Le modèle rencontre le marketing : Felix Winter Trends for Men !

Felix, originaire de Berlin, n’est pas seulement actif dans le domaine du marketing, mais travaille également avec succès en tant que modèle masculin. Depuis 2016, il anime avec passion son blog « Saintfilli » sur lequel il partage avec le public ses hobbies et les choses importantes de sa vie. Nous lui avons parlé de ses rêves pour l’avenir, de sa carrière et bien sûr de la mode et du stylisme.

« J’ai déjà fait quelques arrêts en Allemagne ».

Felix, tu proposes régulièrement aux lecteurs de ton blog des histoires de ta vie quotidienne, des idées de tenues, des expériences de voyage, tes playlists musicales et bien d’autres sujets. Cela doit être stressant de toujours proposer quelque chose de nouveau et d’être créatif. Trouvez-vous facile de proposer constamment de nouvelles choses à vos lecteurs ?

FIV Feature X CM Models

J’essaie juste d’apporter un peu de variété de temps en temps et de faire des choses simples de manière un peu plus créative. C’est aux autres de juger si j’y parviens, mais mes centres d’intérêt sont très variés, de la mode à la musique en passant par la photographie. Vous essayez toujours de vous réinventer.

Tous mes lecteurs ne connaîtront pas votre page Instagram et votre blog. Présentez-vous, qui est Felix derrière tous les articles de blog et les posts Instagram ? Comment vos amis vous décriraient-ils en trois mots ?

Ouf, difficile de juger par soi-même sans paraître prétentieux. Je dirais : généreux, drôle et spontané. Mais bien sûr, il y a aussi assez de qualités qui les mettent sûrement sur les nerfs haha. J’ai déjà eu quelques stations en Allemagne. Je suis originaire de Hanovre, j’ai vécu à Cologne pendant 7 ans et je suis à Berlin depuis un peu plus d’un an. Au cours de mes plus de 3 années en tant que PR pour SNIPES, j’ai pu acquérir une expérience qui m’aide maintenant beaucoup dans le domaine des influenceurs.

Au cours de mes recherches, un élément d’information dans l’article « Felix » de votre blog a particulièrement attiré mon attention. Donc vous étiez aussi un « Kölsche Jung » ! Quand avez-vous déménagé à Cologne, combien de temps y avez-vous vécu et qu’avez-vous préféré dans la ville-cathédrale ?

J’ai déménagé de Hanovre à Cologne avec ma mère en 2010, j’y ai passé mon baccalauréat et j’ai ensuite vécu une période incroyable de sept ans. La plupart de ma famille et de mes amis les plus proches sont toujours là, donc je suis toujours très lié à la ville. Les gens là-bas sont très spéciaux. Ouvert, communicatif et surtout hospitalier.

Du classique au coloré : Felix fait l’hiver comme il l’aime.

Comme on peut le voir sur votre blog, la mode, les voyages et la musique sont des éléments très importants de votre vie quotidienne. Laquelle de ces trois choses pourrait le moins vous manquer dans votre vie ?

C’est une question monstrueuse, bien sûr, parce que ces trois choses sont des choses qui me rendent heureux. Et bien sûr, je ne pourrais jamais être dans un seul endroit, mais ce dont je ne pourrais pas me passer, c’est de la musique.

La mode est l’un des sujets les plus importants sur votre blog. Tu postes régulièrement des photos de tes tenues et visiblement tu es une grande amatrice de chaussures, j’ai vu que tu aimais particulièrement les baskets. Pouvez-vous recommander LA chaussure d’hiver 2017 pour les hommes et à quoi ressemble, selon vous, le look d’hiver parfait ?

Il est difficile de généraliser, car chacun a bien sûr des goûts différents. Je ne peux donc parler que pour moi-même. Bien sûr, il y a des chaussures extrêmement cool que je porte surtout en hiver : Timberland 6 inch boot, Dr. Martens ou aussi des baskets hi-top des marques habituelles. Mais j’aime aussi porter des baskets plates qui ne sont pas vraiment adaptées à la neige. En termes de couleur, je suis flexible. Du look classique blanc/noir/gris aux motifs africains et aux accents colorés, j’aime tout. Mais ce dont je ne peux pas me passer cet hiver, ce sont les chaussettes en laine, les vestes et les pantalons en velours côtelé.

« Je n’ai jamais été du genre à préparer le soir même ma tenue du lendemain. »

Votre style est plutôt simple et classique mais reste très moderne et élégant. Vous combinez souvent des basiques avec des baskets cool. Quelle est votre astuce pour styliser ces basiques et quel vêtement ne devrait pas manquer dans la garde-robe d’un homme ?

C’est vrai. Ma routine quotidienne est en fait un mélange de freestyle et de feeling. En d’autres termes, je n’ai jamais été du genre à préparer le soir même ma tenue du lendemain. J’y vais toujours au feeling. Parfois, je commence par les baskets et je construis une tenue autour d’elles, parfois je mélange une tenue et je prends ensuite les baskets assorties dans ma garde-robe. C’est ce qui est bien quand on a autant de chaussures – il y en a toujours une qui convient haha. Personnellement, j’aime beaucoup le look superposé ou oignon, et pas seulement cet hiver. Cela signifie plusieurs pièces superposées. Vous restez au chaud et pendant la journée, vous pouvez spontanément enlever l’une ou l’autre pièce et avoir une autre tenue. Toujours au départ : des chaussettes de couleur.

