Il y a à peine une heure pour chaque spectacle. C’est vraiment époustouflant de voir à quel point ils travaillent de manière professionnelle mais aussi créative.

Mais si je devais choisir une personne en particulier, ce serait Christiane Arp. Le rédacteur en chef du magazine allemand « Vogue ». J’ai été autorisé une fois à l’interviewer pour « Stern » – également pendant la semaine de la mode à Berlin, d’ailleurs. Nous nous sommes rencontrés plusieurs fois pour cela. Elle a simplement et spontanément pris le temps. C’était un grand honneur. Et Mme Arp est, on ne peut vraiment pas dire le contraire, une femme impressionnante avec une aura particulière. Elle a une vision claire de la mode et fait beaucoup pour que les jeunes créateurs et l’Allemagne en tant que site de mode soient de plus en plus pertinents pour le marché mondial. Sans le salon de Berlin, dont elle est l’initiatrice, la semaine de la mode n’existerait probablement plus à Berlin.

La tenue d’hiver parfaite de Marie et ses conseils contre les cheveux et la peau secs !

En tant que blogueur, vous voyez tout le temps différents styles et de nouvelles tendances et vous ne les aimez pas toujours. Pensez-vous que vous pouvez tout porter en 2018 et combiner tous les styles / couleurs / motifs ou y a-t-il certains interdits pour vous ?
À quoi ressemble votre tenue d’hiver idéale ? Quel élément ne doit absolument pas manquer ?

Pour moi, un style dans lequel la personne qui le porte ne se sent pas à l’aise est à proscrire. Même si d’innombrables tendances sont reprises, le style semble alors maladroit et habillé. Pour moi, les tendances ne sont ni plus ni moins qu’une inspiration pour développer mon propre style. Si je les aime, je les suis – si je ne les aime pas, je ne les aime pas. Mais ça ne veut pas dire qu’ils ne peuvent pas être superbes sur quelqu’un d’autre. Pour moi, la mode signifie avant tout liberté, variance et acceptation. Toutefois, dans une certaine mesure seulement – je pense à une interdiction absolue : la vraie fourrure, du moins sous nos latitudes et provenant d’animaux issus d’élevages à fourrure. Il existe aujourd’hui de nombreuses et bonnes alternatives à la fausse fourrure. De nos jours, il n’est plus nécessaire d’enlever la peau d’un animal pour cela.
Ma tenue d’hiver idéale est à la fois confortable et subtilement sexy : un pull chaud et large, des bottes au niveau des genoux, une écharpe épaisse et longue et, bien sûr, un chapeau !

Produits de soins : Conseils

Surtout que vous, en tant que végétalienne, utilisez des produits de soins différents de ceux de la plupart des influenceurs et avez une ou deux astuces que mes lecteurs ne connaissent pas encore. En hiver, vous devez souvent faire face à une peau sèche et à des rougeurs. Quels sont les cinq produits de beauté essentiels sans lesquels vous ne survivriez pas à l’hiver ?

  • The Ritual of Sakura Body Scrub de Rituals est un gommage corporel à base de sucre et d’huiles qui laisse la peau merveilleusement douce et qui sent merveilleusement bon.
  • J’ai fait connaissance avec l’Elixir Vitalite de La Biosthetique lors de la dernière Fashion Week de Paris et j’en suis immédiatement tombée amoureuse – c’est un soin extra riche composé d’huiles riches en nutriments, parfait pour les jours de froid.
  • J’utilise l’huile SHINE® lissante à base de protéines de kératine de HASK pour combattre les pointes sèches et les cheveux rebelles. Il fonctionne très bien et sent très bon.

Qui ne sent pas aussi bon, mais qui est génial pour les mains gercées en hiver :

  • La crème pour les mains AHAVA Deadsea Mud Dermud. Je l’utilise comme soin SOS pendant la nuit, en application épaisse et avec des gants de coton par-dessus : le lendemain matin, les mains sont à nouveau douces comme du velours.

Traverser la vie avec terre-à-terre et esprit

Dans vos articles, vous êtes particulièrement sympathique en raison de vos plaisanteries verbales et de votre ouverture d’esprit. Avez-vous déjà eu des situations où cela a été mal interprété et est devenu problématique ?