La métropole de la mode n° 1 en Europe : Berlin !

Vous vivez dans la capitale depuis un peu plus d’un an. Quelle importance accordez-vous à Berlin en tant que métropole de la mode ? Est-elle comparable à New York, Londres ou Paris ?

Les débuts ont été difficiles. Je suis arrivé en automne, ce qui signifie que j’avais six mois de mauvais temps devant moi. Heureusement, mon ex-petite amie m’a sauvé d’un si petit trou mental. Au bout de six mois, cependant, je me suis rendu compte que je ne me voyais pas dans une autre ville d’Allemagne à l’heure actuelle autant qu’ici à Berlin. Vous pouvez tout trouver ici, et à presque toute heure de la journée. Pour diverses raisons, je vois définitivement Berlin comme la première ville d’Europe. Londres reste la seule ville qui peut suivre, mais elle est malheureusement très chère et, depuis peu, très chaotique sur le plan politique. Au niveau international, des villes comme NYY ou Los Angeles sont bien sûr une autre affaire…

« Il ne faut jamais laisser la critique devenir trop proche ».

Vous travaillez également comme mannequin à temps partiel. Pour beaucoup de mes lecteurs, ce secteur est très étranger et il est passionnant d’en apprendre quelque chose. Racontez-nous comment cet emploi à temps partiel s’est présenté et quelle expérience avez-vous déjà acquise dans ce domaine ?

Le début a eu lieu il y a quelques années. Comme ma mère a travaillé avec succès comme mannequin pendant plus de 20 ans, elle m’a dit à un moment donné que je devrais essayer moi aussi. J’ai donc postulé auprès de plusieurs agences et maintenant je me déplace assez bien. Mais ce n’est pas comme si je recevais un gros boulot tous les mois. Même si je travaille plutôt dans le secteur commercial (télévision, affiches, etc.), il y a une chose que je considère comme très importante. Vous ne devez jamais laisser les critiques vous approcher de trop près, car ce métier est superficiel. C’est normal, puisqu’il s’agit surtout de l’apparence d’une personne.

Vous avez travaillé avec des marques connues comme American Apparel, Fossil et snipes. Avez-vous un favori parmi tous vos clients ? Avec qui avez-vous particulièrement apprécié de travailler ?

Je pense qu’il est difficile de citer un favori ici, mais il y a bien sûr des marques et des agences agréables, mais aussi certaines qui sont parfois assez difficiles. Mais 90% de mes expériences ici ont toujours été bonnes.

Sport et fast-food ?

En tant que mannequin, vous devez constamment travailler sur vous-même et rester en forme. Vous semblez être très sportive, racontez-nous vos meilleurs conseils de fitness et de motivation !

Je suis certainement la mauvaise personne à qui demander, parce que je suis très spécifique. Pour moi, c’est une question d’environnement. Si je ne me sens pas bien dans une salle de sport, je n’ai pas l’énergie et la motivation nécessaires. Et bien sûr, c’est une meilleure poussée à deux, mais en gros, il faut juste être un peu narcissique, mais sans le laisser paraître. Les réussites sur votre propre corps sont la plus grande motivation.

Souvent, l’exercice régulier ne suffit pas comme modèle. Faites-vous attention à votre alimentation ? Si oui, trouvez-vous plus difficile de manger sainement en hiver lorsque vous avez des occasions festives ?

Là aussi, je ne suis pas le meilleur exemple, car je mange toujours ce dont j’ai envie. Bien sûr, cela ne veut pas dire que je ne mange que des kebabs et des pizzas. Ma nourriture préférée est asiatique, du thaï au sushi. Et cette cuisine est très saine. Mais quand je vais au McDonald’s le soir après avoir fait la fête, il m’est difficile de dire « non ».

De nombreux tatouages ornent votre corps. Quel est le tatouage qui vous tient le plus à cœur et quelle est sa signification ? La bouche rouge qui embrasse votre sein droit a-t-elle une signification particulière pour vous ?

Tous mes tatouages sont en fait pour ma famille. Dans ma manche, vous pouvez trouver « Oh Universe », qui pour moi signifie « karma ». J’y crois vraiment. A 19 ans, je voulais simplement la bouche à baiser. Tous les autres motifs sont ceux de mes parents, grands-parents et frères et sœurs.

Vous êtes actuellement très active sur votre compte Instagram et sur votre blog. Voulez-vous développer davantage ces deux domaines ou quels sont vos projets pour l’avenir ? Où vous voyez-vous dans, disons, dix ans ?

WOW ! 10 ans, c’est long. J’aurais alors 35 ans et, si je fais ce que je veux, je serai marié à une femme formidable et j’aurai peut-être déjà un enfant. Mais bien sûr, vous ne pouvez pas planifier quelque chose comme ça. Cependant, je préférerais voir mon avenir à Los Angeles ou à New York, car ces villes m’ont tout simplement changé de manière positive à chaque fois que je les ai visitées.