Entre-temps, cela s’atténue parce que les gens ont probablement accepté mon style à un moment donné. Bien sûr, il y a aussi beaucoup de gens qui n’aiment pas ça. Il suffit de regarder les commentaires sous mes rubriques. Et il y a aussi eu des célébrités qui ont fait preuve de peu de compréhension lorsqu’un slogan les a frappées. Tout le monde n’est pas aussi confiant que Michael Michalsky ou Thomas Hayo, par exemple. Année après année, ils reçoivent de ma part la totalité de la GNTM pendant plusieurs mois, mais ils savent ce que je veux dire. Lorsque je les rencontre quelque part, c’est toujours drôle et intéressant et il ne s’agit jamais de savoir si un ou deux de leurs commentaires étaient méchants. Ce sont des professionnels et ils savent que cela fait partie du jeu et que le format peut même en bénéficier un peu. Et ils ne se prennent pas au sérieux au point de prendre chaque blague personnellement. C’est d’ailleurs un trait de caractère très agréable. Malheureusement, elle est aussi rare.

La vie de mannequin n’est pas toujours luxueuse – La pire expérience de Marie en tant que mannequin

Il n’y a même pas de remerciement. Vous vous sentez comme une marchandise.

En tant que mannequin, on vit beaucoup de choses et on voit beaucoup de choses dans le monde, mais tout dans la vie d’un mannequin n’est pas aussi luxueux qu’on l’imagine. Quelle a été la pire expérience que vous ayez vécue jusqu’à présent ?

Bien sûr, je suis passé par là aussi. Surtout au début d’une carrière de mannequin, vous vivez beaucoup de situations qui, plus tard dans les histoires, sont souvent considérées comme des exagérations clichées. Mais c’est la vie de tous les jours. Vous partagez avec dix autres filles un appartement à Athènes, Paris ou Tokyo qui est à peine plus grand que la chambre de vos enfants et vous devez vous rendre à dix rendez-vous par jour dans une ville totalement étrangère. Et avec la plupart d’entre eux, c’est : Oh, oui, ok, non, suivant s’il vous plaît. Il n’y a même pas de remerciement. Vous vous sentez comme une marchandise. Ma pire expérience, cependant, a certainement été l’un de mes premiers gros travaux pour une publicité pour une teinture pour cheveux. Ils ont coupé mes cheveux courts et les ont teints complètement en rouge. On m’avait promis que mes cheveux seraient aussi blonds qu’avant. Mais le coiffeur n’a pas réussi à éliminer complètement le rouge de mes mèches blondes – elles sont restées roses malgré plusieurs traitements. La seule décision qui restait à prendre était : Pour tout décolorer et avoir des cheveux détruits après. Ou tout brunir. Je me souviens encore à quel point c’était mauvais pour moi à l’époque. Soudain, une coupe courte et des cheveux bruns. Un relooking de GNTM est une blague comparé à ça.

Quand vous êtes aussi jeune que je l’étais, c’est horrible. Vous avez l’impression que toute la beauté a disparu et que la jeunesse est terminée. Aujourd’hui, vous pouvez en rire. Ce ne sont que des cheveux.

Objectifs futurs

Quels sont vos objectifs et vos résolutions pour la nouvelle année ? Que pouvons-nous attendre de vous à l’avenir ?

J’ai des objectifs, oui, mais je suis superstitieux à leur sujet. Je ne peux pas en parler, sinon ils ne se réaliseront pas. Mais j’espère que vous entendrez à nouveau parler de moi à l’avenir. Je n’aime pas vraiment parler de choses qui sont dans le futur. Que vous ne pouvez pas encore voir. J’ai toujours l’impression qu’il s’agit de ces célébrités de la liste D qui, lors d’interviews sur un quelconque tapis rouge, veulent éviter leur chute dans l’insignifiance avec la phrase « Je travaille sur quelques projets intéressants en ce moment, il y aura quelque chose bientôt » et puis rien ne vient après, ou alors c’est juste le camp de la jungle. Mais ce que j’espère vraiment, c’est que je reviendrai dans « Promi Big Brother » en tant qu’auteur cette année. Nous avions une excellente équipe l’année dernière et nous avons également établi une très bonne relation avec les présentateurs au fil du temps, de sorte que nous pourrions vraiment décoller ensemble cette année. Cela m’exciterait vraiment. Deux semaines d’un programme quotidien de télévision en direct, c’est un véritable défi. Mais avec cette équipe, c’est comme des vacances créatives dans un camp de vacances à Cologne-Ossendorf. Dans cette optique : Bonjour Sat1 ? Vous m’entendez ? Je serais à nouveau prêt ! Je viens également de créer ma propre entreprise, dont le nom modeste devrait être le programme : « Marie, ‘n paar Genies & die Rettung der Welt ». Nous voulons créer de bons contenus et concepts, notamment pour les clients qui produisent de manière durable. J’espère que vous pouvez vous attendre à un ou deux de ces événements cette année.